Égalités / Monde

Le New Jersey interdit la discrimination capillaire

Temps de lecture : 2 min

La loi fait suite à l'humiliation du lutteur Andrew Johnson, qui avait été obligé de se faire couper les dreadlocks lors d'un match en décembre 2018.

Andrew Johnson, lors d'une compétition inter-lycéenne | Capture vidéo / SNJ Today
Andrew Johnson, lors d'une compétition inter-lycéenne | Capture vidéo / SNJ Today

En décembre dernier, Andrew Johnson, un lycéen noir du New Jersey, avait été contraint de se faire couper les dreadlocks en plein milieu d'une compétition de lutte, afin de pouvoir participer à un match. L'arbitre, Alan Maloney, connu pour de précédentes sorties racistes, avait décrété que sa coiffure n'était pas réglementaire, et lui avait imposé une alternative entre se faire raser sur le tapis, ou déclarer forfait.

Ce jeudi 19, soit un an plus tard jour pour jour, le gouverneur démocrate du New Jersey Phil Murphy a signé une loi contre la discrimination raciale fondée sur les cheveux.

«La discrimination fondée sur la race ne sera pas tolérée dans l'État du New Jersey. Personne ne devrait se sentir mal à l'aise ou être victime de discrimination en raison de ses cheveux naturels», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le cheveu, une arme politique

Le New Jersey devient ainsi le troisième État du pays, après la Californie et le New York, à adopter le Crown Act, contre la discrimination capillaire. Il interdit de cibler au travail, à l'école ou dans des espaces publics, des individus en fonction de leur texture de cheveux ou de leur coiffure, comme les dreadlocks, les coupes afro ou les tresses.

«Malheureusement, il est bien trop courant que les Afro-Américains et les personnes de couleur soient victimes de discrimination au travail ou à l'école pour avoir porté leurs cheveux en tresses, avec des vanilles ou des dreadlocks, ou pour avoir gardé leurs boucles naturelles», a dénoncé à l'Assemblée la démocrate Angela McKnight, qui défendait la loi.

Celle-ci s'intègrera à la loi contre les discriminations et impliquera les mêmes sanctions en cas d'infraction: jusqu'à 10.000$ d'amende pour une première, jusqu'à 25.000$ en cas de récidive dans les cinq ans, et jusqu'à 50.000$ pour une troisième condamnation en l'espace de sept ans.

Newsletters

En Haïti, l'évangélisation entrave les droits des LGBT+

En Haïti, l'évangélisation entrave les droits des LGBT+

L'association Kouraj est l'une des rares dans le pays à défendre la voix des minorités sexuelles et à lutter contre l'homophobie et la transphobie.

Une minorité de femmes dans le jury du procès Weinstein

Une minorité de femmes dans le jury du procès Weinstein

Ses avocats ont tout fait pour éviter que les juré·es aient le profil des plaignantes.

Voici à quoi ressemble le «Kamasutra» version 2020

Voici à quoi ressemble le «Kamasutra» version 2020

Plus de quinze siècles se sont écoulés depuis la création du premier Kamasutra par l'auteur indien Vâtsyâyana. Partant du principe que les rapports entre les hommes et les femmes évoluent et qu'ils gagneraient à être bien plus égalitaires,...

Newsletters