Égalités / Parents & enfants

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

Temps de lecture : 9 min

L'âge du premier rapport sexuel a beau être quasi équivalent pour les filles et les garçons, les parents n'envisagent pas la vie intime de leur enfant de la même manière selon son sexe.

Si l'on parle dorénavant de sexualité aux filles comme aux garçons, on n'aborde pas tout à fait les choses de la même manière selon que l'on a un fils ou une fille. | Eliott Reyna via Unsplash
Si l'on parle dorénavant de sexualité aux filles comme aux garçons, on n'aborde pas tout à fait les choses de la même manière selon que l'on a un fils ou une fille. | Eliott Reyna via Unsplash

«Beaucoup de parents mettent en garde leurs filles contre les risques qu'elles courent, essaient de les protéger, s'inquiètent de leurs fréquentations. S'il s'agit du garçon, ils estiment qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter,“puisqu'il ne risque rien”.» Ce positionnement familial (et phallocrate) est décrit dans l'ouvrage La condition masculine, paru début 1968. Depuis, la donne a pour le moins changé.

La pilule est légale non depuis quelques mois mais depuis des années, les mineures n'ont pas besoin d'autorisation parentale pour se procurer gratuitement celle du lendemain, les élèves de collège et de lycée doivent suivre au moins trois séances d'éducation à la sexualité par année scolaire et les lycées être équipés au minimum d'un distributeur automatique de préservatifs.

De quoi réduire, dans les faits, les risques de grossesse non désirée comme d'infections sexuellement transmissibles (IST): «Les niveaux de fécondité adolescente sont particulièrement bas en France et très peu de contaminations par le VIH se produisent parmi [les jeunes]», écrit le sociologue Michel Bozon. De quoi aussi atténuer voire dissiper les craintes, notamment parentales. En théorie.

En pratique, «la panique morale adulte» vis-à-vis de l'entrée dans la sexualité des jeunes est loin d'avoir disparu. Or le discours que tiennent les parents à leurs ados sur la vie sexuelle n'est pas exempt de stéréotypes de genre. «On observe [...] moins l'effacement du double standard moral selon le sexe que sa reformulation», indique le spécialiste des représentations et des pratiques sexuelles. Celle-ci œuvre «comme rappel à l'ordre de genre».

Certes, il est loin le temps de l'injonction généralisée faite aux femmes de préserver leur virginité jusqu'au mariage et à la nuit de noces. Bien distante aussi cette époque où l'on concevait l'éducation à la sexualité comme étant destinée en priorité aux jeunes hommes, avec pour principale optique de lutter contre «la montée du péril vénérien», c'est-à-dire la propagation des IST, ainsi que le relate la spécialiste de démographie historique Virginie De Luca Barrusse dans un article, et en miroir un pan féminin consacré à la maternité (permettant, quant à lui, de protéger la société du déclin démographique). «Aux garçons on montrera le danger des maladies vénériennes; aux jeunes filles [...] on [...] donnera des notions de puériculture», s'exprimaient les docteurs Mathieu et Dufestel en 1913.

Accompagnement sanitaire

Cette réticence à évoquer la question de la sexualité auprès d'un jeune public féminin n'est plus –même si, peut-être par pudeur mal placée, on nomme et dessine plus facilement le sexe des petits garçons que celui des petites filles. «On est passé à une représentation de l'engagement des jeunes dans la sexualité comme normal et attendu», pointe Michel Bozon, quel que soit le sexe de l'adolescent·e en question.

L'écart des âges des femmes et des hommes au premier rapport sexuel s'est réduit, considérablement. Et les parents en ont conscience: selon les chiffres de la European Social Survey de 2006-2007, en France, les personnes en âge d'être parent (31-65 ans) estiment que l'âge minimal pour avoir des relations sexuelles est de 16,2 ans, contre 15,3 ans pour les jeunes âgées de 15 à 19 ans, soit huit mois de différence en moyenne.

Si l'on parle dorénavant de sexualité aux filles comme aux garçons, on n'aborde pas tout à fait les choses de la même manière selon que l'on a un fils ou une fille. Une équipe suisse s'est intéressée en 2016 aux «perceptions et pratiques de l'éducation sexuelle informelle», celle donnée par les parents (et non l'école) à leur enfant. La définition spontanée que donnent ces parents de l'éducation sexuelle fait la part belle aux risques.

«Les premiers rapports sexuels, protégés ou pas, c'est la question qu'on se pose en tant que maman, c'est ça qui est le plus inquiétant», caractérise une mère. «C'est le physique, le fonctionnement d'un homme, d'une femme et leurs relations, les rapports humains. Se protéger, notamment contre la maternité mais aussi contre les maladies», détaille une autre. Voilà qui coïncide avec l'enquête Health Behaviour in School-aged Children (HBSC): «Les parents ne prônent plus un interdit de la sexualité préconjugale mais plutôt un accompagnement sanitaire de ses débuts.»

