Culture

On a regardé «The Goop Lab» de Gwyneth Paltrow pour que vous n'ayez pas à le faire

Temps de lecture : 6 min

On s'est sacrifiées pour vous, et on va tout vous raconter.

Nous après les six épisodes de la série. | Capture d'écran via YouTube
Nous après les six épisodes de la série. | Capture d'écran via YouTube

The Goop Lab, c'est la nouvelle télé-réalité Netflix produite par Gwyneth Paltrow. L'émission s'inscrit dans la lignée de l'entreprise de l'actrice, Goop, connue pour promouvoir des méthodes de bien-être comme les bains de vapeur pour vagins, les diètes au lait de chèvre ou le earthing –soit marcher pieds nus sur la terre pour soigner sa dépression.

Bref, une approche ~hautement scientifique~, que l'on retrouve dans cette émission où tout le monde semble obnubilé par la quête de la perfection. L'actrice l'annonce dès les première minutes: «Pour moi, tout mène à une chose: l'optimisation de soi. On n'a qu'une vie. Comment peut-on en profiter au maximum?»

Cette approche productiviste de l'existence infuse chaque seconde du programme. Il faut rajeunir, éliminer toutes nos névroses, oublier nos démons, avoir de meilleurs orgasmes et même apprendre à communiquer avec les morts (si, si) pour atteindre son potentiel optimal.

Pour ce faire, toutes les méthodes sont bonnes –même les plus folles. The Goop Lab s'évertue ainsi pendant six épisodes à faire passer des techniques de bien-être souvent farfelues, et avec une base scientifique pour le moins opaque, pour des solutions miracles.

Certaines, comme la méditation ou l'exposition au froid, sont en réalité des approches de médecine alternative ancestrales re-marketées pour les 1%. D'autres, comme la communication avec les esprits, relèvent de l'attraction de fête foraine (qu'on y croie ou non). D'autres encore, comme les injections de sang dans la peau du visage ou les bains prolongés dans la glace, sont juste dangereuses.

En plus d'être moralement bancale, la série est assez mal conçue, puisqu'elle consiste 65% du temps à filmer des gens qui pleurent en leggings.

Le principe

Dans chaque épisode, des employé·es de Goop se portent volontaires pour expérimenter une technique new age de bien-être. Le groupe se compose généralement de personnes qui veulent «apprendre à mieux respirer» ou «avoir moins mal au genou», avec au milieu quelqu'un qui a subi le trauma le plus sévère de l'histoire de la psychologie (genre: «mon père s'est suicidé», «je n'ai jamais été à l'aise avec ma sexualité» ou «je souffre d'angoisses chroniques depuis mon accouchement»).

Chaque expérience est encadrée par un·e spécialiste dans son domaine et commentée par Gwyneth Paltrow et Elise Loehnen, la directrice des contenus de Goop, toujours prête à confirmer l'opinion de sa patronne.

Les règles

  • Toujours s'allonger en étoile



  • Porter des vêtements super coordonnés (de préférence dans des tons pastel)



  • Pleurer fréquemment et abondamment



  • Faire une crise de panique pendant les exercices qui sont censés réduire le stress
  • Être mince, jeune et riche

Les techniques testées

  • Manger de la soupe en sachet pendant plusieurs jours, une méthode qu'on appelle dans certains endroits «la précarité» ou «la vie de pigiste»
  • Dessiner l'aura de ses collègues avec des crayons de couleur pour communiquer avec les morts
  • Faire un bad trip
  • Subir des formes de torture que l'on retrouve plus généralement dans des films d'horreur, notamment un exorcisme:



  • Pratiquer le «yoga sur la glace», une activité qu'affectionnent particulièrement les démons de l'enfer dans la série The Good Place.

Ceci n'est pas une image issue de The Goop Lab.

Les épisodes

Dans le premier épisode, des salarié·es de Goop décident d'affronter leurs pires démons en prenant des champignons hallucinogènes en Jamaïque. Un épisode tellement stressant qu'il nous a fait réaliser que nos propres pires démons, c'était de regarder cet épisode.

Ce qu'on en retient: le seul truc pire qu'affronter ses démons en prenant des champis en Jamaïque, c'est sans doute d'affronter ses démons en prenant des champis en Jamaïque devant une équipe de télévision. Ou bien affronter ses démons en prenant des champis en Jamaïque devant une équipe de télévision, alors qu'une meuf allongée à 15 centimètres de nous est en train de se moucher bruyamment et de pleurer à cause de son père mort. Ou bien affronter ses démons en prenant des champis en Jamaïque devant une équipe de télévision, alors qu'une meuf allongée à 15 centimètres de nous est en train de se moucher bruyamment et de pleurer à cause de son père mort, AVEC DES COLLÈGUES DE BUREAU.

Sympa, le séminaire de team building.

Le deuxième épisode, lui, nous présente Wim Hof, un mec à qui on a complètement envie de confier notre santé mentale et physique:

Son astuce pour guérir l'anxiété et la dépression? Faire du yoga le cul dans la neige et répéter ad nauseam la chorégraphie de The OA:

L'expérience est une véritable révélation pour ses participant·es, qui se disent énergisé·es après avoir plongé dans de l'eau froide –ça se voit que ces gens ne sont jamais passés en dernier à la douche pendant une colo de ski.

La méthode est présentée comme miraculeuse dans l'épisode, et un homme prétend même avoir recouvré ses fonctions motrices grâce à cette technique. Sauf que plot twist:

Source

Il se trouve que plusieurs personnes pratiquant la méthode de Wim Hof sont décédées.

