Égalités / Culture

Pourquoi y a-t-il encore si peu de femmes à la tête des orchestres?

Temps de lecture : 7 min

Après plus d'un siècle de domination masculine, elles prennent la baguette, non sans préjugés et difficultés.

Oui, les cheffes d'orchestre existent. Mais la majorité d'entre elles sont reléguées au second plan. | Manuel Nageli via Unsplash
Oui, les cheffes d'orchestre existent. Mais la majorité d'entre elles sont reléguées au second plan. | Manuel Nageli via Unsplash

S'il y a bien un mot d'ordre en 2020 dans le monde de la musique classique en France, c'est celui de «chef·fe» (en écriture inclusive, s'il vous plaît). L'Orchestre de Paris a fait appel à cinq cheffes d'orchestre pour sa programmation 2019/2020 à la Philharmonie de Paris. Cette dernière accueille cette année un grand concours de cheffes, la Maestra, et a permis la diffusion d'une série documentaire sur le métier à travers le portrait de Lucie Leguay.


La cheffe Nodoka Okisawa a, elle, remporté le prestigieux Concours international de jeunes chefs d'orchestre de Besançon avec trois prix: le grand prix et ceux de l'orchestre et du public –la dernière fois qu'une femme, Silvia Massarelli, a été récompensée c'était en 1993 mais elle partageait le premier prix avec… un homme, bien sûr.

Plus significatif, Debora Waldman a pris, en septembre dernier, la tête de l'Orchestre régional Avignon-Provence. Significatif, car elle devient la seule directrice musicale d'un orchestre permanent en France, au nombre de vingt. Les dix-neuf autres, ainsi que l'Ensemble intercontemporain, l'Orchestre de Paris et les deux orchestres de Radio France, sont soit dirigés par des hommes, soit en cours de recrutement. Cette proportion –une femme sur l'ensemble du territoire français à un poste à responsabilité–, représente assez bien la réalité des cheffes d'orchestre aujourd'hui. Oui, elles existent, mais non, elles ne vivent pas une situation confortable dans le monde musical, puisque souvent relayées au statut de cheffes invitées, cheffes en résidence ou cheffes assistantes.

Souvent, le graal pour un·e chef·fe d'orchestre, c'est la nomination en tant que chef·fe permanent·e d'un ensemble, car le travail se fait alors sur le long terme, le salaire est régulier, et le statut prestigieux. Or dans le monde, sur 744 orchestres, 32 ont à leur tête une directrice musicale, soit 4,3%, selon une enquête de Diapason. Mais restons encore un peu en France pour tenter de décrypter ce phénomène et répondre à la question suivante: pourquoi existe-t-il si peu de cheffes d'orchestre?

Un florilège de réflexions sexistes

Il serait tentant, voire préférable, d'éviter de relayer les éclairages absurdes de certaines personnalités du milieu... mais ce serait pourtant masquer une des réalités du monde de la musique classique, à savoir la misogynie. Ainsi, en 2013, le chef d'orchestre russe Vasily Petrenko déclarait que l'orchestre «réagissait mieux quand il a en face de lui un homme» et qu'une «jolie femme sur le podium déconcentrerait les musiciens».

Un an après, sur une télévision finlandaise, le chef Jorma Panula affirmait que ce n'était pas une bonne chose que les femmes entrent dans cette profession, avant d'ajouter, bien condescendant: «Elles peuvent venir à mes masterclass et essayer. Ce n'est pas un problème si elles choisissent les bonnes œuvres, si elles choisissent de la musique féminine. Bruckner ou Stravinsky ça ne va pas le faire, mais Debussy pourquoi pas. C'est une question purement biologique.»

Vous pensez que ce sont des exemples isolés? Alors prenons les propos de l'ancien directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris qui estimait qu'il existait «un frein physiologique», avant de continuer: «Le métier de chef est parfois très éprouvant, certaines fois les femmes sont découragées par l'aspect très physique.» Et de noter, aussi, «le problème de la maternité». Ben oui: «Une femme qui va avoir des enfants va avoir du mal à avoir une carrière de chef d'orchestre, qui va s'interrompre du jour au lendemain pendant quelque mois, et puis après, j'allais dire vulgairement, assurer le service après-vente de la maternité, élever un enfant à distance, ce n'est pas simple.» C'était en 2013.

