Culture

«Cuban Network»: infiltration à Miami et à Hollywood

Temps de lecture : 3 min

Le film d'Olivier Assayas fond en un même mouvement récit d'une authentique et extraordinaire histoire d'espionnage, codes du film d'aventure et critique des modèles dominants de narration.

René González (Édgar Ramírez), pilote, espion, mari, héros. | Memento Films
René González (Édgar Ramírez), pilote, espion, mari, héros. | Memento Films

Avion volé, traversée de la mer à la nage, exploits physiques, gestes téméraires –c'est l'aventure, tout de suite. Un film avec des héroïnes et des héros belles et beaux comme des stars de cinéma (normal, ils sont interprétés par des stars de cinéma), des trahisons, des affrontements de l'ombre.

Une famille abandonnée, un mariage luxueux, des dialogues à double et triple fonds, grands sentiments et virtuosité de récit, humour et énergie: pas de doute, Cuban Network s'inscrit d'emblée avec brio dans le genre du film d'espionnage de haut vol, où le panneau indicateur à l'entrée («d'après une histoire vraie») valide le romanesque échevelé de ce qui va suivre.

Mais si le nouveau film d'Olivier Assayas s'appuie scrupuleusement sur des faits réels[1], et s'il est bien en effet du même mouvement un thriller d'espionnage à rebondissements, il est encore davantage: une sorte d'opération commando clandestine au sein du cinéma de fiction.

Parfaitement authentique est l'histoire de ces cinq espions cubains installés à Miami au début des années 1990 pour infiltrer les réseaux anticastristes multipliant les actions de déstabilisation du régime de La Havane, y compris sous forme d'attentats meurtriers dans des hôtels.

Authentique le jeu dangereux et retors où CIA et FBI jouent leur partitions à plusieurs voix, et authentiques les histoires amoureuses à fronts renversés, ici exemplairement matrimoniales et familiales, là transgressive, médiatique et perverse. On peut faire confiance au cinéaste de Carlos pour associer précision de la reconstitution des faits et souffle épique, d'autant mieux qu'il retrouve pour le rôle principal le même interprète en tous points remarquable, Édgar Ramírez.

Un léger twist

Mais il y a un «mais». Les espions pleins d'habileté (véridique) et de charme (dans le film) sont des agents cubains. Au cinéma, depuis une nuit des temps qui remonte à bien avant la chute du Mur, les gentils, c'est les États-uniens et leurs alliés, les méchants c'est les autres, point final.

Ce léger twist induit une étrangeté qui n'est pas tant politique au sens primaire (le film n'est nullement un éloge du régime castriste) que dramatique –ce qui est en fait bien plus politique, mais d'une autre façon.

Sous couvert de film de genre, couverture dont il respecte impeccablement les enjeux spectaculaires et émotionnels, Olivier Assayas déploie une mise en question de la façon dont les histoires sont racontées et perçues.

Près d'une plage de Floride, le maître espion (Gael García Bernal) et l'épouse modèle (Penélope Cruz). | Memento Films

Dans cette histoire d'hommes, le rôle des deux femmes, interprétées par Penélope Cruz et Ana de Armas, est à ce titre passionnant, par la manière –qui peut être très brutale– dont elles ont à prendre en charge les modèles de représentation (idéologique, familiaux, de société) auxquels, comme tout le monde, elles se réfèrent dans leur existence.

Ces déplacements du regard et de l'écoute élèvent à un degré supérieur les ruses et jeux de masque auxquels se livrent, chacun à sa façon, les protagonistes et le réalisateur.

Ils concernent à la fois une histoire passée (l'affrontement entre les États-Unis et Cuba à l'ère de la Guerre froide), une façon de raconter les histoires, et le storytelling de l'actualité –notamment ce que désigne le mot «terrorisme».

Un geste de cinéma

La réussite de Cuban Network tient à la façon dont Olivier Assayas parvient à jouer à la fois sur ces différents tableaux, qui ne se superposent pas mais se fondent en un seul geste de cinéma.

Les Cuban Five, dont, au centre, René González. | Memento Films

Aux ressorts classiques de la fiction (secret, action, révélations, moments de violence, passages émouvants), fiction menée en s'appuyant sur des ressources empruntant davantage à Hitchcock qu'à James Bond, s'ajoute la qualité des interprètes, et d'un jeu tout en demi-teinte, parmi lesquels, outre ceux déjà cités, Gael García Bernal à son meilleur fait particulièrement merveille.

Dès lors, les trafics d'armes et de drogues des anticastristes aidés par les agences américaines, tout comme les manœuvres de l'administration Clinton choisissant de protéger la mafia cubaine de Miami, s'inscrivent dans une dramaturgie qui, par un retournement aussi improbable que légitime, mène à l'apparition de vrais héros comme on n'en fabrique qu'à Hollywood: les Cuban Five, des agents castristes.

Cuban Network

d'Olivier Assayas, avec Édgar Ramírez, Gael García Bernal, Penélope Cruz, Wagner Moura, Ana de Armas.

Séances

Durée: 2h05

Sortie le 29 janvier 2020

1 — Événements dont le récit se trouve dans le livre Os últimos soldados da Guerra Fria: A história dos agentes secretos infiltrados por Cuba em organizações de extrema direita dos Estados Unidos de Fernando Morais. Retourner à l'article

Newsletters

Le vertigineux miroir de «L'Infirmière»

Le vertigineux miroir de «L'Infirmière»

Jouant sur les frontières du visible, le film de Kōji Fukada déploie les ressorts d'un thriller étonnamment réaliste grâce à sa façon d'approcher des zones d'ombre.

Les deux Gauguin exposés à Boston et Washington sont-ils des faux?

Les deux Gauguin exposés à Boston et Washington sont-ils des faux?

Ces œuvres seraient injustement attribuées au peintre. Les musées concernés ont décidé d'ouvrir une enquête.

Le Covid-19 a-t-il rompu le lien entre les célébrités et leur public?

Le Covid-19 a-t-il rompu le lien entre les célébrités et leur public?

Les inégalités de situation entre les stars et leurs fans pourraient conduire les premières à leur perte.

Newsletters