Société

Grandir en dehors des villes permet d'avoir un meilleur sens de l'orientation

Temps de lecture : 2 min

Et si vous avez été élevé·e en milieu urbain, votre capacité à vous repérer dépendra de la configuration de votre ville d'enfance.

Les scientifiques ont étudié les données de près de quatre millions de personnes âgées de 19 à 70 ans. | Pixpoetry via Unsplash
Les scientifiques ont étudié les données de près de quatre millions de personnes âgées de 19 à 70 ans. | Pixpoetry via Unsplash

Pour certain·es, trouver son chemin est une galère au quotidien. Scotché·e sur son GPS à chaque sortie, on finit par se demander ce que l'on a fait pour mériter un aussi piètre sens de l'orientation. La réponse se trouve peut-être dans notre enfance, et plus particulièrement dans le village ou la ville où l'on a grandi.

Passer son enfance à la campagne, ou du moins en dehors des grandes villes, augmenterait notre faculté à avoir un bon sens de l'orientation, avance une étude réalisée entre autres par le Laboratoire des sciences du numérique de Nantes et pré-publiée sur le serveur biorxiv.

Pour mener cette étude, l'équipe de recherche s'est appuyée sur le jeu vidéo mobile Sea Hero Quest, conçu avec l'Alzheimer's Research UK pour dépister certaines maladies, dont celle d'Alzheimer et des cas de démences.

Sur ce jeu en réalité virtuelle, le joueur ou la joueuse est dans la peau d'un marin à la barre de son navire. Avant de se lancer sur les flots, il faut mémoriser une carte de la mer pour ensuite essayer d'arriver le plus rapidement possible à différents points de contrôle, en suivant un ordre précis.

Les scientifiques ont étudié les données de près de quatre millions de personnes ayant pratiqué ce jeu, âgées de 19 à 70 ans et provenant de trente-huit pays différents. La «performance d'orientation» était définie en mesurant leur efficacité à franchir les différents niveaux d'orientation. Les résultats ont ensuite été croisés avec les données démographiques des sujets, dont leur âge, leur sexe, leur niveau d'éducation et leur lieu de résidence.

Complexité du réseau

L'étude a montré que les joueurs et joueuses ayant grandi en ville ont obtenu des résultats inférieurs en matière de navigation que celles et ceux ayant passé leur enfance loin des métropoles –peu importe le sexe, l'âge ou le niveau d'éducation.

Fait tout aussi intéressant: les résultats varient selon les pays. Les scientifiques ont par exemple remarqué que la différence de capacité d'orientation entre les citadin·es et les personnes vivant en milieu rural était six fois plus importante aux États-Unis qu'en Roumanie.

Tout dépendrait en fait de la topologie des villes du pays où l'on a grandi: l'équipe de recherche a observé un lien entre l'organisation du réseau des villes de chaque pays étudié et le sens de l'orientation de ses habitant·es.

Quand le système de rues d'une ville est complexe et désorganisé, comme en Roumanie, ses résident·es ont un bon sens de l'orientation. A contrario, les personnes qui ont grandi dans des villes quadrillées et très bien organisées, comme New York ou Chicago, sont davantage susceptibles d'avoir un mauvais sens de l'orientation.

Dans des villes où le réseau routier est complexe, le sens de l'orientation des habitant·es est presque similaire à celui de leurs compatriotes ayant grandi dans des zones non urbaines. Pour faire simple, être habitué·e à vivre dans un bazar quotidien augmenterait votre faculté à vous y repérer.

Newsletters

Le pape François fait un peu plus de place aux femmes dans l'Église

Le pape François fait un peu plus de place aux femmes dans l'Église

Il vient de leur permettre d'être instituées lectrices et acolytes. Une décision symbolique, qui ouvre néanmoins une brèche et participe à la lutte qu'il a engagée contre le cléricalisme structurel dans l'Église catholique.

Syndrome d'imposture: les ravages de l'excès de confiance masculin

Syndrome d'imposture: les ravages de l'excès de confiance masculin

«Les hommes surestiment leurs capacités et leurs performances alors que les femmes les sous-estiment»: c'est l'une des composantes de ce syndrome d'imposture qui touche principalement les femmes, persuadées de ne pas être à la hauteur des missions...

Aux États-Unis et au Canada, les caméras-piétons sur les policiers ont des effets plutôt positifs

Aux États-Unis et au Canada, les caméras-piétons sur les policiers ont des effets plutôt positifs

Les policiers français seront bientôt équipés à grande échelle pour filmer leurs interventions. Une pratique déjà mise en œuvre outre-Atlantique depuis plusieurs années.

Newsletters