Égalités / Société

Le célibat peut être un choix de vie, quel que soit l'âge que l'on a

Temps de lecture : 9 min

L'image de la femme célibataire, triste et esseulée est en train de devenir obsolète. Certaines femmes revendiquent même un choix assumé qui les rend bien plus heureuses.

Le célibat peut être le meilleur choix à faire pour se sentir libre et bien dans sa peau. | Freshh connection via Unsplash
Le célibat peut être le meilleur choix à faire pour se sentir libre et bien dans sa peau. | Freshh connection via Unsplash

À bientôt 30 ans, l'actrice Emma Watson est comme beaucoup de femmes de son âge: elle ressent la pression de passer le cap de la trentaine en étant propriétaire, en couple, avec un bébé. «C'est juste une source incroyable d'anxiété», lançait-elle lors d'une interview donnée à l'édition britannique du Vogue en novembre dernier, ajoutant qu'elle vivait très bien son célibat. «Il m'a fallu beaucoup de temps, mais je suis très heureuse d'être seule. Je suis en couple avec moi-même. J'appelle cela être auto-partenaire.»

Une lecture similaire est proposée dans le film Les Filles du docteur March, actuellement en salle. Greta Gerwig, la réalisatrice, a décidé de donner à Jo March, l'écrivaine de la famille, une place de choix: celle de la féministe moderne avant-gardiste, qui revendique le droit de vivre sa vie comme elle l'entend, sans être mariée à un homme. Cette énième adaptation du livre de Louisa May Alcott, apparaît comme la plus radicale et la plus progressiste, située dans le contexte du XIXe siècle, en pleine guerre de Sécession.

Le thème du mariage y est maintes fois abordé dans des termes capitalistes et évoqué, dans la bouche d'Amy March, comme «une transaction financière». Dans tous les cas, Jo March ne veut pas se marier, et il en sera ainsi... sauf dans son livre, puisque l'éditeur y tient fermement. Il ne serait pas judicieux qu'une femme finisse seule, lui assène-t-il en pleine négociation. Cette mise en abyme maligne de la part de Greta Gerwig, qui mêle la vie de l'autrice à celle de son héroïne, et qui lui permet de s'émanciper d'une fin trop patriarcale et hétéronormée, n'a jamais été autant d'actualité.

Célibataires, et alors?

Les femmes célibataires qui assument totalement leur statut, et le revendiquent même, se font de moins en moins rares et discrètes. En France, 38% de femmes âgées de plus de 15 ans n'étaient pas mariées (ni veuves ni divorcées) en 2018, pour 44% d'hommes. Mais à quoi se réfère-t-on vraiment lorsqu'on parle de célibat?

Le mot est entré dans le langage courant pour désigner une personne qui n'est pas en couple, les autres n'étant pas forcément considérées comme célibataires, même sans être marié·es. Juliette Raynaud, spécialiste du discours qui analyse les représentations sociales du genre dans les sociétés contemporaines, nous rappelle que célibataire, «ça ne veut pas dire grand-chose».

«C'est avant tout une case administrative en opposition à “marié·e”, une manière d'organiser la société, de ranger les réalités complexes et d'étiqueter les individus. On cherche à nous définir, parfois à s'auto-définir, à s'assigner une identité stable alors même que celle-ci est en mouvement. Le modèle conjugal monogame et hétérosexuel n'est qu'une possibilité. Les injonctions sociales sont nombreuses, contradictoires et tendent à invisibiliser une question clé: l'amour.»

«Les valeurs à l'œuvre sont implicitement toujours les mêmes: l'objectif est de réussir à “se caser”.»
Juliette Raynaud, spécialiste du discours

Pour Mathilde, prof de lettres de 30 ans, ne pas être en couple est un choix «volontaire», qu'elle a fait après une rupture éprouvante. «Mon dernier compagnon était très jaloux, lorsque j'adressais la parole à un homme il pouvait me punir par le silence pendant plusieurs jours. J'ai donc préféré le quitter, parce que j'avais l'impression de m'éteindre doucement», nous explique t-elle.

Ninon, libraire de 27 ans, n'a elle jamais «aspiré» à être en couple, mais a toujours senti que c'était important pour les autres. «C'est quelque chose que je vis très bien, mais les gens me tannent à me demander si j'ai un copain dans la vie avec des commentaires comme “Tu verras, c'est mieux d'être en couple”. Même des clients me demandent comment va mon copain, partant du principe que j'en ai forcément un.»

Faire le choix de rester célibataire est souvent très bien vécu, contrairement aux idées reçues, qui assimilent cela à une forme de fatalité, les clichés ayant la dent dure. «Le célibat est toujours représenté comme un “moment difficile à passer”. Quand le célibat masculin est considéré comme temporaire, le célibat féminin est perçu comme une sanction. S'il n'enlève rien à l'homme, il peut enlever à la femme la possibilité de maternité, sa “destinée sociale”... Les valeurs à l'œuvre sont implicitement toujours les mêmes: l'objectif est de réussir à “se caser”», avance Juliette Raynaud.

Bridget Jones est morte, vive Bridget!

Cette image peu glorieuse qui a été majoritaire pendant des siècles, commence à peine à être dépoussiérée par une génération de femmes qui ne veut plus correspondre à ce que la société attend d'elle. Une évolution dans le «discours dominant explicite» d'après Juliette Raynaud, qui estime que le stéréotype de la femme célibataire a évolué. Merci à la pop culture et aux fictions télévisées qui ont contribué à changer la donne! On pense notamment aux personnages de Samantha Jones dans Sex and the City, de Cristina Yang dans Grey's Anatomy, ou à Jessica Jones.

«On est passé de films comme Bridget Jones à How to be single; d'une démonstration de désespoir à celle de la célébration. Mais l'idée qu'il y aurait une manière d'être célibataire persiste. Celle-ci se cale davantage sur le modèle stéréotypique masculin: vie sociale nocturne, abus en tous genres y compris suractivité sexuelle, laisser-aller général.»

«La majorité des gens autour de moi croient au prince charmant, un mec bien qui viendrait changer ma vie.»
Diara, célibataire à 30 ans

Diara, qui vient juste d'avoir 30 ans, estime avoir subi la situation avant d'en faire un choix pleinement conscient: «Je n'ai jamais eu de chance niveau sentimental entre mes 16 et 22 ans, je n'attirais que des personnes avec qui ce n'était pas réciproque. C'est vraiment en milieu de vingtaine que ça a commencé à devenir volontaire, à force d'entendre les histoires foireuses de mes copines et de mes sœurs. Aujourd'hui, c'est le meilleur choix que j'ai pu faire.»

Mais c'est sans compter les commentaires de son entourage à qui elle fait «de la peine», parce qu'elle n'est pas en couple. Elle se désole: «Je dois faire face aux remarques quasi-quotidienne de mes proches. La majorité des personnes autour de moi croient au prince charmant, un mec bien qui viendrait changer ma vie, ou alors on me dit que c'est moi le problème et que si je changeais de comportement, je trouverais “enfin” l'amour. Sociétalement on est encore très très loin d'accepter qu'une femme de 30 ans soit célibataire par choix.»

Certes, l'injonction à se marier est moins forte que par le passé, mais Juliette Raynaud nous rappelle que ce qui est en jeu, c'est «l'assignation à des rôles genrés: la femme doit devenir mère». «L'injonction n'est pas forcément explicite même si, à partir de 30 ans, les commentaires et questions intrusives sont de plus en plus fréquentes. On attend de la femme hétérosexuelle, dans les sociétés occidentales, qu'elle se marie et qu'elle accomplisse sa destinée sociale: avoir un enfant. La femme célibataire n'a pas d'existence sociale, elle ne correspond à rien. À partir d'un certain âge, mieux vaut être divorcée ou mère célibataire.»

Le célibat n'est pas une tare

C'est pour changer ce type de discours que Shani Silver a lancé la rubrique «Every Single Day», sur le média américain Refinery29. Dans sa chronique hebdomadaire (et dans son podcast «A Single Serving Podcast»), cette journaliste freelance de 30 ans raconte sa vie de femme célibataire aux États-Unis, mettant en avant la question de l'argent, des enfants, ou des conseils sur la manière de gérer le regard des autres quand on n'est pas en couple. Célibataire depuis douze ans –mais pas réfractaire aux dates–, elle explique que le but de cette rubrique, très populaire sur le site, est «d'enlever le stigma qu'il y a autour des femmes célibataires et d'aider celles qui aiment l'être à en profiter et à être plus en confiance avec ce choix».

Si Refinery29 ne nous a pas communiqué les chiffres d'audience de cette chronique, nous savons que chaque publication génère des centaines de (parfois très longs) commentaires avec des réactions en tout genre. Elle a ainsi décidé de créer un groupe Facebook privé pour poursuivre les débats. Au total, plus de 1.400 membres se retrouvent quotidiennement pour partager leurs expériences communes. Et les initiatives comme celle-ci sont de plus en plus nombreuses.

