France

Calais veut capitaliser sur les JO de Londres

Temps de lecture : 2 min

La France n'a peut-être finalement pas tout perdu en échouant sur la deuxième place du podium pour l'organisation des Jeux olympiques 2012. «Cela peut paraître peu probable, mais les Français essayent de convaincre des équipe étrangères d'établir leur base arrière pour les Jeux olympiques de Londres, non pas en Angleterre mais ici, dans le nord de la France» raconte la BBC dans un reportage disponible sur son site Internet.

L'équipe d'athlétisme du Gabon a ainsi été invitée à essayer les infrastructures de Calais en vue d'éventuellement y installer son camp d'entraînement pré-Jeux olympiques. Les arguments pour une telle délocalisation? La ville est proche de Londres, coûte moins cher que le Royaume-Uni et il n'y a pas de barrière de la langue pour les équipes francophones comme le Gabon.

Dominique Dupilet, président du Conseil général du Pas-de-Calais, explique dans un anglais quelque peu hésitant aux journalistes de la BBC: «Je prends le drapeau de l'Union Jack et le mets sur le toit de notre Conseil en disant "c'est une grande chance pour nous, nous sommes le sud de Londres, c'est une victoire pour nous"». Le Pas-de-Calais a déjà signé avec quatre équipes étrangères (trois africaines et une d'Ouzbékistan) et a investi 100 millions d'euros dans les infrastructures sportives.

[Lire l'article sur bbc.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Flickr/licence CC by/lilivanili

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters