Tech & internet / Économie

Flâner sur internet au bureau peut améliorer votre productivité

Temps de lecture : 2 min

Il faut parfois une mini-pause au cours de sa journée de travail pour se remettre de moments stressants.

Aux États-Unis, les salarié·es passent environ 10% de leur journée de travail à surfer sur le web. | Studio Republic via Unsplash
Aux États-Unis, les salarié·es passent environ 10% de leur journée de travail à surfer sur le web. | Studio Republic via Unsplash

Un petit tour sur Facebook, deux ou trois achats en ligne et quelques mails personnels envoyés: si vous êtes un être humain et que vous travaillez derrière un bureau, vous passez forcément un peu de temps dans la journée à traînasser sur internet au lieu de bosser. Cette pratique, appelée cyberloafing, ne veut pas pour autant dire que vous êtes faignant·e.

Un petit moment d'égarement pourrait en réalité améliorer votre productivité à long terme, avance une étude menée par une équipe de recherche américaine et financée par le Sunshine Education and Research Center de l'université de Floride du Sud.

Les scientifiques ont interrogé plus de 258 universitaires travaillant au moins vingt heures par semaine, à la fois sur le temps passé à pratiquer le cyberloafing et sur leur satisfaction au travail, leur désir d'arrêter de fumer ou les mauvais traitements éventuellement subis dans l'entreprise.

Effet tampon

Les résultats de l'étude, qui ont été synthétisés par l'une des autrices dans un article de Fast Compagny, montrent que parmi les sujets qui signalaient une mauvaise ambiance dans leur entreprise, ceux pratiquant le cyberloafing (65% d'entre eux) étaient davantage satisfait·es professionnellement. Ces personnes sont moins susceptibles de vouloir quitter leur emploi que celles qui ne flânent pas en ligne.

La chercheuse Stéphanie Andel conclut que le cyberloafing permettrait aux employé·es de gérer l'angoisse au travail, en agissant comme une mini-pause au cours de la journée pour se remettre de moments stressants. Traîner sur internet opérerait en somme comme un effet tampon.

Fast Company relève que d'autres études appuient cette découverte. Il a été prouvé que la prise de courtes pauses tout au long de la journée de travail renforcent la productivité, et que les personnes actives surfent sur le web pour compenser l'ennui ou face à des instructions peu claires.

Malgré tout, le cyberloafing n'a pas que des effets positifs. Trop de temps consacré à des activités non professionnelles au bureau entraînent d'importantes baisses de performance. Selon le Wall Street Journal, ces pratiques coûteraient chaque année près de 85 milliards de dollars aux entreprises américaines.

Newsletters

Comment la Russie tente d'isoler son internet du reste du monde

Comment la Russie tente d'isoler son internet du reste du monde

Une nouvelle composante de la navigation sur internet est sur le point d'être criminalisée en Russie.

Après l'assassinat de Samuel Paty, repenser l'école et combattre l'anonymat

Après l'assassinat de Samuel Paty, repenser l'école et combattre l'anonymat

[TRIBUNE] Sur internet, l'anonymat permet de se soustraire à la responsabilité individuelle.

Google vous permet enfin de retrouver une chanson juste en la fredonnant

Google vous permet enfin de retrouver une chanson juste en la fredonnant

Vous n'avez même pas besoin de savoir chanter.

Newsletters