Monde

Le terroriste homosexuel qui aurait pu empêcher le 11-Septembre

Slate.fr, mis à jour le 17.03.2010 à 17 h 19

Un an et demi avant les attaques contre New York et Washington du 11 septembre 2001, la CIA (Agence centrale de renseignements américaine) a essayé de recruter un terroriste irakien qui était secrètement homosexuel. Selon une enquête exclusive du magazine The New York Observer, si la CIA y était parvenu, les attentats auraient pu être déjoués et la face du monde en serait changée.

La CIA voulait faire de Ahmad Hikmat Shakir un «agent d'accès» — quelqu'un qui n'est pas d'un haut niveau dans une organisation terroriste mais qui peut organiser des contacts avec des membres importants du réseau. Présenté comme «petit, gros et jovial», il aurait pu être recruté en agent double en le menaçant de révéler son homosexualité qui dans les organisations djihadistes est souvent puni de la peine de mort.

Le 5 janvier 2000, une importante réunion d'al Qaida pour lancer les préparatifs du 11 septembre commençait à Kuala Lumpur. Elle allait se prolonger pendant trois jours. Shakir avait pour mission de prendre à l'aéroport l'un des futurs kamikazes du 11 septembre Khalid al-Mihdhar. Il était l'un de ceux qui ont détourné l'avion qui s'est écrasé sur le Pentagone. La CIA les surveillaient tous les deux.

Khalid al-Mihdhar était une cible de choix pour les services américains. A 25 ans, il était déjà un terroriste expérimenté avec l'expérience des combats en Bosnie et des formations dans plusieurs camps d'entraînement djihadistes. La CIA savait qu'il se rendait en Malaisie pour une sorte de sommet terroriste et l'agence savait également qu'il avait un visa américain sur son passeport saoudien.

Mais la CIA n'a pas informé le FBI (police fédérale) du danger représenté par Khalid al-Mindhar qui a pu entrer aux Etats-Unis sans être inquiété. Pour le New York Observer, l'agence américaine de renseignement n'a pas donné l'alerte pour protéger sa tentative de recrutement de Ahmad Hikmat Shakir... qui a finalement échoué. Le FBI n'a été finalement alerté de sa présence sur le sol américain qu'en août 2001; il était déjà trop tard.

La dernière fois que Ahmad Hikmat Shakir a été aperçu, c'était peu de temps après les attaques du 11 septembre 2001, au Qatar et puis à Amman en Jordanie. Après avoir été interrogé par les services de sécurité locaux, il a été relâché et depuis... a disparu.

[Lire l'article complet sur The New York Observer]

LIRE EGALEMENT SUR LE 11 SEPTEMBRE: 11 septembre: les fous de Dieu ne sont pas des criminels de génieBush a-t-il protégé l'Amérique après le 11 septembre? et Kassovitz, Cotillard... ces people qui théorisent le complot.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

 

Image de Une: «Ground Zero, le 15 septembre 2001». REUTERS
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
11 septembreCIAFBIterrorismeLiens
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte