Culture

De la cuisine d'une vieille dame au musée du Louvre, l'étrange parcours de «La dérision du Christ»

Temps de lecture : 2 min

Vendu aux enchères pour 24 millions d'euros, la tableau de Cimabue a été retrouvé presque par hasard à l'automne.

«La dérision du Christ» de Cimabue, photographiée à Paris le 23 septembre 2019 | Philippe Lopez / AFP
«La dérision du Christ» de Cimabue, photographiée à Paris le 23 septembre 2019 | Philippe Lopez / AFP

Au mois de septembre dernier, une nonagénaire du nord de la France faisait venir à son domicile des spécialistes afin d'expertiser certains de ses biens. Sur le poêle de sa cuisine, modestement posé, se trouvait un tableau du 13è siècle, intitulé La dérision du Christ, du peintre italien Cimabue. Une œuvre extrêmement prisée qui fut mise aux enchères dès le mois d'octobre à Senlis, dans l'Oise, où elle fut vendue pour 24 millions d'euros, devenant ainsi le tableau primitif le plus cher de l'histoire.

La propriétaire, qui a tenu à ne pas dévoiler son identité, n'avait apparemment pas du tout conscience de l'immense valeur du tableau qui ornait sa cuisine. Éric Turquin, expert en tableaux, raconte que l'annonce de la mise en vente de La dérision du Christ a suscité un émoi manifeste tout autour du monde: «Tous les plus grands musées se sont manifestés. Des collectionneurs d'art contemporain dont nous n'avions jamais entendu parler ont également manifesté un vif intérêt», explique celui qui a authentifié l'œuvre de Cimabue.

D'après un article de la NPR, c'est un collectionneur britannique qui s'est porté acquéreur au nom de deux autres collectionneurs américains restés anonymes. Mais le gouvernement français ne l'entend pas de cette oreille: le transfert du tableau hors du pays vient d'être bloqué, l'œuvre étant décrite comme un «trésor national» devant être conservée en France afin d'«enrichir la collection nationale».

Un véto clair et net

C'est une fois le tableau vendu par la vieille dame à la société de vente aux enchères Actéon, basée dans l'Oise, que les autorités françaises ont commencé à faire des pieds et des mains pour que le tableau reste à l'intérieur des frontières françaises. Le ministère de la Culture a refusé de délivrer un certificat d'exportation et envisage désormais de l'acquérir afin de le faire rejoindre les autres œuvres de Cimabue, comme La Vierge et l'Enfant en majesté entourés de six anges, son tableau le plus célèbre, actuellement exposé au musée du Louvre.

Également connu sous le nom de Cenni di Pepo, Cimabue est considéré comme «Le père de la peinture occidentale», si l'on en croit les spécialistes de The Art Newspaper. Il est d'ailleurs extrêmement difficile d'imaginer comment sa Dérision du Christ a pu atterrir dans une cuisine vieillissante du nord de la France.

Newsletters

Les fans des films de zombies ont été mieux préparés à la pandémie

Les fans des films de zombies ont été mieux préparés à la pandémie

Ils auraient moins souffert psychologiquement que les autres depuis le début de la crise sanitaire.

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

À quoi ressemblait vraiment l'Angleterre à l'époque de «La Chronique des Bridgerton»?

La série de Netflix est un portrait romancé du pays pendant la Régence.

«L'Exorciste selon William Friedkin» ou la difficulté absolue du métier de cinéaste

«L'Exorciste selon William Friedkin» ou la difficulté absolue du métier de cinéaste

Dans un documentaire disponible en VOD, le réalisateur du film dévoile les influences et les partis pris qui l'ont aidé à réaliser cet éternel classique.

Newsletters