Égalités / Société

Orgasme et plaisir sexuel peuvent être silencieux

Temps de lecture : 10 min

Les gémissements ne sont pas forcément la manifestation vivante de la jouissance, et pas parce que les femmes simuleraient: elles peuvent prendre leur pied en silence et sans avoir à se réfréner.

Le plaisir et la satisfaction sexuelles ne se conjuguent pas toujours avec des hululements sonores. | Jeremy Bishop via Unsplash
Le plaisir et la satisfaction sexuelles ne se conjuguent pas toujours avec des hululements sonores. | Jeremy Bishop via Unsplash

Jillian a «une manière intéressante de parvenir à l'orgasme»; elle l'appelle «la méthode du jean»jeans method en VO. Sur le site OMGYes, elle raconte qu'il lui suffit d'être assise en croisant les jambes, de bien tirer son pantalon vers le haut pour que la couture au niveau de l'entrejambe fasse pression sur son clitoris et de bouger ensuite le bassin.

Ce procédé lui permet même de se masturber «entièrement sans les mains» et tout habillée, y compris en public, en général sans se faire repérer. Il lui est ainsi arrivé de jouir à la bibliothèque, un livre entre les mains. «À moins de remarquer ma respiration, qui se fait plus lourde, eh bien, à part ça, les gens n'en ont pas la moindre idée.» Preuve que l'on peut atteindre le climax en toute discrétion, et pas forcément à grands (et bruyants) renforts de gémissements.

Pour cela, pas besoin de chercher à prendre son pied en cachette ni même d'étouffer sciemment ses cris. C'est juste que le plaisir et la satisfaction sexuelles ne se conjuguent pas toujours avec des hululements sonores. Un tour acoustique dans la bibliothèque des orgasmes permet de s'en convaincre.

«Certaines femmes crient lorsqu'elles jouissent, là où d'autres, justement, n'émettent pas le moindre bruit.»
Sarah Barmak, journaliste

Si, au premier abord, le concept même de répertoire orgasmique audio laisse supposer que les délices de la chair sont forcément audibles, il suffit de chercher «silencieux» ou «casi silenciosa» dans ce recueil anonyme acoustique puis d'écouter «SILENT&SOFT», «ALONE IN THE NIGHT», «SOFT ORGASM P», «AGUITA» ou encore «SOUFFLE» pour réaliser que, parfois, la jouissance se matérialise sous forme d'essoufflement achoppé et feutré ou de respiration saccadée à peine plus bruissante qu'un froissement de draps.

De même, dans son essai Jouir – En quête de l'orgasme féminin (éditions La Découverte, octobre 2019), la journaliste canadienne Sarah Barmak rapporte le témoignage de Vanessa, écrivaine et réalisatrice torontoise, la petite vingtaine: «Certains de mes orgasmes sont silencieux, mais, avec d'autres, je prononce des mots dans des langues qui n'existent pas, comme les gens en transe que l'on voit dans certaines églises.» Comme l'essayiste le rappelle, «certaines femmes crient lorsqu'elles jouissent, là où d'autres, justement, n'émettent pas le moindre bruit».

Pour la réalisatrice Nina Faure, qui prépare un long-métrage documentaire sur le plaisir féminin et participe à la réédition de l'ouvrage Notre corps, nous-mêmes (éditions Hors d'atteinte, à paraître le 20 février 2020), «c'est un enjeu féministe fort d'imposer de nouveaux récits sexuels» afin que cesse la croyance qu'une femme qui reste coite pendant le coït ne ressent aucun plaisir.

Calme plat

Nombreuses et nombreux sont en effet celles et ceux qui pensent que le bruit est le signe indubitable et reconnaissable entre mille du plaisir sexuel. Lors d'un atelier d'éducation à la vie affective et sexuelle auprès de collégien·nes de 14 ans, auquel Nina Faure a assisté, il a été demandé aux jeunes garçons comment on pouvait savoir qu'une femme ressentait du plaisir: «La première réponse, c'étaient les cris. Pour la grande majorité, ils n'avaient pas encore eu de rapport sexuel mais tous mentionnaient les cris comme quelque chose de reconnaissable.» Les adolescents ne sont pas les seuls à s'accrocher à cette conviction.

Dans l'étude «Fiction vs réalité dans le sexe», enquête menée auprès de 1.465 personnes de 18 à 95 ans et réalisée par la marque de jeux érotiques Bijoux indiscrets (également derrière le projet de la Bibliothèque des orgasmes), on apprend que 34,8% des femmes et 43,1% des hommes «pensent que les gémissements et cris sont un indicateur de plaisir». Forcément, en miroir, le silence équivaudrait au calme plat: si la femme ne crie pas, ce serait que le désir comme l'excitation lui sont étrangères. Comme si sexe, calme et volupté étaient incompatibles et que l'invitation au voyage orgasmique se devait d'être rugissante.

Décalage temporel

En 2011, une étude au titre évocateur, «Evidence to Suggest that Copulatory Vocalizations in Women Are Not a Reflexive Consequence of Orgasm» (c'est-à-dire «Des données laissent entendre que les vocalisations copulatoires chez les femmes ne sont pas une conséquence naturelle de l'orgasme»), montrait une dissociation temporelle entre le plaisir ressenti par les femmes et l'émission de vocalises au cours de l'acte sexuel. Le chercheur et la chercheuse qui l'ont réalisée indiquaient que l'orgasme féminin avait davantage lieu pendant (ce qu'on appelle encore à tort) les préliminaires mais que les femmes rapportaient une utilisation de leurs cordes vocales avant ou concomitamment à l'éjaculation masculine.

«Une fois que l'orgasme masculin avait eu lieu, des niveaux plus bas de vocalisations féminines étaient déclarés.» Ainsi, 25,3% des femmes révélaient émettre de tels bruits alors qu'elles savaient bien qu'elles n'allaient pas jouir dans plus de 90% des cas, 56,2% le faisaient dans plus de 70% de leurs relations sexuelles et 79,1% plus d'une fois sur deux. Sauf que, ce qui était mis en cause dans cette étude, ce n'était pas vraiment le fait que ce glapissement ou cette rauque clameur soit le marqueur de l'excitation, de la satisfaction comme de la jouissance sexuelle. C'était surtout la franchise et la spontanéité de ce signal sonore qui était questionnée.

Signal sonore (mal)honnête

De la même manière que, dans la scène du restaurant du film Quand Harry rencontre Sally, dans laquelle le personnage interprété par Meg Ryan feint d'avoir un orgasme en plein dîner, en abordant la question des bruitages sexuels sous l'angle de la simulation, on véhicule l'idée sous-jacente que, les modulations vocaliques étant le signe utilisé pour feindre le plaisir, elles sont de base la preuve manifeste d'ébats appréciés. «Donnez-moi la même chose qu'elle», demande au serveur une cliente âgée assise non loin de Sally une fois sa prestation postiche terminée.

Au fond, on se méfie d'une femme qui crie, la soupçonnant de faire semblant (après tout, d'après l'étude de Bijoux indiscrets, «52,1% des femmes ont déjà simulé un orgasme au moins une fois» et «15,6% des hommes pensent que leur partenaire actuel simule ses orgasmes»). Si elle crie trop, le risque est grand qu'elle soit affublée du qualificatif «chaudasse». Mais on estime qu'une femme muette au lit n'apprécie pas les galipettes. Qu'elle est coincée, frigide ou autre appellation méprisante.

Pour la réalisatrice féministe de documentaires Nina Faure, cela va probablement de pair avec l'idée plutôt répandue que l'orgasme féminin a quelque chose d'insondable, de compliqué, de difficilement atteignable, bref, de mystérieux. Le cri gémissant serait «une façon de valider, marquer physiquement un orgasme qu'on pense invisible». On tient à dévoiler le plaisir, lui trouver un indicateur que l'on présume aussi tangible, fiable et irréfutable que l'érection ou l'éjaculation.

Loin de se résumer à une «soupape de sécurité» permettant de ralentir le rythme cardiaque et la pression artérielle, comme l'explique le magazine NEON, ni à «un relâchement profond de la cage thoracique», ainsi que l'évoque le docteur et sexologue Patrick Papazian dans L'Express Styles, le râle jouisseur a donc quelque chose de culturel. C'est un des pendants de la méconnaissance du sexe féminin et de la conviction patriarcale inébranlable que le fonctionnement de «la» femme, de son esprit comme de son corps, est trop complexe pour être pénétré.

Construction et attentes vocales

«Nous parlons rarement ouvertement de ce qui est nécessaire pour qu'une femme ait une bonne expérience sexuelle, et tellement de femmes hétérosexuelles apprennent le fonctionnement du sexe et des orgasmes féminins dans des films (dont la plupart ont été écrits, réalisés et produits par... des hommes)», résume la gynécologue engagée et militante féministe Jennifer Gunter dans le New York Times. Ce qu'elles en retirent, c'est ce que Jen Gunter prend plaisir à appeler «les trois coups de la pénétration: la chorégraphie se mordre les lèvres, se cambrer et gémir» («the three-strokes-of-penetration-bite-your-lip-arch-the-back-and-moan routine» en VO).

«Jouir très bruyamment tient à pas mal de construction sociale», relève la psychologue et sexologue Morgane Xhonneux. Cécile*, 30 ans, me confie avoir grandi avec cette vision que les «hmmm» allongés, «hooonn» bramés et autres onomatopées étaient une preuve orgasmique. «J'ai eu l'impression de n'assister qu'à ça dans des films –je ne compte pas le porno– ou séries. L'orgasme calme ne me paraissait pas normal.»

Dans l'ouvrage collectif Emotions in the Human Voice, le spécialiste de physiologie de la voix Krzysztof Izdebski a rédigé un chapitre sur ce sujet, sous le titre «Erotic and Orgasmic Vocalization: Myth, Reality, or Both?» («Vocalisations érotiques et orgasmiques: mythe, réalité, ou les deux?»). Il y spécifie que «les interprétations commerciales des vocalisations érotiques, surtout celles pornographiques, non seulement s'écartent de la réalité mais peuvent aussi contribuer à la formation d'une “fata morgana érotique” collective; ces interprétations trompeuses peuvent former des attentes irréalistes autour de la vie sexuelle et de la manière dont les vocalisations érotiques doivent être réalisées».

Ce que confirme également l'étude «Fiction vs réalité dans le sexe», réalisée par Bijoux indiscrets: 30% des femmes et 42% des hommes «considèrent que les cris, à mesure qu'arrive l'orgasme, doivent être rythmés et mécaniques».

S(t)imulation érotique

Cette vision stéréotypée vient conditionner nos vies sexuelles. Parfois pour le mieux. D'avoir appris, par le biais des films notamment, que les complaintes vocaliques étaient le signe instinctif du plaisir, peut rendre sa production et son écoute encore plus affriolantes. «J'ai besoin qu'il y ait du bruit pendant l'acte avec mon partenaire, de mon côté comme du sien, pour avoir une sorte de lien, décrit Cécile. Ce ne doit pas être compris comme de la simulation mais plutôt comme une manière de communiquer et de confirmer son engagement dans l'acte, dans un souci donc de partage du plaisir et pas d'affirmation du mâle en puissance qui parvient à faire jouir.»

Bruiter est une production à visée interactive. L'étude menée par Bijoux indiscrets soulignait que 60% des femmes et 51,9% des hommes «utilisent le gémissement pour exciter leur partenaire au cours d'un acte sexuel». Logique tout compte fait que les sons calmes et tagués #silencieux de la Bibliothèque des orgasmes soient souvent accompagnés du hashtag #seule.

«Si elles miaulent ou roucoulent, [...] c'est pour guider leur partenaire ou le stimuler de la voix, comme font les cavaliers.»
Agnès Giard, journaliste

«Quand elles se masturbent ou jouissent en se masturbant, les femmes ne font pas les mêmes bruits qu'avec le partenaire», ajoute Nina Faure, en s'appuyant sur les discussions collectives organisées avec Yéléna Perret dans le cadre de la réédition de Notre corps, nous-mêmes. «Quand je me masturbe seule, le son de mon cri de jouissance est un peu plus guttural. Je me lâche davantage quand je suis avec mon partenaire et cela dure plus longtemps, avec des cris poussés la bouche grande ouverte», dépeint Cécile.

Pour cette jeune femme, les vocalises pendant le sexe sont «autant une expression de plaisir pur qu'un moyen de communication et d'excitation efficace». Ses gémissements ont en effet quelque chose d'autoérotique. «Cela peut faire monter l'excitation, confirme la sexologue Morgane Xhonneux. On peut émettre certains bruits pour se mettre dans un “mood” où l'on lâche prise et l'on guide le partenaire pour sa jouissance.» Ce serait une façon suggestive pour les femmes de se mettre en condition et aussi de mener la danse et l'explosion des sens.

«Si elles miaulent ou roucoulent, [...] c'est pour guider leur partenaire ou le stimuler de la voix, comme font les cavaliers», pointe Agnès Giard, journaliste spécialiste de sexualité et docteure en anthropologie, dans un article de Libération. On monte son homme, le conduit avec dextérité et on peut en jouir pleinement (sans forcément avoir un orgasme).

Charge (mentale) sexuelle

On peut aussi avoir l'interprétation inverse de ce synopsis. Quand bien même ces cris ont un pouvoir électrisant et peuvent contribuer à accentuer la charge érotique, Nina Faure et Yéléna Perret s'interrogent sur l'existence d'une prescription sociale sexiste intériorisée. Elles se demandent si ces bruitages plus ou moins conscients ne feraient pas partie de «notre charge à extérioriser les signes du plaisir, à valoriser par le cri et les gémissements ce qui nous est fait», énonce la documentariste, dans l'idée qu'il reviendrait aux femmes de «marquer la réussite du rapport en montrant tous les signaux et donnant l'impression que cela vient de l'autre».

Les raisons pour lesquelles les femmes gémissent sont multiples. «Je gémis instinctivement, plutôt fort en cas de cunnilingus et moins pour la pénétration. Pendant la pénétration, c'est davantage pour accompagner l'activité ou confirmer que j'éprouve du plaisir», narre Cécile.

Rappelons aussi que 92% des participantes à l'étude de 2011 sur les vocalisations copulatoires croyaient aussi fermement que ces bruitages stimulaient la confiance en soi de leur partenaire et 87% se manifestaient audiblement dans ce but. Dans son article publié dans Libération, Agnès Giard mentionnait une étude réalisée par une chercheuse en psychologie du nom de de Charlene Muehlenhard, qui «assimilait déjà le bruitage pendant le sexe à une sorte de dialogue de film. Les hommes et les femmes suivent un script en amour: “l'homme doit faire jouir la femme et la qualité de l'orgasme féminin rassure l'homme sur sa valeur en tant qu'amant”». Bonjour la répartition des rôles sexiste et la charge mentale.

Mise en scène orchestrée

«N'est-il pas demandé particulièrement aux femmes de manifester leur plaisir bruyamment? Dans quelle mesure n'est-on pas éduquées à performer une mise en scène de la sexualité réussie qui, du coup, ne nous ressemble pas forcément ni tout le temps?» se questionne Nina Faure, qui évoque une amie qui, à 18 ans, s'était vu reprocher d'être trop silencieuse au lit. Il lui fallait rentrer dans le rang.

Même sans remarque directe, on peut être recadrée. Il est ainsi arrivé que des patientes glissent à Morgane Xhonneux avoir vu des émissions sur la sexualité dans laquelle les femmes étaient très expressives et ajoutent «moi, je corresponds rarement à ça». De quoi générer un malaise, une sensation d'anormalité si le «script» prescrit ne correspond pas à ce que l'on ressent ni ce qui nous excite.

«J'ai vu ça comme une injonction au début parce que je découvrais le sexe et étais dans une idée d'imitation», détaille Cécile. «Comme il y a très peu de représentations de la sexualité émanant de femmes elles-mêmes, on se réfère à des normes décalées par rapport à nos vécus, abonde la réalisatrice féministe. On est parfois totalement détachées des ressentis physiques réels. C'est une mise en scène orchestrée socialement, qui va jusqu'à nous leurrer nous-mêmes.»

Résultat, comme l'expliquait Sarah Barmak dans un article se penchant sur les recherches autour de l'orgasme féminin menées par la psychologue et sexologue Meredith Chivers, il arrive que «l'esprit et la vulve ne soient pas sur la même longueur d'ondes». Pour «moins se pressuriser», comme le formule Nina Faure, et reprendre possession de son corps ainsi que de sa sexualité, il est important de prendre conscience que, suivant les femmes, le plaisir comme l'orgasme se manifestent différemment. Avec ou sans le son.

*Le prénom a été changé.

Newsletters

Les hommes connaissent-ils mal leur sexe?

Les hommes connaissent-ils mal leur sexe?

Désir, émotions érotiques, plaisir prostatique, vasectomie: mal informés, les hommes en 2020 ont encore du mal à discuter de leur membre sans rougir.

Pour les femmes, se masturber, c'est pas gagné

Pour les femmes, se masturber, c'est pas gagné

Les Françaises sont 26% à déclarer ne pas pratiquer l'onanisme contre 5% des hommes. Les inégalités de genre se nicheraient-elles jusque dans nos culottes?

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

L'âge du premier rapport sexuel a beau être quasi équivalent pour les filles et les garçons, les parents n'envisagent pas la vie intime de leur enfant de la même manière selon son sexe.

Newsletters