Culture

Ce que j'ai appris en écrivant sur l'Holocauste, c'est qu'il peut se reproduire demain

Temps de lecture : 3 min

[BLOG You Will Never Hate Alone] S'en souvenir n'est pas seulement un devoir de mémoire. C'est aussi une nécessité pour échapper à sa répétition.

Auschwitz, symbole de l'humanité assassinée. | Antonio Giardiello via Flickr
Auschwitz, symbole de l'humanité assassinée. | Antonio Giardiello via Flickr

Il y a soixante quinze-ans, les armées soviétiques libéraient le camp de concentration d'Auschwitz. Par rapport à sa capacité initiale, l'endroit était presque désert: seuls quelques milliers de prisonniers assistèrent à l'entrée des soldats de l'Armée rouge. Les autres, ceux qui avaient survécu à la politique d'extermination du régime nazi –plus d'un million d'individus perdirent la vie à Auschwitz– avaient été évacués les semaines précédentes. Tenant à peine debout, affamés à en perdre la raison, vêtus de presque rien, par un froid glacial, ils regagnaient l'Allemagne par processions entières, participant à ces sinistres marches de la mort qui seraient pour un grand nombre d'entre eux leur dernier voyage.

ll n'y eut aucune explosion de joie au moment de la libération du camp d'Auschwitz. D'une certaine manière, les habitants des lieux n'étaient plus au monde. Ils naviguaient entre la vie et la mort, ombres parmi les ombres, squelettes à l'allure de fantômes revenus de tout, des hommes et de leur barbarie, de Dieu et de son silence, de la vie et de son absence, de tout ce carnaval de la mort inscrit au plus profond de leurs corps. Dans les jours qui suivraient leur libération, un grand nombre s'en irait rejoindre les tombes silencieuses et jamais creusées de leurs compagnons de déportation, ces sépultures évanouies dans l'immensité des cieux qu'on dit éternels.

Pareille scène se déroulerait quelques semaines plus tard à Bergen-Belsen, à Dachau, à Buchenwald quand les armées alliées libéreraient les camps de concentration situés sur les territoires allemands et autrichiens. Alors le monde apprendrait quel sort avait été réservé aux populations juives, tziganes, polonaises… La mort industrielle, la mort par millions, la mort expéditive, la mort sous son jour le plus blafard, les trains, les camps, les douches, les chambres à gaz, les fours crématoires, les cadavres rendus à l'état de poussière, le grand carnage de l'humanité sauvagement assassinée.

Ce qui frappe quand on écrit sur cette période de l'histoire, lorsqu'on tente de l'appréhender dans toute sa démesure, outre l'impossibilité du langage à retracer l'insondable douleur des victimes, c'est l'extraordinaire vitesse à laquelle les événements se sont déroulés. De l'accession au pouvoir d'Hitler à sa chute, douze années se seront écoulées, un temps misérablement court qui aura pourtant permis à l'un des peuples les plus éclairés du continent européen, les plus avancés, les plus cultivés, de commettre des massacres dont l'ampleur et l'intensité nous laissent encore aujourd'hui sans voix.

C'est bien cela qui nous terrifie dans le meurtre nazi. Sa proximité géographique et sa connivence avec l'essence même de notre être. Si un holocauste a pu se produire au cœur même de l'Europe, dans les circonstances que l'on connaît, un holocauste orchestré par des individus comme vous et –les Allemands n'étaient pas des extraterrestres–, c'est donc qu'il peut se produire à nouveau. Les forces de la tyrannie une fois lâchées, elles procèdent de leur propre logique et deviennent incontrôlables; en deux, trois mouvements, ce qu'on pensait acquis et inaltérable s'effondre dans le crépuscule d'une civilisation détruite de l'intérieur et bientôt la démocratie gît au beau milieu d'un chaos dont nul ne connaît la profondeur exacte.

Ce qui revient à dire qu'en toutes circonstances, il ne faut jamais baisser la garde. Se montrer tout le temps d'une vigilance extrême. Ne jamais accepter ce qui peut nous apparaître comme des lâchetés individuelles ou collectives, des comportements en tout point contraires à notre sens de la morale et de l'éthique. Ne jamais se taire. Ne jamais se résigner. Ne jamais détourner le regard. Ne jamais se voiler la face. Ne jamais échanger contre son confort personnel des reculades dont demain il nous faudra payer le prix fort. Ne jamais se sentir à l'abri. Ne jamais se croire arrivé. Ne jamais céder à l'air du temps. Ne jamais prendre les choses pour acquises.

Ne jamais admettre qu'on puisse s'en prendre à un être humain au prétexte qu'il serait différent de nous. Ne jamais tolèrer les mises en accusation obsolètes et la prolifération des fantasmes, tous porteurs de la peste. Ne jamais écouter les populistes qui cherchent à diviser pour mieux régner. Ne jamais se laisser guider ou submerger par la peur qui rend nos cœurs sourds et nos âmes aveugles. Ne jamais s'habituer au racisme, à l'antisémitisme, à la discrimination sous toutes ses formes. Ne jamais reculer ne serait-ce d'un centimètre.

Jamais. Jamais. Jamais.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Newsletters

Peste, grippe espagnole... Les grandes pandémies ont-elles accouché d'un «monde nouveau»?

Peste, grippe espagnole... Les grandes pandémies ont-elles accouché d'un «monde nouveau»?

Ces fléaux ont marqué leur empreinte partout où ils sont passés, mais prédire comment réagiront les sociétés à l'issue de la crise liée au coronavirus reste difficile à pronostiquer.

Nos vies post-confinement: la revanche des campagnes?

Nos vies post-confinement: la revanche des campagnes?

La pandémie du coronavirus Covid-19 et la situation de confinement que nous vivons actuellement nous donneront-elles envie de changer nos modes de vie? De déménager, de quitter par exemple un appartement en ville pour un mas provençal ou une...

Les concerts à distance appartiennent-ils déjà au monde d'après?

Les concerts à distance appartiennent-ils déjà au monde d'après?

Ces performances se multiplient pendant le confinement et vont peut-être se pérenniser pour faire évoluer cette activité vers un modèle plus immatériel.

Newsletters