Médias / Monde

Même sur Fox News, l'assassinat de Soleimani ne fait pas l'unanimité

Temps de lecture : 2 min

Plusieurs journalistes pro-Trump se sont montrés fermement opposés à ce genre d'intervention militaire.

Défilé pour les funérailles du général Soleimani, le 7 janvier 2020 à Kerman, en Iran. | Atta Kenare / AFP
Défilé pour les funérailles du général Soleimani, le 7 janvier 2020 à Kerman, en Iran. | Atta Kenare / AFP

Pendant sa campagne présidentielle de 2016, Donald Trump a critiqué l'interventionnisme militaire de ses prédecesseurs et promis de se concentrer sur l'«Amérique d'abord»America First»), une position soutenue par la plupart des alliés du président.

Mais depuis que Trump a ordonné les frappes qui ont tué le général iranien Qassem Soleimani le 2 janvier, beaucoup de membres du camp conservateur ont changé d'avis et défendent maintenant la nouvelle politique du président.

Il reste malgré tout de nombreux désaccords, visibles ces derniers jours sur Fox News, la chaîne télévisée qui défend presque systématiquement le président. Juste après les frappes contre le convoi transportant Soleimani, deux journalistes vedettes de Fox se sont disputés en direct.

Geraldo Rivera a décrit l'assassinat de Soleimani comme une dangereuse provocation qui pourrait mener au pire, tandis que Brian Kilmeade a affirmé que cette action militaire avait au contraire permis d'éviter une escalade de la violence.

La justification de Kilmeade est la même que celle donnée par le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, qui maintient que la décision a été prise «sur la base des évaluations» des services de renseignement.

Revirement de taille

Depuis le début de la présidence Trump, avec l'implication du FBI et de la CIA dans l'enquête russe puis ukrainienne, Fox News et les soutiens de Trump ont pourtant systématiquement critiqué les agences de renseignement et encouragé le public à ne pas leur faire confiance.

Maintenant que l'administration Trump en a besoin pour justifier ses actions, Fox News les cite sans scepticisme. Sur «Fox & Friends», l'émission la plus pro-Trump de la chaîne, la présentatrice Ainsley Earhardt a trouvé étonnant que les gens critiquent «les décisions de la communauté du renseignement».

Il s'agissait d'un revirement de taille, étant donné que les journalistes de «Fox & Friends» ont passé plus de deux ans à dire que toutes les conclusions de «la communauté du renseignement» sur l'administration Trump étaient fausses. Sur Fox, cette bureaucratie est souvent qualifiée de «deep state», une expression renvoyant à l'idée complotiste d'une hiérarchie secrète manipulant les faits pour nuire à Trump.

L'incohérence des alliés de Trump a été relevée par l'une des stars de la chaîne, Tucker Carlson, très critique des frappes en Irak: «Il y a quelques jours seulement, nos agences de renseignement étaient considérées comme suspectes et partisanes. Il y a environ vingt minutes, nous dénoncions ces gens en disant qu'ils faisaient partie du deep state. Nous promettions de ne jamais leur faire confiance sans vérifier», a rappelé l'éditorialiste.

«L'Iran est-il vraiment la plus grande menace?, a-t-il demandé. Pourquoi continuons-nous d'ignorer le déclin de notre propre pays en nous plongeant dans un marécage sans issue évidente?»

Newsletters

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Pour la deuxième fois en près de trois ans de mandat, le président a invité ce 15 janvier les journalistes à l'Élysée pour un échange informel mais néanmoins tendu.

Le jeu américain «Survivor» a malgré lui démontré la pertinence de #MeToo

Le jeu américain «Survivor» a malgré lui démontré la pertinence de #MeToo

La chaîne CBS, qui diffuse l'émission, a été vilipendée pour sa passivité face aux agissements de l'un des participants.

Greta Thunberg est perçue différemment en France, aux États-Unis et en Allemagne

Greta Thunberg est perçue différemment en France, aux États-Unis et en Allemagne

On peut avancer l'hypothèse de l'existence de «bulles de filtres» créées par les médias et entretenues sur les médias sociaux.

Newsletters