Sciences

Comment rendre l'embarquement en avion plus rapide

Temps de lecture : 2 min

Un grand nombre de compagnies aériennes utilisent la méthode la plus lente.

Apeller les passager·es siège par siège pourrait être deux fois plus rapide que les méthodes actuelles. | Suhyeon Choi via Unsplash
Apeller les passager·es siège par siège pourrait être deux fois plus rapide que les méthodes actuelles. | Suhyeon Choi via Unsplash

Si vous avez déjà pris l’avion, vous savez qu’entre l’annonce du début de l'embarquement et le décollage, l’attente peut être très longue. Généralement, les compagnies aériennes utilisent l’une de deux méthodes d'embarquement: faire entrer tout le monde en même temps, dans l’ordre où la file d'attente s'est constituée, ou en commençant par les passager·es du fond en premier, puis par grappes, en allant vers l’avant.

Cette dernière méthode semble instinctivement la meilleure, puisque les passager·es de l’arrière ne gênent pas ceux qui s’installent devant eux, et ainsi de suite. C’est pourquoi elle est utilisé par beaucoup de compagnies aériennes et sur la quasi-totalité des vols intérieurs américains.

Seulement, il se trouve que cette méthode est aussi la plus lente.

Cailloux et grains de sable

Si vous voulez faire entrer des cailloux et du sable dans un bocal, mettre le sable en premier ne laisserait plus de place pour les pierres. Par contre, si les pierres sont introduites en premier, le sable peut se faufiler entre les pierres pour se loger dans les interstices restant.

Les personnes fonctionnent peu ou prou de la même manière. Mieux vaut faire entrer les plus lentes en premier, qui seront moins gênées dans un avion vide, puis celles qui peuvent se contorsionner pour atteindre leur siège.

Une fois cela fait, pour le reste de l’avion, il existe une méthode réputée la plus efficace, celle du physicien Jason Steffen. Les passager·es sont appelé·es par vague de dix, un rang sur deux. D’abord les sièges hublot de gauche, puis ceux de droite, ensuite ceux du milieu de la colonne de gauche et ainsi de suite.

Ainsi, tout le monde peut installer ses sacs puis s’assoir sans être gêné. Des tests ont montré que cette méthode est quasiment deux fois plus efficace que celle par groupe, de l’arrière à l’avant, et 20 à 30% plus rapide que celle laissant tout le monde entrer à la fois.

Après des années d’un système très lent, l’aéroport de Londres Gatwick a décidé en octobre de prendre deux mois pour expérimenter différentes méthodes, en appelant les passager·es siège par siège. Les résultats ne sont pas encore tombés mais ils pourraient bien révolutionner le petit monde des aéroports.

Newsletters

Vos maux de tête ne proviennent pas de votre cerveau

Vos maux de tête ne proviennent pas de votre cerveau

Le cerveau n'a pas de récepteurs de la douleur, ce qui permet des opérations chirurgicales spectaculaires. Mais s'il ne ressent aucune douleur lui-même, il perçoit néanmoins toute la douleur du corps.

Plus vous êtes proche de quelqu'un, moins vous êtes susceptible de l'écouter attentivement

Plus vous êtes proche de quelqu'un, moins vous êtes susceptible de l'écouter attentivement

Voilà pourquoi vous n'écoutez jamais votre partenaire.

Espérance mathématique et désespoir climatique: pourquoi il est rationnel de paniquer

Espérance mathématique et désespoir climatique: pourquoi il est rationnel de paniquer

[TRIBUNE] Considérer les pires scénarios ne fera que nous aider à prendre des mesures fortes et rapides, pour l'instant ralenties par l'inertie de nos habitudes et le conservatisme politique.

Newsletters