Société

Le vélo sera sans doute le grand gagnant de la grève des transports

Temps de lecture : 6 min

L'installation du mouvement social dans la durée pourrait faire progresser durablement la pratique du vélo à Paris, puis sur l'ensemble du territoire français.

Une piste cyclable parisienne, le 17 décembre 2019. | Aurore Mesenge / AFP
Une piste cyclable parisienne, le 17 décembre 2019. | Aurore Mesenge / AFP

Depuis le début de la grève contre la réforme des retraites, les perturbations dans les transports en commun et la très forte congestion routière qu'ils ont entraînées en région parisienne ont encouragé une partie des usagèr·es à enfourcher un vélo.

Le trafic cycliste a été multiplié par deux à trois à Paris, et les trajets en Vélib' et autres véhicules en free floating ont doublé. Le nombre de kilomètres parcourus avec l'application d'itinéraires Geovelo a quant à lui quadruplé.

Le phénomène ne passe pas inaperçu dans les rues et donne lieu à des scènes peu communes en France: des files quasiment continues de vélos et de trottinettes électriques sur certaines pistes cyclables aux heures de pointe, deux fois plus de vélos que de voitures défilant sur le boulevard Voltaire, parfois une vingtaine de cyclistes qui attendent aux feux de circulation…

Au-delà des effets de court terme de cette grève sur la pratique du vélo, l'accélération actuelle aura des effets durables à Paris et en Île-de-France, mais aussi ailleurs en France.

Changements d'habitude

Si une partie des néo-usagèr·es du vélo reprendront leurs anciennes habitudes une fois la grève terminée, l'impact durable le plus évident sera lié aux personnes qui continueront à rouler après la grève.

Beaucoup ont investi dans de nouveaux équipements, qu'il s'agira de rentabiliser. Depuis un mois, les ventes de vélos ont explosé, comme en témoignent les ruptures de stock de nombreux modèles de vélos de ville ou à assistance électrique dans les Decathlon ou enseignes spécialisées.

Les demandes de location longue durée du système Véligo bénéficient elles aussi de la grève. Les citadin·es remettent également en état du vieux matériel, avec une hausse des demandes de réparation (jusqu'à une multiplication par dix dans certains ateliers vélos).

Une partie des néo-usagèr·es découvriront les multiples avantages individuels que présente le vélo: une vitesse qui permet de traverser Paris en quarante minutes, des trajets porte-à-porte, un temps de transport largement prévisible et un très faible coût d'usage, sans parler des énormes bénéfices sur la santé de cette activité physique régulière, qualifiée de «remède miracle» par un ancien médecin-chef d'Angleterre et encore trop sous-estimée par nos politiques de santé.

Vitesse moyenne des modes de placements dans quelques grandes villes européennes. | «Le vélo à assistance électrique, un nouveau mode métropolitain?», enquête européenne, 2015, Ghislain Delabie.

L'analyse des pratiques modales révèle le poids des habitudes dans les comportements de mobilité. Notre routine nous encourage à utiliser un ou deux modes sans re-questionner à chaque déplacement quel est le plus pertinent.

Les pratiques évoluent en testant d'autres modes, en bousculant certaines habitudes ou lors de changements dans nos vies, comme un déménagement. D'un jour à l'autre, la grève aura contraint de nombreuses personnes à tester le vélo, et son installation dans la durée permet d'ancrer dans le temps ces nouvelles habitudes.

Expérience révélatrice

La grève donne à voir une ville organisée pour le vélo, ce qui a également un impact sur les autres usagèr·es. Le nombre important de vélos force les piétons à faire attention en traversant une piste cyclable, et les automobilistes à vérifier leurs angles morts.

Le fort trafic rend d'autant plus difficile et inacceptable le stationnement des voitures sur les pistes réservées aux vélos ou leur utilisation par les deux-roues motorisés. Ces comportements dangereux déclinent à mesure que les cyclistes se multiplient sur la route, participant au phénomène de «sécurité par le nombre».

L'expérience actuelle illustre toute la pertinence d'aménagements efficaces, en particulier de larges pistes cyclables sécurisées et séparées du trafic motorisé, sans lesquelles l'engouement actuel n'aurait sûrement pas été si fort.

Elle met en outre en lumière les limites des infrastructures actuelles pour absorber un fort surplus de trafic, que ce soit le manque ou la mauvaise qualité des pistes cyclables dans certaines rues ou quartiers, leur manque de continuité dans les villes et entre les villes de la région ou encore les stationnements vélos trop peu nombreux.

L'expérience révèle ainsi un élément peu connu du grand public. Si 30 % des Français·es pratiquent déjà le vélo régulièrement ou occasionnellement, 53 % se disent prêt·es à s'y mettre à condition que des infrastructures sécurisées soient aménagées.

