Politique / Économie

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

Temps de lecture : 5 min

[Tribune] Comment le fondateur du Parti socialiste et de L'Humanité pouvait-il défendre ce qui est aujourd'hui honni par la quasi-totalité de la classe politique française?

Jean Jaurès s'exprime sur la question à la une de L'Humanité du 27 décembre 1909. | Bnf
Jean Jaurès s'exprime sur la question à la une de L'Humanité du 27 décembre 1909. | Bnf

Âge pivot, régimes spéciaux, pensions de réversion... le débat sur la réforme des retraites fait rage. Mais s'il est un sujet tabou, quasi systématiquement omis des discussions, c'est bien celui de la capitalisation. À l'image de l'«affaire» Blackrock, lorsqu'elle est abordée du bout des lèvres, c'est pour rappeler qu'il n'en est surtout pas question, comme si son procès avait été fait depuis longtemps.

L'évoquer vous exclut du débat. Inutile d'insister: la capitalisation, en France, ce n'est pas possible. Trop risquée. Comment pourrait-on tolérer de jouer sa retraite en bourse? La répartition incarnerait quant à elle la solidarité héritée du glorieux Conseil national de la résistance. Une vache sacrée indéboulonnable. Les Français y sont trop attachés.

Pourtant, il y a un peu plus d'un siècle, en 1910, une réforme des retraites faisait aussi l'objet d'âpres débats. À l'époque, l'une des principales controverses confrontait les partisans de la répartition à ceux de la capitalisation. Étonnamment, parmi ces derniers, se trouvaient de nombreux socialistes, dont un certain Jean Jaurès.

En 1909, Jean Jaurès écrivait que «la capitalisation [...] en soi est parfaitement acceptable et peut même, bien maniée par un prolétariat organisé et clairvoyant, servir très substantiellement la classe ouvrière.» (L'Humanité, 1er janvier 1910 cité dans le rapport Molinari sur les retraites). Quelle mouche avait donc piqué le fondateur du Parti socialiste et de L'Humanité pour défendre avec ardeur et abondantes tribunes ce qui est aujourd'hui honni par la quasi-totalité de la classe politique française?

Ne craignait-il pas que les retraites des ouvriers et des paysans soient soumises aux aléas des krachs boursiers? Bien au contraire, il y voit une preuve de bonne gestion prolétarienne: «Quand les coopératives ouvrières, et même communistes […] ont en banque des réserves productrices d'intérêt, quand les grands syndicats ou les grands trade-unions qui ont en vue de grèves peut-être lointaines des fonds placés et productifs d'intérêts, c'est un acte de sage administration ouvrière: ce n'est pas une abdication devant le principe capitaliste.» (L'Humanité, 27 décembre 1909).

Jean Jaurès ne comprendrait pas la dissonance du discours actuel qui consiste à dénoncer les dividendes démesurés des grands actionnaires, tout en refusant aux travailleurs d'en toucher une part au prétexte que la bourse serait un jeu trop risqué. Comment les capitalistes peuvent-ils autant s'enrichir si les placements sont si volatiles?

Piketty l'explique tout au long de son ouvrage Le capital au XXIe siècle sur la base de séries statistiques historiques. Le rendement du capital est toujours supérieur au taux de croissance à moyen terme, et ce, en dépit des crises et des guerres. Ce qui en fait une excellente raison pour faire fructifier l'épargne et garantir des pensions abondantes à long terme plutôt que de les ponctionner sur les salaires.

L'histoire donnera raison à Jaurès. La loi sur les retraites ouvrières et paysannes de 1910 consacre la capitalisation. En 1934, 11 milliards de francs sont économisés sur les 17 milliards perçus. Cette année-là, il est même décidé de baisser les cotisations retraite.

Jaurès voyait dans la répartition une forme de dépendance inacceptable vis-à-vis de la bureaucratie et des politiciens: «Avec la répartition, c'est sur les ressources annuelles de l'État que tout repose: et les retraites peuvent être exposées à toutes les vicissitudes des budgets annuels. Le péril est moindre, l'équilibre est bien plus assuré s'il y a un lest de capitaux, si la Caisse des retraites, possédant des valeurs à la fois solides et variées, […] repose non pas sur la base étroite d'un budget, mais sur toute la fortune publique.» (L'Humanité, 4 janvier 1910)