Un dernier pour la route: on peut aussi épingler le chef letton Mariss Jansons qui déclarait dans une interview que les cheffes d'orchestre, ce n'était pas trop sa «tasse de thé». Plus exactement, il s'embourbait dans une sorte d'explication pour exprimer son désaveu: «Je ne suis pas contre, ce serait mal. Je comprends que le monde change et qu'il n'y a plus de profession qui dépende du genre. Mais j'ai grandi dans un monde différent, et pour moi, voir une femme sur un podium, eh bien je dirais juste que ce n'est ma tasse de thé.»

Des cheffes au XIXe siècle

Face à ces remarques sexistes on peut avoir différentes réactions: s'arracher les cheveux, excuser ces propos déplacés par des «ils sont vieux, ils ne voulaient pas dire ça», ou prendre le problème de front et se demander pourquoi certaines personnes refusent d'admettre que les femmes peuvent diriger un orchestre et être bonnes dans ce métier.

Jusqu'au XIXe siècle, les orchestres n'avaient pas besoin de chef·fe. Le premier violon, le soliste ou le compositeur dirigeait l'ensemble grâce à sa posture, ses coups d'archet ou ses gestes. Puis l'orchestre a gonflé ses rangs, allant, à la fin du XIXe siècle, jusqu'à réunir une centaine de musiciens (restons au masculin, les femmes n'avaient pas le droit d'être musiciennes d'orchestre). À partir de ce moment-là, la figure du chef d'orchestre a émergé. Jusqu'à prendre, au cours du XXe siècle, une place plus importante que celle du compositeur.

Et les femmes dans tout ça? Eh bien certaines ont réussi à diriger des orchestres au XIXe siècle, mais elles se comptent sur les doigts de la main, et leurs noms ont été oubliés. Les pionnières se sont surtout révélées au début du XXe siècle. En France par exemple, la première cheffe d'orchestre –disons à temps plein–, s'appelle Jane Evrard (de son vrai nom Jeanne Chevallier). Mais n'allez pas croire que le monde musical l'a laissée diriger le moindre ensemble déjà constitué et entre des mains d'hommes. Non, Jane Evrard, en 1930, a dû fonder son orchestre, 100% féminin, pour accéder au podium.

En parallèle, une femme a contribué à briser certaines premières fois: la compositrice, pédagogue et cheffe d'orchestre Nadia Boulanger. Dans les années 1930, elle est autorisée à diriger plusieurs orchestres, et pas des moindres: l'Orchestre philharmonique de Paris ou encore l'Orchestre philharmonique de Londres. Ce statut, elle l'obtient grâce à ses compositions qu'elle arrive à faire jouer, et donc à diriger, dès 1912.


L'alchimie entre chef·fe et orchestre

Par la suite, les cheffes ont un peu disparu de la circulation, laissant un XXe siècle dirigé par des hommes. Des stars, des discrets, des légendes, des caractériels, des génies... Cet âge d'or des chefs d'orchestre a beaucoup contribué à marquer ce métier comme étant essentiellement masculin. Mais le manque de modèle n'est pas la seule cause qui explique le faible pourcentage de femmes sur le podium encore aujourd'hui.

Diriger un orchestre, ce n'est pas seulement gesticuler devant un parterre de musicien·nes le temps d'un concert. Le rôle du chef ou de la cheffe débute avec le choix des œuvres à jouer, se poursuit avec la préparation de l'orchestre, pendant les répétitions, puis se termine avec le concert. Et ce sont les séquences en amont qui nécessitent le plus de compétences et qualités. Construire un programme cohérent, audacieux, pour une salle et pour un public, n'est pas une tâche aisée. Ensuite, épreuve du feu: les répétitions.

