Société

Quand s'arrêtera cette décennie?

Temps de lecture : 3 min

Une décennie s'éteint, une autre s'éveille (il faudrait juste savoir quand).

Dans le métro de Chicago | TheeErin via Flickr CC License by
Dans le métro de Chicago | TheeErin via Flickr CC License by

Sur Slate comme ailleurs, on voit actuellement fleurir des bilans de la décennie, comme s'il était clair pour tout le monde que la décennie en cours était en train de s'achever. Or ça n'est pas tout à fait le cas, explique un article de NPR.

D'après les résultats d'un sondage réalisé au sein de la population américaine, 64% des personnes interrogées sont effectivement convaincues que la prochaine décennie débutera le 1er janvier 2020, tandis que 20% des individus sondés confiaient leur incertitude sur le sujet. Une minorité de personnes affirme quant à elle que le changement de décennie se fera entre le 31 décembre 2020 et le 1er janvier 2021.

Bien qu'étant apparemment très minoritaire, cette dernière catégorie inclut pourtant un certain nombre de personnes censées être compétentes en la matière, qui affirment notamment que puisqu'il n'y a pas eu d'an zéro, chaque décennie démarre au début d'une année se terminant en 1. C'est par exemple le cas de Sandi Duncan, le rédacteur en chef de NPR, pour qui «la prochaine décennie ne commencera pas avant le 1er janvier 2021».

Du côté du groupe majoritaire, on estime notamment que pour des raisons pratiques, une décennie devrait aller de l'année 0 à l'année 9. Cela permet notamment de parler des années 90 ou des années 2010 (d'ailleurs, doit-on dire «années 2010» ou évoquer les années 10 sans risquer de créer des confusions avec les années 1910?). Et puis la définition du mot «décennie», qui indique juste qu'il s'agit d'une période de dix ans, ne semble pas interdire d'en marquer le point de départ à l'endroit jugé le plus confortable.

Pour Rick Fienberg, de l'American Astronomical Society, l'Histoire est claire: «Comme il n'y a pas eu d'année zéro, la prochaine décennie ira de 2021 à 2030». Pour Andrew Novick, du National Institute of Standards and Technology, c'est surtout une question de sémantique. Au sein de son institut, on s'intéresse notamment à la notion de temps écoulé entre deux instants, et par exemple à la définition des unités de temps fondamentales comme la seconde.

D'un point de vue mathématique, Novick serait plutôt d'accord avec Rick Fienberg, mais du côté de la rhétorique, il reconnaît que faire démarrer une décennie à partir de l'an 1 peut éviter des confusions: «Si vous parlez de quelque chose qui s'est déroulé en 1990 comme d'un événement des années 80, c'est tout de même très perturbant». Novick suggère de modifier purement et simplement la définition d'une décennie, qui pourrait être décrite dans les dictionnaires comme une période de dix années... débutant à l'an zéro.

Quant à Geoff Chester, de l'Observatoire naval des États-Unis, il affirme que la prochaine décennie débutera en 2021, avec l'argument suivant: «Je compte de 1 à 10, pas de 0 à 9». Chester va même plus loin, avec un argument pour le moins clivant: «Une fois passé mon cinquantième anniversaire, j'ai dit à mes proches que je me trouvais dans la dernière année de ma quarantaine».

Geoff Chester prend les choses avec pas mal de philosophie: «C'est l'une de ces situations où, quel que soit votre camp, vous finirez dans un bar à vous disputer autour d'un verre avec des membres de l'autre camp».

Hâte de passer à autre chose

L'intellectuelle Ruth S. Freitag n'a apparemment pas eu besoin d'aller boire des coups pour réfléchir au problème: à la bibliothèque du Congrès américain, on peut trouver un document de 57 pages, dont elle est l'autrice, où elle affirme avant tout... que les gens qui prennent part au débat sont des imbéciles. Dans ce texte intitulé The Battle of the Centuries, publié au cours des années 90, elle écrit notamment: «Lorsqu'il faudra écrire l'encyclopédie de la sottise humaine, une page devra être consacrée à l'imbécilité que constitue la bataille des siècles, cette dispute pleine de vociférations autour du début et de la fin des siècles». Et donc des décennies.

Freitag a même retrouvé des écrits datant d'il y a plus d'un siècle, et dans lesquels ce genre d'interrogation existait déjà. Pour elle, si le débat est si stupide, c'est parce qu'il n'y a aucune discussion possible. De son point de vue, la majorité aurait définitivement tort de clore la décennie le 31 décembre 2019: «Il n'existe aucun système de règnes, de dynasties ou d'ères qui ne démarre pas par l'année 1».

En conclusion de son article, le journaliste de NPR Bill Chappell développe une théorie intéressante: et si nous avions simplement hâte de dire adieu aux mauvais souvenirs de la décennie en cours et d'accueillir la nouvelle décennie à bras ouverts, comme le symbole d'un nouveau départ?

En savoir plus:

Newsletters

Et si le politiquement correct n'était qu'une nouvelle forme de politesse?

Et si le politiquement correct n'était qu'une nouvelle forme de politesse?

De nos jours cette formule est utilisée de manière péjorative. Mais l'abandon de la politesse dégrade la vie politique.

Les pétitions en ligne, ce fléau des temps modernes

Les pétitions en ligne, ce fléau des temps modernes

[BLOG You Will Never Hate Alone] De nos jours à chaque fois que l'on se sent l'envie de pousser une gueulante, on en partage une sur le net.

Mes partenaires n'arrivent plus à me pénétrer et ça me gâche la vie

Mes partenaires n'arrivent plus à me pénétrer et ça me gâche la vie

Salma a un problème: ses partenaires n'arrivent plus à la pénétrer. Ça lui gâche la vie, et elle comprend pas pourquoi. Pour l'aider à y voir plus clair, nous avons rencontré le Dr Patrick Aristizabal, gynécologue. Voici ses...

Newsletters