Monde

Un criminel de guerre gracié par Trump devient influenceur sur Instagram

Temps de lecture : 2 min

Après avoir été acquitté de plusieurs meurtres de civils irakiens lors d'un procès controversé, Edward Gallagher a créé une marque de sportswear et fait la promo de divers produits sur Instagram.

Edward Gallagher lors de son procès, à San Diego en juillet 2019. | Sandy Huffaker / Getty Images North America / AFP
Edward Gallagher lors de son procès, à San Diego en juillet 2019. | Sandy Huffaker / Getty Images North America / AFP

Edward Gallagher, un sous-officier des Navy Seals, unité d'élite de la Marine américaine, a passé l'année dernière en procès militaire pour le meurtre de civils en Irak. Il a été acquitté de la plupart des accusations par manque de preuves, mais sept membres de son unité ont dit qu'ils l'avaient vu commettre des crimes de guerre.

Dans une vidéo récemment diffusée par le New York Times, ces soldats décrivent Gallagher comme un dangereux meurtrier qui visait parfois des femmes et des enfants.

La seule accusation dont il a été reconnu coupable est celle d'avoir posé pour une photo à côté du cadavre d'un jeune prisonnier en Irak, ce qui lui avait valu d'être dégradé d'un rang, avant que Donald Trump n'intervienne pour le gracier, contre l'avis des dirigeants de la Marine américaine.

Depuis le début de son procès, Gallagher est apparu plusieurs fois sur la chaîne Fox News et a été publiquement défendu par Donald Trump, qui l'a invité dans sa villa de Mar-a-Lago juste avant Noël. L'ex sous-officier, qui a récemment pris sa retraite, a profité de cette médiatisation pour lancer sa nouvelle carrière.

Admiration mutuelle

Gallagher est devenu une sorte d'influenceur Instagram dans le milieu des anciens soldats pro-Trump. Il gagne de l'argent en faisant de la pub pour des produits créés par des ex-militaires, notamment des compléments alimentaires pour la musculation ou encore des couteaux et des vêtements de la marque «Kill bad dudes» (tuer les sales types). Il a aussi pour projet d'écrire un livre et a créé une ligne de vêtements (dont des t-shirts qui se moquent des soldats qui l'ont dénoncé).

Contacté par des journalistes du New York Times, Gallagher a rétorqué, via son avocat, qu'il refusait de parler «à des propagandistes qui mentent délibérement». Malgré le passé controversé de cet ancien militaire (qui a aussi fait l'objet d'une enquête en 2010 après avoir tiré sur une fillette en Afghanistan), Trump continue d'être son premier défenseur.

Le président prévoit d'inviter Gallagher à ses meetings de campagne et peut être à la Convention républicaine. L'admiration est mutuelle. Récemment sur Instagram, Gallagher a posté une photo de lui en train de tenir une tasse avec le message suivant:

«J'adore me réveiller le matin et savoir que Donald Trump est président.»

Newsletters

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La division SS musulmane en Bosnie, entre mythes et réalités

La 13e division SS en Bosnie a généré nombre d'analyses. Le dépouillement des archives permet aux historien·nes de remettre en perspective les faits et la réalité.

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

En Italie, les proxénètes ont laissé des milliers de femmes affamées pendant le confinement

Forcées de se prostituer pour payer leurs dettes, ces femmes se sont retrouvées à lutter contre la faim en pleine pandémie, abandonnées par leurs proxénètes et par l’État.

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

À force de ne pas porter de masques, les politiques propagent le coronavirus au Mississippi

Près d'un·e législateur·trice sur six est contaminé·e dans cet État américain.

Newsletters