La plupart du temps, et surtout pour les femmes, minoritaires dans les postes de directrices musicales et donc appelées le temps d'un concert, les chef·fes se retrouvent devant un ensemble d'inconnu·es, mais un ensemble soudé, qui se connaît par cœur et qui peut décider à tout moment que le courant passe avec le ou la chef·fe… ou pas. Et là, le mystère opère: une personne peut remporter l'adhésion d'un orchestre mais se voir détester par un autre. Il y a bien sûr une histoire d'expérience, de nom, de compétences, de charisme, mais aussi un peu de hasard, de répertoire joué, de feeling et de préjugés.

Une question de physique?

Parmi les clichés les plus coriaces, on retrouve souvent des freins physiques: une femme n'aurait pas la force de diriger un orchestre. Sachant que le métier exige de rester debout environ deux heures en agitant les bras et que certains chefs se sont illustrés à diriger des concerts mythiques à 90 ans passés, l'argument physique, on peut s'en passer. Cependant, ignorer totalement le physique dans ce décalage de vision entre un homme et une femme sur le podium serait une faute.

Dans son article «Cheffes d'orchestre, le temps des pionnières n'est pas révolu», la sociologue et musicologue Hyacinthe Ravet rappelle que lorsqu'une femme dirige un orchestre, les articles de presse mentionnent beaucoup plus son apparence, sa tenue, sa gestuelle que lorsque l'orchestre est dirigé par un homme. Les cheffes choisissent souvent une tenue très sobre, sombre, voire assument un côté masculin dès qu'elles prennent la baguette, comme si la féminité n'était pas compatible avec la direction.

Sur cette question, les témoignages de cheffes ne s'accordent pas toujours. Tout comme le rapport qu'elles entretiennent avec le fait d'être une femme cheffe d'orchestre. Beaucoup préfèrent éluder le sujet, affirmant qu'elles sont cheffes avant d'être femmes et ne veulent plus qu'on leur pose la question de savoir ce que ça fait d'être une femme et de diriger un orchestre. Un ras-le-bol légitime, mais qui nous prive de la compréhension des mécanismes qui font qu'en France, les cheffes d'orchestre représentent moins de 5% de la profession.

Les témoignages de celles qui y sont arrivé sont importants. Dans une interview accordée à Vews (RTBF), Lucie Leguay raconte ainsi qu'un musicien s'est mis en arrêt maladie car il ne voulait pas être dirigé par une femme.

En France, une des premières à avoir percé en tant que cheffe et qui milite aujourd'hui pour plus de parité dans le monde musical s'est beaucoup exprimée sur le sujet. La cheffe Claire Gibault a essuyé les plâtres, se voyant refuser de diriger certains orchestres sans explication valable et a fini par monter son propre ensemble, le Paris Mozart Orchestra, par lassitude de se battre pour être acceptée en France. Son discours engagé reste l'un des rares dans un milieu où parler de discrimination, de genre, de féminisme, de racisme est perçu comme une provocation inutile.


La musique serait au-dessus de tout, au-dessus du social, du politique, de l'économie, de l'idéologie, et le talent ne se mesurerait pas au sexe. Dans ce cas, si les femmes sont autorisées dans les classes de direction depuis un siècle (ouverture de la classe de direction d'orchestre au Conservatoire national de musique et de danse de Paris en 1914), pourquoi le XXIe siècle continue de célébrer des premières fois pour les cheffes d'orchestre?

Newsletters

Le ressenti corporel de la ménopause est aussi culturel

Le ressenti corporel de la ménopause est aussi culturel

Bouffées de chaleur et troubles de l'humeur ne sont pas systématiquement associés à l’arrêt des règles.

Les trois degrés du racisme

Les trois degrés du racisme

Rendre les comportements racistes coûteux tant socialement qu'économiquement est une piste pour les enrayer.

Et une femme à Matignon, c'est pour quand Monsieur le président? En 2154?

Et une femme à Matignon, c'est pour quand Monsieur le président? En 2154?

[BLOG You Will Never Hate Alone] Pour de multiples raisons, nommer une femme Première ministre relevait de l'évidence.

Newsletters