Monde

Une femme obligée de passer un test de grossesse avant de monter dans un avion

Temps de lecture : 2 min

Certaines îles américaines sont devenues des endroits populaires pour des femmes étrangères qui cherchent à accoucher afin que leur bébé devienne citoyen américain.

La compagnie a par la suite présenté ses excuses à la passagère. | Oskar Kadaksoo via Unsplash
La compagnie a par la suite présenté ses excuses à la passagère. | Oskar Kadaksoo via Unsplash

Midori Nishida, une Japonaise de 25 ans, se souviendra sûrement de son dernier vol en avion.

Alors qu'elle rendait visite à ses parents à Saipan, une île américaine du Pacifique, la jeune femme a été prise à part par le personnel de la compagnie aérienne, la Hong Kong Express Airways, afin de passer un test de grossesse avant l'embarquement. Problème: elle n'était pas enceinte, rapporte la BBC.

La scène s'est déroulée il y a quelques semaines à l'aéroport de Hong Kong. La jeune Japonaise, qui vit à Tokyo mais a grandi à Saipan, avait indiqué sur un questionnaire d'enregistrement qu'elle ne portait pas d'enfant. Pourtant, elle fut contrainte d'aller se plier au test urinaire dans les toilettes de l'aéroport, escortée par le personnel de la compagnie.

Le test s'est révélé négatif, et la passagère, bien qu'offensée, a pu monter à bord de l'avion. «Ce fut très humiliant et frustrant», a-t-elle précisé au Wall Street Journal.

Cette mesure de précaution de la Hong Kong Express Airways s'inscrit dans un contexte beaucoup plus large. L'île de Saipan, à l'est de la mer des Philippines, fait partie du Commonwealth américain des îles Mariannes du Nord. Ainsi, accoucher sur l'une de ces îles permet au nouveau-né d'être éligible à la citoyenneté des États-Unis, grâce au droit du sol.

Tourisme de naissance

Le phénomène est d'une grande importance à l'échelle de l'archipel des Mariannes, qui est devenu une destination de choix pour les femmes souhaitant accoucher sur le territoire américain. En 2018, plus de touristes que de résidentes y ont accouché, selon les chiffres du Bureau de la santé et des statistiques de l'état civil de la Marianne du Nord.

Cette année-là, les touristes étrangerères ont donné naissance à 582 bébés sur ces îles du Pacifique, contre 492 nés de résidentes permanentes.

Il n'est pas interdit aux étrangères enceintes d'entrer sur le sol américain –même si certaines compagnies aériennes se réservent le droit de refuser une femme enceinte après son huitième mois de grossesse, pour raisons de sécurité– mais les autorités tentent d'être vigilantes quant au motif réel de leur voyage.

Les compagnies aériennes sont également contraintes de prendre en charge les frais de retours des personnes qui ont été refoulées à l'entrée du territoire américain, ce qui les pousse à vérifier avec attention l'éligibilité de leurs voyageurs et voyageuses.

La compagnie a déclaré avoir «pris des mesures sur les vols à destination de Saipan à partir de février 2019 pour aider à garantir que les lois américaines sur l'immigration ne sont pas sapées». Hong Kong Express Airways a également présenté ses «excuses sans réserve» à la jeune Japonaise dans un communiqué à NBC News.

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters