Parents & enfants

Une école anglaise appelle les services sociaux dès que les parents ont 30 minutes de retard

Temps de lecture : 2 min

Ils sont également obligés de payer un dédommagement à l'établissement.

Selon l'école, les élèves que l'on va chercher tardivement présenteraient des signes d'anxiété. | Ben Wicks via Unsplash
Selon l'école, les élèves que l'on va chercher tardivement présenteraient des signes d'anxiété. | Ben Wicks via Unsplash

Aux grands maux les grands remèdes. Exaspérée par les retards récurents des parents d'élèves à la sortie de l'école, la Holly Trinity Church of England de Gravesend, une école primaire du comté de Kent, a pris une mesure draconienne.

Si un·e enfant n'est pas récupéré·e par ses parents avant 16 heures, soit trente minutes après la fin de la journée scolaire, l'école appelle sur-le-champ les services sociaux.

«L'école se termine à 15h30, mais il devient de plus en plus fréquent qu'un nombre important d'enfants non récupérés soient toujours sur place à 16 heures», se défend la directrice de l'établissement Denise Gibbs-Naguar.

«Les élèves qui sont recueillis tardivement présentent souvent des signes d'anxiété et de détresse, ils ne savent pas où se trouve leur parent et craignent que quelque chose leur soit arrivé», ajoute-t-elle dans The Independent.

Mise en place la semaine dernière pour garantir que tous les enfants soient récupérés avant 15h40, cette nouvelle règle n'est pas du tout du goût des parents d'élèves. «Nous avons été choqués et consternés de découvrir cette mesure mise en place par l'école», déclare un parent qui a souhaité rester anonyme.

Amende toutes les cinq minutes

Choqués, déçus, mais pas au bout de leur surprise. Informés par une lettre de l'établissement, les parents des enfants de l'école primaire ont aussi découvert qu'ils seraient pénalisés d'une amende d'une livre (1,17 euros) toutes les cinq minutes de retard à partir de 15h40.

Cette dernière mesure est une nécessité à en croire l'école catholique située à quelques kilomètres au sud-est de Londres. Ce dédommagement servira à couvrir les frais supplémentaires dus au paiement des enseignant·es qui doivent rester plus longtemps sur place, à attendre les parents retardataires. Parmi les parents d'élèves qui fustigent cette mesure, certains dénoncent le fait que la plupart des écoles ferment au même moment et que, pour peu qu'ils aient deux ou trop enfants à récupérer dans différents établissements, il leur est impossible d'arriver dans le temps escompté. D'autres remettent directement en cause la légalité d'une telle démarche.

Newsletters

«Je suis passée d'un enfant à zéro»: la bataille administrative des parents endeuillés

«Je suis passée d'un enfant à zéro»: la bataille administrative des parents endeuillés

À l'insoutenable peine de la perte d'un enfant s'ajoute une douleur liée aux démarches administratives, souvent cruelles. Des parents veulent faire réagir les institutions.

Pas de panique, en Espagne les bébés portent le nom du père et de la mère, et ça se passe bien

Pas de panique, en Espagne les bébés portent le nom du père et de la mère, et ça se passe bien

Au pays d'Isabelle la Catholique, tout le monde porte deux noms de famille depuis des siècles. Cet usage ressemble au système que propose le collectif Porte mon nom, relayé par le député Patrick Vial, qui a sollicité une réforme en ce sens début juin.

Oubliez l'éducation positive: ne pas être un parent idéal, c'est normal

Oubliez l'éducation positive: ne pas être un parent idéal, c'est normal

Être un «bon parent» est devenu un réflexe social.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio