Monde

En Tunisie, l'éducation sexuelle bientôt dans les programmes scolaires

Temps de lecture : 5 min

Le ministère de l'Éducation étudie depuis quelques mois le lancement d'un programme d'enseignement de nouvelles notions pour lutter contre les agressions.

Ce programme concerne les enfants dès 5 ans –une première pour le pays et dans le monde arabe. | Aaron Burden via Unsplash
Ce programme concerne les enfants dès 5 ans –une première pour le pays et dans le monde arabe. | Aaron Burden via Unsplash

Le 2 janvier 2018, l'assemblée tunisienne a décidé de mettre le pays en conformité avec une convention internationale via un texte portant sur la protection des enfants contre l'exploitation et les agressions sexuelles: 125 député·es sur 217 ont choisi de voter en sa faveur. Le 1er février prochain, date d'entrée en vigueur de la loi, la Tunisie suivra donc les recommandations de cette convention de Lanzarote, présentée comme l'une des plus complètes en la matière.

L'agenda est serré et la Tunisie est passée ces dernières semaines à la vitesse supérieure en annonçant l'introduction de l'éducation sexuelle dès l'école primaire. Mais les officiels ont très rapidement revu leur copie pour ne pas brusquer l'opinion publique: l'expression «éducation à la santé sexuelle» vient finalement d'être préférée et adoptée.

Débat idéologique

Les discussions de janvier 2018 à l'Assemblée ont été marquées par une prise de parole, celle d'une députée éminente du parti islamiste Ennahdha, Yamina Zoghlami, pour qui «il faut ancrer la culture sexuelle auprès des enfants. […] Cessons de parler de halal et de haram, et initions-les à se familiariser avec leur corps!»

En demandant ainsi l'introduction de ce type de cours, elle a pris position dans un débat très ancien en Tunisie. Si l'éducation sexuelle existe dans le pays depuis les années 1990, elle est restée confidentielle, cantonnée aux centres de l'Office national pour la famille et la population (ONFP). Elle vise avant tout à lutter contre la transmission du sida au sein d'une jeunesse déscolarisée et marginalisée. À l'école, la sexualité est bien abordée mais du point de vue de la reproduction dans les cours de sciences naturelles. L'État absent sur ces questions, ce sont les organisations de la société civile qui ont pris le relais.

Mais en Tunisie, où l'avortement est un droit depuis 1973, 16.000 IVG sont pratiquées en moyenne chaque année chez les jeunes femmes selon l'ONFP, un chiffre qui ne cesse d'augmenter et sert d'argument aux partisan·es de l'éducation sexuelle, que, cette fois-ci, le ministère de l'Éducation pourrait satisfaire.

Contenu du programme

Qu'est-ce qui est prévu concrètement? L'idée est de faire de la prévention contre les violences sexuelles. L'opinion publique tunisienne a été marquée ces derniers mois par une succession de scandales de pédocriminalité à l'école. L'affaire de Sfax, en mars 2019, une ville située à 250 kilomètres au sud de Tunis, est la plus marquante: un enseignant est accusé d'avoir harcelé et violé ses élèves de deuxième année de primaire. À l'époque, le ministère de l'Éducation a réagi immédiatement et annoncé des mesures. Chargée de mission auprès du ministère, Elhem Barboura explique: «Il faut libérer la parole et permettre à l'enfant d'identifier des actes malveillants.»

Ce programme d'éducation sexuelle concerne les enfants dès 5 ans –une première pour le pays et dans le monde arabe. Les élèves seront classé·es en trois tranches d'âge. De 5 à 8 ans, l'enfant doit comprendre que son corps est sacré et intégrer la notion d'intimité et des limites aux contacts qu'il peut avoir avec les autres. Que seuls les parents sont autorisés à faire certaines choses: «Il n'est pas question de parler de pratiques sexuelles. L'éducation sexuelle ne se limite pas à cela, on le sait, mais on ne veut pas choquer les parents ou même les enfants. D'ailleurs, ça sera fait dans un cadre culturel et religieux adapté», insiste Barboura.

Le principe reste le même, dans les grandes lignes, pour les catégories suivantes. Les 8-12 ans et les 12-15 ans seront par ailleurs sensibilisé·es aux effets de la puberté et aux changements corporels qui en découlent pour pallier le manque d'information dans certaines familles. Il n'est pas question de parler de contraception, ni d'aborder la question du consentement sexuel ou encore de prévenir les grossesses non désirées dont on a vu que le chiffre est en hausse en Tunisie.

«On espère pouvoir y remédier, tente Elhem Barboura. Mais ce n'est pas de notre ressort, ce n'est pas le travail du ministère de l'Éducation. En tout cas, pas dans le cadre de cette “éducation à la santé sexuelle”. En plus, c'est déjà prévu dans le cadre des cours de sciences naturelles qui parlent de la reproduction.» On touche ici aux limites du programme qui sera initié par les autorités tunisiennes dès janvier 2020 dans treize gouvernorats pilotes (l'équivalent de nos régions). Cette phase de test, qui prévoit une évaluation en mai 2020, doit préfigurer une généralisation à l'ensemble du pays.

«Dans notre association, on travaille sur l'éducation sexuelle complète des jeunes depuis 2014 à Sidi Bouzid, Tataouine et Médenine, expose Irzak Khnitech, directrice exécutive de l'Association tunisienne de la santé de la reproduction. On a un groupe d'inspecteurs pour les treize régions pilotes qui ont développé des exercices et activités que les enseignants vont appliquer, et qui assureront le suivi et l'évaluation. À partir de janvier, on va former les enseignants de l'éducation islamique, puis les imams et les médias. La contraception sera enseignée au lycée mais les sujets LGBT ne seront pas abordés pour le moment.»

Des parents divisés

Même dans ces conditions, l'éducation sexuelle inquiète certains parents et divise les familles. Mina, mère de trois enfants dont le petit dernier vient d'avoir 5 ans, est tout à fait pour: «C'est une bonne chose. Ce sont des questions assez sensibles et je pense que les parents sont plus légitimes pour s'en charger. Je reconnais aussi que tous les parents ne sont pas forcément à l'aise pour parler de ces questions-là. Il faut bien que quelqu'un le fasse.» Son mari Oussama y est farouchement opposé: «Ça va traumatiser le gamin, il ne va pas comprendre, surtout si c'est l'instituteur qui lui parle de ça. Quand tu t'adresses aux gosses, tu prends des pincettes parce que c'est un univers qu'ils ne connaissent pas. Et en plus tu dois les mettre en garde contre ça.»

Oussama ne pense pas que ce soit le rôle de l'Éducation nationale de s'immiscer dans ces questions intimes. Même si le corps enseignant y est formé. Il dénonce «la tyrannie de l'État qui intervient dans tout et prend le relais de la société elle-même». Selon lui, s'il y a une sensibilisation à faire, à la limite, c'est au niveau des parents.

Un avis en partie partagé par le ministère de l'Éducation, qui a lancé une campagne d'information à destination des parents pour qu'ils prennent conscience des risques de harcèlement sexuel et de la nécessité d'éduquer les enfants le plus tôt possible, avant même l'entrée en maternelle.

Pour Ahlem Belhaj, pédopsychiatre et militante de l'Association tunisiennes des femmes démocrates (ATFD), ce programme va dans la direction prônée par son mouvement: «On réclame depuis plusieurs années que l'éducation sexuelle soit considérée comme un pilier de la prévention des violences faites aux femmes et aux enfants.» Il ne s'agit pas uniquement de lutter contre la pédocriminalité, estime Belhaj, mais plutôt d'inculquer des valeurs d'égalité assez tôt: «Quand on explique à un enfant que son corps lui appartient, il comprend que ça va dans les deux sens.»

L'éducation sexuelle doit permettre de libérer la parole, de communiquer «autour de thèmes difficiles, d'apprendre à l'enfant qu'il peut tout dire». Mais d'après cette féministe, toute la société est concernée. Les enseignant·es sont en première ligne mais «chacun a son rôle à jouer: la famille, le milieu de la culture, les mass medias».

Newsletters

JO 2020: le village olympique bientôt transformé en hôpital?

JO 2020: le village olympique bientôt transformé en hôpital?

La ville de Tokyo pourrait réquisitionner une partie des appartements destinés aux athlètes pour accueillir les malades du Covid-19.

La Hongrie veut mettre fin à la reconnaissance des personnes trans

La Hongrie veut mettre fin à la reconnaissance des personnes trans

La crise du coronavirus est décidément un bon prétexte pour le gouvernement Orbán.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Animaux sauvages dans les villes, campagnes de sensibilisation et distanciation sociale... La semaine du 28 mars 2020 en images.

Newsletters