Égalités / Sports

Pour en finir avec l'omerta sur les agressions sexuelles dans le sport

Temps de lecture : 4 min

L'affaire Gailhaguet et les violences sexuelles dans le patinage artistique ont libéré la parole depuis quelques jours, et mis à jour des cas dans d'autres sports.

Le président de la Fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet, lors d'une conférence de presse, le 5 février 2020, au lendemain de l'ouverture d'une enquête pour viol et agression sexuelle sur mineures dans le sport. | Franck Fife / AFP
Le président de la Fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet, lors d'une conférence de presse, le 5 février 2020, au lendemain de l'ouverture d'une enquête pour viol et agression sexuelle sur mineures dans le sport. | Franck Fife / AFP

Le sport français est dans la tourmente depuis que Didier Gailhaguet, le président de la Fédération française des sports de glace (FFSG), est accusé d'avoir couvert les agissements de l'entraîneur Gilles Beyer, lui-même accusé d'agressions sexuelles sur plusieurs patineuses mineures à l'époque des faits. Comment en est-on arrivé là?

À la base de cette déferlante médiatique, il y a une enquête du journal L'Équipe du 29 janvier dernier, évoquant des agressions sexuelles dans plusieurs sports: «La jeunesse volée des patineuses», «L'enfer à Font-Romeu». En parallèle, il y a surtout la sortie du livre de l'ancienne patineuse artistique Sarah Abitbol, Un si long silence (Plon). La médaillée de bronze des championnats du monde de patinage artistique 2000 y évoque les agressions sexuelles commises par Gilles Beyer, qui fut son entraîneur entre 1990 et 1992. Âgée de 15 ans à l'époque, elle témoigne aujourd'hui pour «passer du statut de victime honteuse à celui d’exemple, pour aider les autres».

La loi du silence

Mais Sarah Abitbol n'est pas la seule à avoir subi les agissements de Beyer. Selon L'Équipe, Hélène Godard, autre patineuse ayant entre 13 et 14 ans à l'époque des faits, confie avoir eu deux rapports sexuels avec Gilles Beyer; une fois dans la chambre de la jeune patineuse à l'INSEP, puis une autre dans l'appartement de Beyer.

La Fédération française des sports de glace était-elle au courant? A-t-elle couvert Beyer? Longuement interrogé sur le sujet lors d'une conférence de presse, Didier Gailhaguet, le président de la FFSG, est resté sur sa ligne de défense pendant une heure et demi: «Je ne savais rien. Il m'est demandé de démissionner à propos de faits qui remontent à trente ans, et que je connais depuis une semaine et demie.»

Ce samedi 8 février, Gailhaguet a finalement annoncé qu'il démissionnait de son poste de président de la Fédération; une démission qui lui avait été réclamée par la ministre des Sports Roxana Maracineanu en début de semaine.

Que savait-il exactement? En 2000, Gailhaguet a bien été à l'origine d'une demande de rapport auprès de l'inspection générale du ministère des Sports concernant Gilles Beyer. Bien que très défavorable, celui-ci n'a pas conduit à écarter Beyer de ses fonctions.

Aujourd'hui, c'est l'ancienne ministre des Sports, Marie-George Buffet, que Gailhaguet attaque pour son inaction: «Les premiers responsables sont ceux qui ont laissé commettre ces exactions. Je veux bien sûr citer le ministère, et la ministre des Sports de l'époque, qui, de par leur lâcheté, leur incompétence et leurs nombreuses volte-face ont permis de laisser des personnes sur la glace dans des sports à maturité précoce, donc plus exposés, alors qu'elles auraient dû être soignées et mises hors d'état de nuire.»

Contactée par Slate, l'ex-ministre a tenu à rétablir la vérité: «J'ai suspendu Beyer, mais le parquet n'a pas suivi. Gailhaguet dit que je l'ai ensuite réintégré, mais c'est faux. Il est parti dans l'Éducation nationale, puis Gailhaguet l'a repris dans sa fédération. Personnellement, j'ai toujours eu de mauvais rapports avec ce président.»