Les premiers systèmes par répartition n'ont pas été pensés comme une solidarité, mais comme une dépendance organisée et forcée à l'administration. En adoptant le socialisme d'État, Bismarck trouvait un moyen de mater les révoltes: «Je considérerai que c'est un grand avantage quand nous aurons 700.000 petits retraités tirant leurs annuités de l'État, en particulier s'ils appartiennent à ces classes qui, autrement, n'ont pas beaucoup à perdre dans un soulèvement.» (Bismarck, 1889, cité par Taylor, Bismarck: The Man and the Statesman, 1955)

La répartition, qualifiée aussi de système bismarckien, ne sera d'ailleurs pas instaurée en France par le CNR comme on aime à le rappeler, mais imposée par le régime de Vichy, après avoir pillé les caisses par capitalisation des ouvriers et des paysans. Le CNR n'a fait que généraliser la loi Belin de 1941 qui avait instauré l'Allocation pour les vieux travailleurs salariés, une redistribution intergénérationnelle qui constitue la naissance de notre système de retraite actuel.

Et si Jean Jaurès avait raison? Et si le risque et la solidarité n'étaient que des prétextes pour masquer une lutte des classes contrariée par des travailleurs épargnants devenus capitalistes? Jean Jaurès voulait saisir l'opportunité de l'épargne populaire pour renverser l'ordre social établi: «Dans la mesure où la classe ouvrière possède un capital fonctionnant à son profit, toutes les valeurs créées par elle lui font retour: et la capitalisation, fonctionnant au compte et au profit du prolétariat, n'est pas une consécration du capitalisme; c'est, sous les formes que permet le système capitaliste et par une application imprévue de son mécanisme, un fragment de socialisation. […] La bourgeoisie est obligée de verser tous les ans des sommes qui fructifieront au profit des ouvriers, c'est la bourgeoisie qui est obligée de concourir pour une part au rachat d'une partie du Capital au profit des ouvriers.» (L'Humanité, 27 décembre 1909).

Nous payons aujourd'hui cher le prix de la dépendance intergénérationnelle imposée par l'État depuis 1941. Le rapport qualité-prix de notre système de retraite est très en deçà des pays avancés. Dans les systèmes offrant les meilleures retraites du monde, à l'instar des Pays-Bas ou du Danemark, un solide pilier de capitalisation permet de doubler, voire de tripler le rendement des pensions par rapport au régime général français pour un même euro versé. Les cotisations retraite y sont dès lors plus faibles, favorisant le pouvoir d'achat des moins fortunés.

Dans ces pays modèles, une retraite minimale est assurée par l'impôt. Le risque inhérent aux placements est ventilé tout au long de la carrière. Les gestionnaires de fonds aménagent les portefeuilles de sorte à privilégier les produits financiers plus risqués, mais plus rentables en début de carrière (actions) avant de les convertir en épargne plus sécurisée à l'approche du départ en retraite (obligations, immobilier). Dans la même perspective, aux Pays-Bas, pour prévenir les escroqueries à l'image de l'affaire Enron, les caisses professionnelles sont obligatoirement séparées des actifs de l'entreprise.

En France, si la capitalisation reste marginale et trop souvent réservée à une élite suffisamment fortunée pour avoir la marge financière de compléter leurs pensions de répartition par de judicieux placements, des exceptions existent. Par exemple, la caisse de retraite des pharmaciens qui est constituée d'un premier étage en répartition et d'un second en capitalisation devrait nous inspirer. Autre élément notable, des fonds de pension assurent même une partie des retraites des fonctionnaires. La Prefon gérée par des syndicats, étonnamment silencieux sur ce point, existe depuis 1964. L'Erafp, pour les cadres de la fonction publique, présente des résultats tout à fait honorables depuis 2003.

Plutôt que de nationaliser et d'étatiser les pensions dans un régime universel toujours plus coûteux pour le travailleur, ne pourrions-nous pas suivre les recommandations de Jean Jaurès? Pourquoi ne pas verser progressivement une partie de nos cotisations dans des plans d'épargne retraite collectifs, gérés par les mutuelles de notre choix? Nous pourrions alors contrebalancer notre dépendance coûteuse à la répartition et retrouver notre autonomie et notre indépendance en mettant la capitalisation au profit de tous.

Newsletters

Aux origines du coronavirus

Aux origines du coronavirus

Au sommaire de cet épisode du Monde devant soi, l'épidémie de Covid-19. Cette semaine, nous allons remonter aux origines de la maladie avec le professeur Didier Sicard, médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ancien président du Comité...

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Le Covid-19, un stress-test démocratique

Le Covid-19, un stress-test démocratique

La crise sanitaire internationale liée au coronavirus questionne l'état de nos États autant que de nos démocraties. Ses implications sont à contextualiser dans les conséquences de la crise de 2008-2009.

Newsletters