Filles réglées

Or, ce dit accompagnement sanitaire se décline suivant le genre. «L'éducation à la sexualité est aujourd'hui surtout affaire de prévention et la charge repose quasi exclusivement sur les épaules des filles», plante la docteure en sociologie Élise Devieilhe, membre de l'association Épicène, qui diffuse les connaissances en sciences humaines et sociales sur le genre, les sexualités et les familles afin de lutter contre les discriminations sexistes et hétérosexistes. À l'origine de cette adresse différenciée: une focale sur le corps des jeunes filles.

«L'arrivée des règles est un point essentiel dans les débuts de l'éducation sexuelle, un jalon incontournable», expose Caroline Jacot-Descombes, directrice adjointe de SANTÉ SEXUELLE Suisse (l'équivalent helvète de notre Planning familial) et qui est coresponsable de l'étude citée sur l'éducation sexuelle informelle. Côté garçon, en l'absence de repère aussi identifiable, les parents vont moins entrer dans un discours d'éducation sexuelle qu'avec leur fille réglée.

La consultation gynécologique annuelle des jeunes filles participe de ce phénomène, appuie la sociologue du genre, des familles et des sexualités: «C'est à cette profession médicale, construite sur la pathologisation du corps sain, puisque l'on va consulter quand on va bien, que l'on a confié la gestion de la contraception: elle agit comme une sorte de péage. C'est vraiment ritualisé et intégré par les familles.»

Ce que confirme, sur le terrain, la cheffe de projet «Éducation sexuelle» à SANTÉ SEXUELLE Suisse: lors d'une étude qui portait sur la personne prenant la responsabilité de la contraception, il est apparu que les parents se posent la question du moment auquel conduire leur fille chez la ou le gynécologue et auquel elle doit prendre la pilule. «De facto, ce parcours gynécologique donne un rôle spécifique et une responsabilité supplémentaire à la fille. C'est très clair.»

Angoisse pénétrante

Outre ce lien tu et pas toujours conscient entre sexualité et reproduction (puisque l'on associe les signes physiques de la puberté à la nécessité de parler des relations sexuelles et qu'il est de suite question de contraception et de suivi gynécologique), «la représentation de la sexualité se résume souvent au coït, on reste dans un schéma relativement simple et très hétéronormé, poursuit Caroline Jacot-Descombes. Quand on parle aux parents, il y a une angoisse autour de la pénétration. Un parent nous l'a dit explicitement: il est plus facile de pénétrer que d'être pénétrée».

Résultat: pour que leur fille soit préparée tant corporellement que psychiquement et matériellement, qu'elle n'ait pas de problème, ne prenne pas de risque et vive avec sérénité sa découverte de la sexualité, les parents pensent devoir lui fournir davantage d'explications que si elle avait été un garçon. «Les femmes sont ainsi poussées à intérioriser une responsabilité de soi qui est aussi la responsabilité de l'autre», résume Michel Bozon. Dites bonjour à une répartition des rôles genrée: aux jeunes filles le care, aux jeunes garçons une plus grande (et plus acceptée) irresponsabilité, comme si les filles étaient, naturellement, plus mûres que les garçons au même âge.

Potentielles victimes

Cette éducation sexuelle différenciée n'est pas une lubie parentale hors sol. «C'est le reflet d'une société, insiste la directrice adjointe de SANTÉ SEXUELLE Suisse. Il y a tout un discours qui tend à responsabiliser les jeunes filles et femmes et qui est construit par les politiques publiques pour résoudre les problèmes sociétaux que sont les grossesses non voulues, les interruptions de grossesse, la propagation des IST, les violences sexuelles... La protection des filles ou jeunes femmes est beaucoup plus présente dans le discours des parents parce qu'elle est aussi plus présente dans les campagnes contre les abus sexuels (et à raison au vu des statistiques).»

Les revendications féministes ont –c'est heureux– permis de lever le voile sur les violences sexuelles mais elles ont aussi abouti à une institutionnalisation de mesures destinées en priorité aux femmes et «les désignant comme de potentielles victimes» plutôt qu'à une focalisation sur l'éducation au consentement de manière indifférenciée.

«Ce discours-là a créé une peur, pas forcément explicite ni réfléchie de la part des parents», accentue Caroline Jacot-Descombes. Et l'escorte sanitaire et protectrice de se transformer en chaperonnage aux relents moralistes. On en voit l'application dans les autorisations de sortie avant minuit pour les moins de 18 ans, relève Michel Bozon dans l'article mentionné plus haut.

Certes, les jeunes filles du XXIe siècle n'ont plus l'interdiction absolue de sortie, comme c'était le cas pour celles nées avant 1945. Reste que l'on retrouve deux formes d'encadrement parental: «Le “contrôle strict”, où les jeunes doivent demander à chaque fois à leurs parents l'autorisation de sortir lorsqu'ils le souhaitent, ce qui en restreint évidemment la possibilité, et le “contrôle souple”, où il suffit d'informer sur ses intentions et le lieu où l'on se rend. Le premier correspond plutôt aux jeunes femmes, le second aux hommes.»

Slut-shaming

Se préoccuper de l'apparence de sa fille (pré-)adolescente est dans la même veine. On retrouve d'ailleurs de manière plus ou moins nébuleuse cette idée que les filles doivent faire attention à la manière dont elles s'habillent dans les règlements intérieurs des établissements scolaires, fait remarquer Élise Devieilhe, dont la thèse portait sur les méthodes d'éducation à la sexualité en France et en Suède:

«On place sur les filles la responsabilité du désir des garçons. Il y a des règlements explicites, d'autres où c'est plus flou, où il est écrit “tenue décente ou correcte”, mais les formules sont interprétées contre les filles et ne reposent pas de la même manière sur les deux sexes: quand les garçons sont mis à l'amende, c'est pour un jean troué, parce que c'est négligé mais pas parce que c'est sexualisé, ce n'est pas pour un décolleté ni du slut-shaming.»

Au collège Esclangon, à Viry-Châtillon (Essonne), le règlement précise en gras qu'«une tenue correcte est exigée». Une mère me signale que c'est accompagné de consignes orales: «Pas de short et pas de t-shirt court permettant de voir le nombril, pas de jean troué, pas de talons.» Dans celui de l'établissement Pierre-Brossolette, à Bruz (Ille-et-Vilaine), on peut lire que «chaque élève doit adopter une tenue vestimentaire dans les limites dictées par le respect des autres et de soi et de la fonction principale du collège, lieu d'étude et de travail. Les shorts, bermudas, minijupes ou débardeurs courts sont fortement déconseillés et les sous-vêtements ne doivent pas être visibles».

Au paragraphe suivant, on embraye sur le comportement: «En toutes circonstances, les élèves doivent adopter une attitude correcte, digne et discrète. Le flirt est interdit dans l'enceinte de l'établissement.» On peut en déduire que ce qui est irrespectueux, c'est tout ce qui est sexualisé, habillement compris.

Charge civilisatrice

Raison de plus pour appréhender, en tant que parent, la sexualité de sa fille. Sans forcément cautionner le slut-shaming, on peut avoir à cœur d'évoquer ces sujets avec elle, afin d'éviter qu'elle ne soit cataloguée négativement. «Être une jeune fille avec une sexualité active et le faire savoir n'est absolument pas valorisé dans notre société, et cela influence le discours des parents», note Caroline Jacot-Descombes.

Dans l'enquête suisse, des mères font ainsi allusion au «décolleté de certaines filles» auprès de leur propre fille et des pères, quant à eux, portent le message «tu ne le feras pas trop tôt». Les filles sont «rappelées à l'ordre de ce qu'est censée être une fille, c'est-à-dire quelqu'un qui n'est pas à l'initiative, qui est sur la retenue...» glisse Élise Devieilhe. Entre le risque de grossesse, d'IST et de sale réputation, les filles jouent gros. C'est bien la preuve, comme le pointait en 1928 Lucien Viborek dans L'éducation publique contre la syphilis, qu'«il n'y a pas d'éducation sexuelle sans éducation morale».

Côté garçon, s'il est précisé par des pères que le porno n'est pas la réalité et que des mères insistent sur le respect envers les femmes, le discours est moins soucieux. Après tout, comme le rapporte la sociologue Isabelle Clair dans l'article «Le pédé, la pute et l'ordre hétérosexuel» (Agora débats/jeunesses, 2012), «les garçons étiquetés comme “pédés” [...] ne semblent jamais avoir de petite amie ou sont “puceaux” à un âge considéré comme trop avancé»; en miroir, cela signifie que la sexualité active est perçue comme virile et valorisée, par les jeunes et la société dans son ensemble.

«Dans les débuts sexuels des hommes, ce qui domine, c'est l'aspect d'apprentissage individuel et de découverte de soi, avec un certain détachement pour les conséquences à l'égard de la partenaire, synthétise Michel Bozon. Ce sont les femmes qui sont chargées de les “civiliser”.» Aborder la sexualité sous le prisme du risque, c'est donc surtout prendre celui de perpétuer les stéréotypes de genre.

Newsletters

La Hongrie veut mettre fin à la reconnaissance des personnes trans

La Hongrie veut mettre fin à la reconnaissance des personnes trans

La crise du coronavirus est décidément un bon prétexte pour le gouvernement Orbán.

«Le Regard féminin» d'Iris Brey, un ouvrage à réfléchir

«Le Regard féminin» d'Iris Brey, un ouvrage à réfléchir

Il permet d'aborder les enjeux du cinéma et du féminisme en s'appuyant sur ce qui se joue véritablement à l'intérieur des films et de l'expérience qu'on en a.

Confinement: la révolution de l'égalité dans les foyers n'aura pas lieu

Confinement: la révolution de l'égalité dans les foyers n'aura pas lieu

Avec leur compagnon désormais à la maison, les femmes auraient pu espérer que leurs surcharges mentale et domestique s'allégeraient. C'est l'inverse qui semble se produire.

Newsletters