Monde

Les Pays-Bas aimeraient que vous ne les appeliez plus Hollande

Temps de lecture : 2 min

Au diable les synecdoques.

Amsterdam | Andreas Dantz via Flickr CC License by
Amsterdam | Andreas Dantz via Flickr CC License by

Le gouvernement néerlandais s'apprête à lancer une opération de communication destinée à ce que les Pays-Bas ne soient plus nommés Hollande, appellation impropre dont le pays souhaite se débarrasser. À l'approche du concours Eurovision de la chanson, qui se tiendra aux Pays-Bas en mai, et des Jeux Olympiques de Tokyo, qui auront lieu du 24 juillet au 9 août, une campagne de rebranding va être lancée dès janvier, explique Quartz.

En réalité, le terme «Hollande» ne fait référence qu'à deux des douze provinces qui composent les Pays-Bas: la Hollande du Nord, qui inclut Amsterdam, et la Hollande du Sud, où se situent notamment Rotterdam et La Haye. L'ensemble forme un territoire effectivement nommé Hollande, considéré comme le poumon économique du pays depuis le XIXe siècle, ce qui explique que les Pays-Bas aient peu à peu été appelés Hollande.

Il s'agit donc d'une forme de synecdoque, figure de style qui consiste notamment à désigner une partie pour signifier l'ensemble. Les Pays-Bas en sont les premiers utilisateurs, puisque même le site officiel dédié au tourisme néerlandais se nomme actuellement... holland.com.

Redistribuer les cartes

Cette volonté de revenir à la dénomination officielle ne sort pas de nulle part: elle résulte notamment d'une envie d'attirer les touristes au-delà de la Hollande. 18 millions de touristes ont visité les Pays-Bas en 2018, la population du pays n'étant que de 17 millions de personnes. D'après certaines projections, le nombre de visiteurs et de visiteuses pourrait s'élever à 42 millions en 2030, ce qui ne réjouit pas tout à fait les responsables du pays, pour qui le tourisme de masse est un problème. Montrer que les Pays-Bas existent bien au-delà de la Hollande, c'est tenter de répartir plus harmonieusement les visites, et faire profiter les autres provinces de l'essor touristique du pays.

Dès janvier, les entreprises, universités, ambassades et autres institutions sont invitées à laisser le mot «Hollande» de côté, sauf évidemment lorsqu'il s'agit de parler des provinces du pays. Un nouveau logo vient ainsi d'être dévoilé, remisant les tulipes au vestiaire pour se contenter des initiales NL (référence au mot néerlandais Nederland et au mot anglais Netherlands). La fameuse couleur orange, elle, a été conservée.

Le logo n'a d'ailleurs pas manqué de faire tiquer une partie de la population, qui rappelle qu'en anglais, le nom officiel des Pays-Bas est «the Netherlands», avec l'article.

Il ne sera pas facile d'inverser la tendance, notamment dans des pays comme la France, où le terme «Pays-Bas» semble plus utilisé que «Hollande», mais où l'adjectif «hollandais» est apparemment bien plus usité que le mot «néerlandais». Si l'on considère par exemple le nombre de résultats sur Google, le premier présente quatre fois plus d'occurrences que le second, qui est certes davantage tapé sur le moteur de recherche. Sans doute parce que la langue officielle des Pays-Bas se nomme le néerlandais, et non le hollandais.

Newsletters

L'Europe et le dilemme des valeurs

L'Europe et le dilemme des valeurs

[TRIBUNE] Les valeurs sont l'identité de l'Europe mais la recherche du compromis est aussi sa caractéristique et son savoir-faire.

Sirimavo Bandaranaïke, la première femme à devenir cheffe d'État, en 1960

Sirimavo Bandaranaïke, la première femme à devenir cheffe d'État, en 1960

Aujourd'hui, seules 21 femmes dirigent un pays dans un monde qui en compte 197. Autant dire qu'à l'époque, c'était inouï.

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

Le taux de natalité n'a quasiment jamais été aussi bas.

Newsletters