«La société patriarcale nous a conduit à n'envisager qu'un modèle d'épanouissement possible.»
Louisa Amara, social média manager à l'origine de «Single Jungle»

De l'autre côté de la Manche, il y a The Single Supplement, une newsletter créée par Nicola Slawson, «parce que les femmes célibataires méritent leur propre newsletter», où elle raconte pareillement son célibat, avec les bonheurs et les aléas qui vont avec. Par chez nous, Louisa Amara, social média manager basée à Paris, a décidé de lancer le podcast «Single Jungle», parce que «la société patriarcale nous a conduit à n'envisager qu'un modèle d'épanouissement possible, à nous d'en proposer et d'en vivre d'autres», argumente-t-elle dans son texte de présentation et précisant que son podcast sera «le plus inclusif possible».

Le célibat n'est plus une tare, il est même célébré. Garance Doré exprimait ainsi sa joie de fêter «sa première année de célibat» dans une interview donnée au Elle UK en novembre dernier. Ou par l'actrice et réalisatrice Lena Dunham qui estime être «guérie», après quatorze mois de célibat. C'est au magazine Comopolitan UK qu'elle s'est confiée récemment sur sa nouvelle vie: «J'ai été en couple depuis mes 15 ans. J'ai le droit de faire une pause. La sobriété veut dire tellement plus de choses que de ne juste pas prendre de drogues, ça veut aussi que je m'abstiens de toute relation négative. Ça veut dire que j'ai arrêté les relations amoureuses, ça a été formidable pour moi.» On se rappelle aussi de Nicole Kidman sortant du tribunal, heureuse d'être fraîchement divorcée.

Eloïse Moran, une journaliste de mode basée aux États-Unis, en a même fait le thème principal de son compte Instagram à succès, ladydirevengelooks, où elle met à l'honneur les meilleurs looks de la princesse Diana, post-divorce. Ce qui a commencé comme «une blague», s'est révélé être un vrai discours autour de la redécouverte de soi-même, en sortant d'une relation.

Après Lady Di, elle a décidé de célébrer toutes ces femmes qui «ont connu une renaissance après leur divorce», sur revengelooks, son nouveau compte Instagram. On y trouve des photos iconiques, dont celle de Nicole Kidman, mais surtout celle de Britney Spears portant un t-shirt où est incrit «Dump Him» («Largue-le»). Ce dernier est devenu culte et se vend désormais un peu partout sur la toile.

Mais si un futur favorable se dessine pour les femmes célibataires, qui ne seront sans doute plus pointées du doigt en l'absence de partenaire ou d'enfant, il ne se fera pas sans changements radicaux pour Juliette Raynaud: «Ce qui est en jeu dans la question du célibat c'est, en creux, la question de l'arrangement de la sexualité, et plus globalement de l'organisation de la société. Le couple, c'est avant tout une convention liée à la reproduction. L'opposition des statuts administratifs “marié” et “célibataire” est mise à l'épreuve de l'évolution de nos modes de vie –on ne vit pas forcément avec son ou sa conjoint·e, on peut être concubin·es à vie. Mais tant qu'il y aura des cases, il faudra bien faire en sorte d'y rentrer. Pour que cela change, il faudrait partir des expériences, plutôt que des configurations établies.» Elle est persuadée qu'il y aura une nouvelle appellation du célibat, «dont les magazines genrés raffolent».

Shani Silver, elle, est plus optimiste et présage un amour «défini par les personnes elles-mêmes». Quant à Mathilde, à qui ses parents ont quand même souhaité une bonne Sainte-Catherine lorsqu'elle a passé le cap des 25 ans sans être en couple, elle est désormais rassurée: «Avant, je me représentais la femme célibataire comme une personne incomplète à qui il manquait malheureusement un ou une partenaire. Maintenant c'est terminé, j'ai plus l'impression qu'on met en avant la force des femmes qui choisissent d'être seules.» Et c'est tant mieux.

Newsletters

Le ressenti corporel de la ménopause est aussi culturel

Le ressenti corporel de la ménopause est aussi culturel

Bouffées de chaleur et troubles de l'humeur ne sont pas systématiquement associés à l’arrêt des règles.

Les trois degrés du racisme

Les trois degrés du racisme

Rendre les comportements racistes coûteux tant socialement qu'économiquement est une piste pour les enrayer.

Et une femme à Matignon, c'est pour quand Monsieur le président? En 2154?

Et une femme à Matignon, c'est pour quand Monsieur le président? En 2154?

[BLOG You Will Never Hate Alone] Pour de multiples raisons, nommer une femme Première ministre relevait de l'évidence.

Newsletters