Une population importante se met au vélo chaque fois qu'une ville ou un pays développe un système vélo efficace, qui associe les infrastructures, les services cyclistes, des mesures fiscales et de communication. On remarquera d'ailleurs que les conditions météorologiques difficiles durant la grève n'ont pas suffi à freiner l'engouement pour le vélo.

La pratique encore balbutiante de certaines personnes met en évidence la nécessité d'accompagner le développement du vélo d'une meilleure information voire de formations via les vélo-écoles, afin d'apprendre les règles de sécurité basiques, à s'insérer dans la circulation, se doter d'un matériel fiable, s'équiper d'antivols solides ou encore s'assurer d'être visibles la nuit.

Contexte opportun

On pourrait croire que le phénomène observé en région parisienne n'aura que des implications locales. Mais l'histoire des transports a révélé que Paris est souvent le point de départ d'une diffusion plus large: le rayonnement de la capitale, la concentration du pouvoir et de l'attention des médias sur Paris, dans des proportions parfois regrettables, aura probablement un effet d'entraînement du succès actuel du vélo dans le reste de la France.

Le renouveau de cette pratique en France, qui a d'abord repris dans le centre des grandes villes, va s'étendre progressivement au reste du territoire.

Un an et quelques mois après la présentation du plan vélo national, et avec une mobilisation croissante en faveur du vélo, la grève agit comme un accélérateur de la visibilité du vélo trois mois avant l'échéance des élections municipales.

Alors que les listes s'apprêtent à présenter leurs programmes, le sujet des transports sera scruté avec attention, tant il occupe une place grandissante dans l'actualité et les modes de vie et fait partie des domaines dans lesquels les mairies disposent de marges de manœuvre importantes.

Si par le passé, les politiques municipales sur la question se sont trop souvent limitées au seul développement des transports en commun, la hiérarchie des priorités devrait être reconsidérée: développer d'abord un urbanisme et un aménagement du territoire favorisant la proximité et la réduction des distances, privilégier autant que possible les déplacements à pied et à vélo, développer les transports en commun et enfin reconsidérer la place accordée à la voiture.

Si celle-ci doit diminuer en ville, il est indispensable que des alternatives efficaces soient développées. Tandis que 83 % des Français·es souhaitent que l'on accorde une place plus importante au vélo en ville, un plan ambitieux en la matière devient incontournable pour une politique de mobilités durables.

Mobilités plus résilientes

Outre les avantages individuels liés à la pratique du vélo, celui-ci offre de nombreux atouts pour les villes et pour la société. Peu coûteux pour la collectivité, il lui fait économiser des dépenses de santé, occupe peu d'espace en ville et n'émet aucun polluant. Il est sobre en matériaux, silencieux, et son utilisation encourage à favoriser les commerces de proximité et nous offre un autre regard sur la ville.

Sa forte diffusion rendra nos mobilités bien plus résilientes aux éventuelles crises ou chocs futurs. Après la grève, d'autres événements exigeront de nous une capacité d'adaptation: une éventuelle nouvelle hausse des prix du pétrole, une crise économique ou encore des événements climatiques affectant des infrastructures.

Ces avantages donnent au vélo une image largement favorable au sein de la société et en font un symbole de sobriété dans la transition écologique et solidaire à venir. En témoignent les plaquettes de communication sur le développement durable, souvent illustrées par le vélo.

La grève pourrait bien être le déclencheur d'une forte progression dans l'usage du vélo en France, une tendance dont on ne peut que se réjouir. Dans les prochaines semaines, l'évolution du trafic à vélo viendra peut-être confirmer cette hypothèse. Et il y a fort à parier que le déploiement de politiques cyclables ambitieuses sur l'ensemble du territoire fasse partie des enjeux importants des élections municipales.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l'article original.

The Conversation

Newsletters

Les «Valentines au vinaigre»: ces jolies lettres de haine d’un autre temps

Les «Valentines au vinaigre»: ces jolies lettres de haine d’un autre temps

On s'envoyait déjà des lettres de haine anonymes avant l'invention des réseaux sociaux.

Avec le changement climatique, un tiers des plantes et espèces pourrait disparaître d'ici 50 ans

Avec le changement climatique, un tiers des plantes et espèces pourrait disparaître d'ici 50 ans

Une seule espèce responsable: l'espèce humaine.

Faire ce que l'on aime ne rend pas le travail plus facile (au contraire)

Faire ce que l'on aime ne rend pas le travail plus facile (au contraire)

Quand quelqu'un se plaint de ses conditions de travail, ne lui dites pas: «Tu as de la chance d'être payé·e pour faire ce que tu aimes.»

Newsletters