Société

«Je n'ai pas envie de sacrifier mes envies ni mon ambition pour lui»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Laure, qui souhaiterait retourner vivre à Paris mais qui se heurte au refus de son compagnon, qu'elle n'arrive pas à comprendre.

«Mes amis me manquent, mes collègues me manquent, même mon boss me manque» | Martin Mutch via Flickr  
«Mes amis me manquent, mes collègues me manquent, même mon boss me manque» | Martin Mutch via Flickr  

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Je vous écris comme on lance une bouteille à la mer, car je ne sais plus vers qui me tourner.

Il y a quatre ans, je suis partie de Paris pour la province, pour rejoindre mon copain de l'époque. Mon patron a accepté que je crée une antenne de notre activité parisienne. Avec ce copain, notre histoire n'a pas duré mais j'ai rencontré un garçon nommé Camille il y a trois ans et demi, et nous sommes ensemble depuis deux ans. Les premiers temps de notre relation, tout était rose, bien que mon activité professionnelle soit chancelante et que ma vie en province ne soit pas aussi géniale que je le pensais.

J'ai tout de même acheté un appartement il y a six mois, essayant tant bien que mal de m'ancrer dans ma vie ici. Mais je retourne régulièrement à Paris et mes amis me manquent, mes collègues me manquent, même mon boss me manque (travailler à distance est vraiment difficile), la ville et son énergie me manquent. Je m'ennuie en province et tourne en rond, les gens ne sont pas accueillants et mon activité ne décolle pas. Il y a quelques jours, j'ai abordé avec Camille mon souhait de retourner sur Paris pour pouvoir mener sereinement ma carrière et aussi retrouver cette énergie que seule la capitale m'apporte.

Cependant, je me suis heurtée à un mur. Non catégorique, il a passé toute sa vie ici, il ne se voit pas partir loin de sa famille, ni changer de boulot (il a des conditions de travail confortables et un avenir assuré s'il reste ici), il ne se voit pas habiter dans plus petit, bref c'est trop «compliqué». Pourtant, il a beaucoup d'amis à Paris et trouverait facilement du boulot. Je ne sais pas du tout quoi faire. Je n'ai pas envie de sacrifier mes envies ni mon ambition pour lui. D'un autre côté, je n'ai pas envie de le perdre. Je suis complètement tiraillée. Je ne sais pas si vous pourrez m'aider, mais je tente ma chance.

Laure

Chère Laure,

Votre opposition, à mon sens, porte sur un sujet primordial. Ce sont deux visions de votre couple que vous opposez, deux chemins de vie différents. C'est aussi important que de vouloir ou ne pas vouloir d'enfant. Construire un couple sereinement est-il possible dans ces cas-là?

Quand les deux parties ont raison, il ne reste plus que la lutte de pouvoir. L'un devra se résoudre et l'autre aura gagné. Cet état de fait, cette problématique de pouvoir, aura des conséquences jusqu'à la fin de la relation. Celui ou celle qui aura gagné se le verra reprocher et l'autre aura toutes les raisons de se morfondre.

En toute honnêteté, je ne sais pas s'il est possible de construire sur le long terme avec quelqu'un dont le chemin de vie l'emmène dans une direction diamétralement opposée. En tout cas, je suis sûre que ce n'est pas possible de construire une relation de façon traditionnelle. Il existe d'autres solutions pour vous, comme la relation à distance, qui peut être adoucie encore un peu plus par un aménagement de l'emploi du temps. Des centaines de couples le vivent de façon choisie et non pas comme une contrainte. Chacun·e a son domicile et chacun·e a sa vie. Les moments à deux sont des moments privilégiés et désirés.

Une autre solution serait l'essai. Vous avez essayé de vivre dans sa région sans que cela vous épanouisse. Pourquoi ne se donnerait-il pas quelques mois ou une année pour vivre avec vous à Paris? Je vous accorde que cette solution nécessite une grande organisation, mais cela peut toujours être un compromis.

Où que mènent vos discussions, je veux juste vous rappeler de penser à vous. Personne ne le fera à votre place. Si vous êtes malheureuse là où vous habitez actuellement, vous le serez à terme dans votre couple. Vous ne pouvez pas laisser reposer votre bien-être sur les seules épaules de votre compagnon.

Je compose moi-même avec la problématique que vous vivez actuellement. Pour mon bien-être, je ne peux être loin de Paris, mais c'est ailleurs que mes proches sont installés. J'ai choisi de donner du temps à chacun, sans me sacrifier. Du temps pour moi et mon travail à Paris, du temps avec mes proches dès que je le peux. Cela serait plus simple que nous soyons tous au même endroit, mais j'accepte leur position comme ils acceptent la mienne. Cela aurait pu se conclure par une rupture totale mais nous avons décidé d'accepter nos différences, qui font aussi notre richesse.

Je vous souhaite de trouver le compromis qui vous convienne. Cela n'est jamais facile et coûte en temps, en énergie et en argent. Mais si vous sentez que les sentiments n'ont pas la force de supporter la différence, alors partez vivre votre vie sans vous retourner. Pour moi, ce bien-être là, on ne devrait le sacrifier pour personne.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

18.000$ d’amende: un KFC mène la police à une fête d’anniversaire en plein confinement

18.000$ d’amende: un KFC mène la police à une fête d’anniversaire en plein confinement

La scène s’est déroulée à Melbourne, en Australie, où une nouvelle flambée des cas de coronavirus a forcé le reconfinement de la ville.

Andreï Tchikatilo, un tueur dans l'escalier du diable

Andreï Tchikatilo, un tueur dans l'escalier du diable

Les mathématiques se sont intéressées au cas de ce serial killer ukranien, qui tue comme d'autres font des crises d'épilepsie ou créent des œuvres d'art.

La semaine imaginaire d'Éric Dupond-Moretti

La semaine imaginaire d'Éric Dupond-Moretti

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Newsletters