Sciences

Quel plan de survie pour l'humanité si un astéroïde fonçait sur la Terre?

Temps de lecture : 5 min

Il faudrait échapper au feu, aux tsunamis, à une activité volcanique massive, à la destruction de la couche d'ozone et à la disparition du Soleil et des espèces complexes.

Coloniser Mars serait une solution, mais vingt ans sont trop courts pour y arriver. | 9866112 via Pixabay
Coloniser Mars serait une solution, mais vingt ans sont trop courts pour y arriver. | 9866112 via Pixabay

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «La Terre a vingt ans avant qu'un astéroïde de 30 km de large n'entre en collision avec elle. Comment pourrions-nous agir pour sauver l'humanité? Cela serait-il même possible? Comment le monde réagirait-il?»

La réponse de Corey S. Powell, auteur de livres, ancien rédacteur chez Discover et American Scientist:

Les conséquences politiques et sociales sont difficiles à prévoir. Si ce n'est déjà fait, lisez Seveneves de Neal Stephenson et vous aurez une idée de la façon dont le monde réagirait face à une catastrophe mondiale similaire, selon un auteur de SF réfléchi (bien que Stephenson envisage un angoissant délai de deux ans seulement).

Il est bien plus facile de réfléchir aux problématiques scientifiques et technologiques. Je vais donc plutôt me pencher sur elles.

Tout d'abord, serait-il possible qu'un astéroïde de 30 km de large n'ayant pas encore été découvert se dirige vers notre planète dans un proche avenir? La réponse est oui, mais… Le coupable ne pourrait pas venir de la ceinture d'astéroïdes.

Les astronomes ont déjà tracé l'orbite de tous les astéroïdes de cette envergure (et d'astéroïdes bien plus petits) dans le détail. Selon toute vraisemblance, aucun objet de cette taille ne risque de heurter la Terre d'ici plusieurs centaines de milliers d'années, et probablement pas avant plusieurs millions d'années.

Il existe pourtant un cas de figure dans lequel un objet de ce genre pourrait se rapprocher de nous sans que personne n'en ait conscience.

Si une comète géante ou un objet ayant été délogé de la ceinture de Kuiper se dirigeait vers nous en suivant un axe extrêmement elliptique (c'est-à-dire en chute libre vers le Soleil), il serait très difficile à détecter. Nous ne pourrions probablement pas le repérer avant qu'il ne se trouve entre les orbites d'Uranus et de Neptune, et un objet à cette distance mettrait environ vingt ans à nous atteindre.

Gardez à l'esprit que les objets de 30 km de large sont, somme toute, extrêmement rares. Il n'existe aucune mention de collision entre la Terre et un objet de cette taille au cours des deux derniers milliards d'années. La probabilité d'un impact au cours des prochaines années est donc astronomiquement réduite. Imaginons tout de même le scénario.

Bon, que se passerait-il si l'astéroïde nous heurtait? Nous parlons d'un objet au diamètre deux ou trois fois supérieur à celui de l'astéroïde qui s'est écrasé sur la Terre à la fin du Crétacé. Étant donné sa trajectoire raide en direction du Soleil, il se déplacerait lui aussi à une vitesse élevée et pourrait contenir 100 fois la quantité d'énergie libérée par l'impact ayant fait disparaître les dinosaures de la surface de la Terre. Nous risquerions donc une extinction complète de l'humanité. Mais comme il n'existe aucun précédent dans l'histoire de la vie complexe sur Terre; nous ne pouvons qu'extrapoler.

Détourner l'astéroïde

Toute la surface de la Terre prendrait feu. D'énormes séismes et tsunamis se produiraient, entraînant une activité volcanique massive autour de la zone d'impact. La couche d'ozone serait détruite. L'eau des océans deviendrait acide. Le Soleil disparaîtrait probablement pendant plusieurs dizaines d'années. La plupart des espèces complexes périrait sans doute après la catastrophe.

Maintenant que nous avons défini l'étendue du problème, réfléchissons aux solutions. Première idée: serait-il possible de détourner l'astéroïde? Selon une récente étude, l'approche la plus vraisemblable (Des scientifiques conçoivent un déflecteur d'astéroïde conceptuel et évaluent son efficacité face à une menace de masse potentielle) consisterait à faire exploser plusieurs ogives nucléaires juste à côté de l'astéroïde en vue de faire disparaître une partie de sa surface et de modifier son orbite.

