Économie / Culture

Disney contre-attaque face à un océan de contrefaçons Baby Yoda

Temps de lecture : 2 min

La firme a tardé à commercialiser des produits dérivés Baby Yoda, d'autres l'ont fait à sa place.

Espéront que son ange gardien continuera de le protéger. | Capture d'écran via YouTube
Espéront que son ange gardien continuera de le protéger. | Capture d'écran via YouTube

Désormais largement éventée, l'apparition d'un bébé alien de la même race que Yoda était la plus grande surprise du Mandalorian. Pour sa première série dans l'univers Star Wars, qui raconte les aventures d'un chasseur de primes à travers la galaxie, Disney a surpris les fans en dévoilant l'adorable petite créature à la toute fin du premier épisode.

Tout à été mis en oeuvre pour que ce secret ne sorte pas du plateau de tournage. Jon Favreau, le showrunner du Mandalorian a notamment convaincu Disney de ne pas commercialiser à l'avance des produits dérivés du personnage.

Le merchandising est souvent source de spoilers pour les blockbuster Disney. Afin que les jouets sortent au moment du film, les commandes sont passées aux fournisseurs à l'avance et fuitent en révélant l'apparition de personnages, de costumes et même de scènes entières.

Cette manoeuvre était un risque pour Disney, puisque Star Wars est connue pour introduire régulièrement des personnages taillés sur mesures pour vendre des jouets: Ewoks, BB-8 ou plus récemment le droïde D-O et l'alien Babu Frick, introduits dans Star Wars IX: L'Ascension de Skywalker.

Beaucoup de créateurs et créatrices se sont donc jetées sur l'occasion en produisant t-shirts, doudous et poupées Baby Yoda. Une garantie de faire des bonnes ventes, étant donné l'incroyable popularité du personnage. Certaines pages avaient plusieurs centaines de vues par jours sur Etsy (un chiffre important pour une plateforme où tout est fait main).

L'empire contre-attaque

Seulement, Disney a commencé à contre-attaquer, en envoyant aux plateformes de vente des avis de retrait pour tous les produits utilisant son personnage trademarqué. Plusieurs utilisateurs et utilisatrices d'Etsy ont vu leurs pages produits supprimées si elles utilisaient les mots «Star Wars», «Yoda» ou «Mandalorian».

Cela arrive alors que Disney s'est finalement décidé à commercialiser des produits dérivés du personnage dont une peluche disponible en pré-commande et un partenariat avec Buid-a-Bear.

Il reste beaucoup de produits «Baby Yoda» sur Etsy, mais Disney semble avoir visé les plus populaires. Certain vendeurs se sont ainsi résolus à vendre leur création sous des noms plus ambigus comme «Baby Alien» ou même dans un cas: «C'est un alien, un gobelin? Alors que ses origines sont inconnues ce que l'on sait, c'est qu'il absolument adorable». À voir si cela calmera les ardeurs de Disney.

Newsletters

La France, en manque de confiance, déprime

La France, en manque de confiance, déprime

La défiance vis-à-vis des institutions est un trait structurel de la société française, un trait stable et déjà ancien.

Le «club des radins» condamne-t-il l'UE à l'impasse économique?

Le «club des radins» condamne-t-il l'UE à l'impasse économique?

Tandis que les États s'organisent pour relancer l'activité, de profondes divergences risquent en Europe de bloquer la mise en place du fonds proposé par Paris et Berlin.

Angela Merkel brise le tabou de la rigueur pour sauver l'Europe

Angela Merkel brise le tabou de la rigueur pour sauver l'Europe

Ce lundi 18 mai, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont présenté leur plan de relance pour l'Europe lors d'une conférence de presse commune. Un plan inédit qui prévoit que l'Union s'endette à hauteur de 500 milliards d'euros via la...

Newsletters