L'épisode 3 montre principalement des femmes qui apprennent à mieux connaître leurs organes génitaux et leur plaisir. Honnêtement, c'est le plus instructif et le moins bullshit du lot, même si on a du mal à croire que Gwyneth Paltrow, qui a bâti un empire autour du bien-être féminin, ne connaisse pas la différence entre une vulve et un vagin.

Le volet suivant est consacré à la pire maladie de toutes, selon Goop: la vieillesse. Pour combattre ce fléau, toutes les méthodes sont bonnes, y compris s'injecter son propre sang dans le visage (ça s'appelle le vampire facial et ce n'est pas une blague) ou se faire poser des fils qui tendent la peau de l'intérieur.

C'est dans cet épisode que la phrase suivante est prononcée: «Ça réduit de moitié le cancer et les maladies cardiovasculaires, mais d'un autre côté, ça rend anorexique.» À vous de choisir.

C'est aussi dans cet épisode que l'on atteint une conclusion révélatoire: pour ralentir votre vieillissement, «ne fumez pas, faites du sport, dormez». Vous l'avez lu ici en premier.

Dans le chapitre suivant, on rencontre un homme qui prétend manipuler l'énergie de ses client·es. En gros, c'est un magnétiseur, mais sa méthode est présentée comme révolutionnaire et ses séances coûtent plus de 2.500 dollars –mais ça, on ne nous le dit pas dans la série.

Le plus gros problème avec ce type, c'est qu'il a surtout l'air de passer la moitié de son temps à caresser le cul de ses client.es.

La série se termine en beauté avec l'intervention d'une médium qui ressemble à Tori Spelling et se prend pour un Windows 95.

Ses tentatives de lecture sont très spécifiques: «Est-ce qu'il y a quelque chose avec un âne… avec Shrek… ou un voyage au Mexique…?» Ceci est le meilleur moment de l'épisode, puisque la meuf en face d'elle (la véritable héroïne de la série) n'arrête pas de lui répondre «...non».

À un moment, la médium dit être entrée en contact avec la mère décédée d'une employée:

On ne saura jamais si sa mère lui a également dit: «Fais ta lessive.»

Cet épisode est sans doute le plus divertissant, ne serait-ce que pour son nombre de twists. Ce qui nous fait penser que la série aurait mieux fait d'abandonner toute prétention scientifique et d'assumer des méthodes impossibles à prouver.

Ce qu'on a appris

  • Pour être en bonne santé, il faut faire du sport, bien manger et ne pas fumer.
  • «Ce qui arrive après la mort, ça touche tout le monde.»
  • Si vous n'entendez pas les morts, c'est que vous êtes trop bloqué·e sur votre lobe frontal.
  • Si vous avez une maladie grave, le plus important, c'est de vouloir s'en sortir. Pas les médicaments.
  • Surtout, on a découvert qu'elle a beau être la créatrice de Goop, Gwyneth Paltrow est la personne la moins goop du monde. Elle passe toute la série à rigoler et à se moquer des techniques testées par ses employé·es. Bref, cette meuf est une arnaqueuse de haut niveau, et elle a peut-être des tendances sadiques: on adore.


En vrac

  • Gwyneth Paltrow n'a de toute évidence jamais eu la tourista dans un bus sans toilettes en Turquie, sinon elle saurait qu'il y a des moments où l'esprit n'a aucun pouvoir sur le corps.
  • Si on voulait voir des gens ultra privilégiés se droguer pour oublier leur daddy issues, on irait à Burning Man.
  • Quand tu regrettes tes choix de carrière:



  • On vous confirme que les tours de table où chacun se présente sont aussi chiants à la télé qu'en séminaire RH.
  • «Tu vas préparer ton corps à affronter le froid et devenir un guerrier pacifique»: nous devant notre miroir tous les matins de janvier.
  • «L'âme ne connaît pas la peur»: encore un qui n'a pas vu Hérédité.
  • Nous quand on fait mijoter nos foies de volaille:



  • «La façon dont les gens me perçoivent, c'est traumatisant en soi», Gwyneth Paltrow.
  • Elise Loehnen, qui travaille chez Goop depuis des années et a sans doute testé toutes leurs méthodes révolutionnaires, n'arrête pas de dire qu'elle est «tout le temps anxieuse». Du coup, on se demande à quoi ça sert, Goop, en fait.

    L'ensemble des images de cet article sont des captures d'écran.

Newsletters

Quand Tolkien exprimait son «dégoût sincère» pour le style de Disney

Quand Tolkien exprimait son «dégoût sincère» pour le style de Disney

D'un côté il y aurait le raffinement, de l'autre la vulgarité. Ce préjugé détermine encore la mauvaise réputation dont pâtit le producteur américain dans les milieux éducatifs.

Hors-série d'été: faut-il du courage pour être un homme?

Hors-série d'été: faut-il du courage pour être un homme?

Ce second épisode hors-série estival de Mansplaining est l'occasion de célébrer le vingtième anniversaire d'un formidable thriller psychologique, doublé d'une étude remarquable sur la masculinité hégémonique : Harry, un ami qui vous...

En Arabie saoudite, les droits des femmes entre deux eaux

En Arabie saoudite, les droits des femmes entre deux eaux

Il aura fallu attendre 2012 pour qu’un premier long métrage soit officiellement produit et tourné en Arabie Saoudite: Wadjda, récit sur une saoudienne de 12 ans qui rêve de s’acheter un vélo. Récompensé dans de nombreux festivals, il était...

Newsletters