Si la Nasa, Roscosmos, l'Agence spatiale européenne et l'Administration spatiale nationale chinoise (ainsi que le secteur privé) entamaient dès maintenant une coopération, j'imagine que des lancements coordonnés pourraient être programmés dans environ deux ans et intercepteraient l'astéroïde près de dix ans plus tard. Contrairement à un grand nombre de cyniques, ce genre de coopération internationale me semble plausible, car la menace est bien trop grande. Toutes les autres inquiétudes deviendraient secondaires et, en cas de collision, nous n'aurions plus à nous inquiéter de quelconques nations ou gouvernements.

Mais cela fonctionnera-t-il? Difficile à dire. Nous n'avons jamais tenté quelque chose de semblable. Des missions comme Hayabusa-2 et OSIRIS-REx, qui iront à la rencontre d'astéroïdes et toucheront la surface, sont ce qui s'en rapprochent le plus, ou encore le programme New Horizons, qui a effectué un vol de précision à haute vitesse jusqu'à Pluton. Mais nous tenterions alors de détourner un objet sans savoir grand-chose de sa forme et de sa composition. Nous lancerions probablement les têtes nucléaires aussi vite que possible, puis nous adapterions les paramètres de la mission à mesure que nous apprendrions à connaître l'astéroïde.

Aller dans l'espace

Tandis que nos ogives seraient en chemin vers l'astéroïde, les habitant·es de la Terre réfléchiraient sans doute à un plan de survie en cas d'échec des efforts des gouvernements. Une option consisterait à se réfugier sous terre. Ou dans les profondeurs de l'océan. Dans tous les cas, nous aurions besoin d'une source d'énergie capable de durer plusieurs décennies, en plus d'un système de survie en circuit fermé pour rafraîchir l'eau et l'air. Nous serions également obligés de constituer des réserves de graines, de bétail et de toute autre espèce dont la survie à l'impact serait vitale.

Tous les gouvernements s'y attelleraient et imposeraient sans doute la loi martiale pour éviter que les populations ne prennent d'assaut les entrepôts. Les milliardaires construiraient leurs propres abris et tout un tas de gens essaieraient de s'y introduire. Quels que soient les critères de sélection employés pour déterminer qui aurait le droit à un abri, des émeutes éclateraient en masse.

L'autre solution de survie consisterait à aller dans l'espace, et tous les grands gouvernements y réfléchiraient sans doute aussi. L'orbite terrestre basse, où se trouve la Station spatiale internationale, est trop vulnérable aux débris susceptibles de se détacher de l'astéroïde. Ce qui nous laisse trois options: l'orbite géosynchrone, la Lune et Mars. La première est la plus facile à atteindre, mais elle n'offre aucune ressource locale –ce qui est problématique si nous souhaitons être auto-suffisants pendant quelques dizaines d'années. La Lune est moins accessible, mais elle offre de meilleures chances de survie. Enfin, Mars est la planète la moins accessible, mais la plus accueillante une fois sur place. Le compromis est difficile.

Gouvernements et entrepreneurs tenteraient sans doute leur chance avec les trois options dans l'espace, ce qui pose un problème très, très complexe. Nous ne savons pas du tout comment construire une colonie spatiale auto-suffisante dans ces endroits et, vingt ans, ce n'est pas beaucoup pour y arriver. Encore une fois, confrontées à la menace d'une potentielle extinction, les populations seraient sans doute prêtes à tenter des expéditions à haut risque.

Il est intéressant de réfléchir aux différentes répercussions possibles d'un impact d'astéroïde. Et si nous arrivions à dévier sa trajectoire? Qu'arriverait-il aux colonies de survivants? Qu'arriverait-il aux gouvernements sur Terre?

Et si l'astéroïde nous percutait? Toutes les colonies ne survivraient pas. Certains groupes indépendants peut-être. Que se passerait-il cinquante ans plus tard, lorsque les populations referaient surface? Les premiers survivants à émerger finiraient-ils par régir la planète? Que se passerait-il une fois que les colons de l'espace reviendraient sur Terre? Auraient-ils même envie de revenir sur une planète dévastée? Tout cela donne à réfléchir.

Heureusement, la probabilité d'une telle catastrophe est très, très, très réduite.

Newsletters

Comment anticiper une crise afin de mieux s'y préparer

Comment anticiper une crise afin de mieux s'y préparer

Des équipes entières passent leurs journées à imaginer ce qui pourrait nous arriver de pire afin de nous préparer au meilleur.

Les chiens peuvent détecter une grossesse

Les chiens peuvent détecter une grossesse

Nos amis canidés seraient capables de déceler les changements hormonaux et biologiques des femmes enceintes.

Comment les odeurs ravivent des souvenirs

Comment les odeurs ravivent des souvenirs

La preuve que Proust avait raison avec sa madeleine.

Newsletters