«Pour quelles raisons la justice n'a pas suivi à l'époque? On est en 2020, et il n'y a plus d'hésitation, mais en 2000, ce n'était pas pareil, poursuit Buffet. N'oubliez pas, pour DSK, on parlait de “truchement” d'une femme de ménage. Le mouvement #MeToo a changé beaucoup de choses. Il n'y avait pas eu de sanction judiciaire à l'époque. Aujourd'hui, la parole des femmes s'exprime. J'ai d'ailleurs eu Roxana Maracineanu au téléphone, et je lui ai dit clairement les choses: “Je vous soutiens dans cette démarche contre Gailhaguet”. Pas de clivage politique sur ces affaires-là.»

Ouverture d'autres enquêtes

D'après nos informations, d'autres sports sont touchés par des agressions sexuelles sur mineur·es, filles et garçons. Un sport de combat, qui aurait licencié deux dirigeants. Alertée à propos d'un sport devenu olympique récemment, la ministre des Sports a aussi été saisie concernant une affaire où onze jeunes filles ont été alcoolisées, puis violées. Trois d'entre elles, mineures à l'époque, et majeures aujourd'hui, ont porté plainte. Le ministère a ouvert une enquête, des rapports avec de jeunes garçons auraient également eu lieu.

D'après L'Équipe, une ancienne pilote de motocross, victime d'agressions sexuelles de la part de son entraîneur, a saisi récemment le tribunal administratif.

Pour quelles raisons les garde-fous ont-ils tous échoué? Le modèle entraîneur-élève pose question. Créant bien souvent un lien de dépendance psychologique extrême, l'entraîneur peut finir par se substituer à la famille, devenant le seul interlocuteur de son élève. Les conséquences? Couper les jeunes de tout contact avec le monde extérieur. Au lieu de construire et d'éduquer, ce modèle peut fragiliser ou détruire psychologiquement les jeunes athlètes. Mais ce constat a déjà été fait il y a longtemps, sans que les choses ne changent véritablement.

Dans les années 1980, l'affaire de Camaret avait secoué le monde du tennis. Régis de Camaret avait, malgré son absence de brevet d'entraîneur, créé un centre d'entraînement et pris en charge un groupe de jeunes filles en marge de la Fédération. Plus de vingt ans plus tard, en 2005, une vingtaine de femmes l'accusaient de viols et d'agressions sexuelles commises entre 1977 et 1989. Certaines plaintes ne purent aboutir pour cause de prescription des faits. En 2014, après une longue bataille judiciaire, Camaret fut condamné en appel à dix ans de prison ferme pour le viol de deux anciennes élèves mineures.

La championne de tennis Isabelle Demongeot, qui avait été à l'origine de la procédure en 2005, avait dénoncé les agressions sexuelles dont elle-même et ses partenaires de tennis avaient été victimes, dans le livre Service volé (Michel Lafon), publié en 2007. Un cri d'alarme qui, treize ans plus tard, rencontre un nouvel écho.

Newsletters

Pour les femmes, se masturber, c'est pas gagné

Pour les femmes, se masturber, c'est pas gagné

Les Françaises sont 26% à déclarer ne pas pratiquer l'onanisme contre 5% des hommes. Les inégalités de genre se nicheraient-elles jusque dans nos culottes?

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

L'âge du premier rapport sexuel a beau être quasi équivalent pour les filles et les garçons, les parents n'envisagent pas la vie intime de leur enfant de la même manière selon son sexe.

Aux États-Unis, les bibliothèques des prisons sont pleines de trous

Aux États-Unis, les bibliothèques des prisons sont pleines de trous

Chaque établissement sélectionne les livres mis à disposition des détenus de manière opaque et non contrôlée.

Newsletters