Égalités / Monde

Le New Jersey interdit la discrimination capillaire

Temps de lecture : 2 min

La loi fait suite à l'humiliation du lutteur Andrew Johnson, qui avait été obligé de se faire couper les dreadlocks lors d'un match en décembre 2018.

Andrew Johnson, lors d'une compétition inter-lycéenne | Capture vidéo / SNJ Today
Andrew Johnson, lors d'une compétition inter-lycéenne | Capture vidéo / SNJ Today

En décembre dernier, Andrew Johnson, un lycéen noir du New Jersey, avait été contraint de se faire couper les dreadlocks en plein milieu d'une compétition de lutte, afin de pouvoir participer à un match. L'arbitre, Alan Maloney, connu pour de précédentes sorties racistes, avait décrété que sa coiffure n'était pas réglementaire, et lui avait imposé une alternative entre se faire raser sur le tapis, ou déclarer forfait.

Ce jeudi 19, soit un an plus tard jour pour jour, le gouverneur démocrate du New Jersey Phil Murphy a signé une loi contre la discrimination raciale fondée sur les cheveux.

«La discrimination fondée sur la race ne sera pas tolérée dans l'État du New Jersey. Personne ne devrait se sentir mal à l'aise ou être victime de discrimination en raison de ses cheveux naturels», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le cheveu, une arme politique

Le New Jersey devient ainsi le troisième État du pays, après la Californie et le New York, à adopter le Crown Act, contre la discrimination capillaire. Il interdit de cibler au travail, à l'école ou dans des espaces publics, des individus en fonction de leur texture de cheveux ou de leur coiffure, comme les dreadlocks, les coupes afro ou les tresses.

«Malheureusement, il est bien trop courant que les Afro-Américains et les personnes de couleur soient victimes de discrimination au travail ou à l'école pour avoir porté leurs cheveux en tresses, avec des vanilles ou des dreadlocks, ou pour avoir gardé leurs boucles naturelles», a dénoncé à l'Assemblée la démocrate Angela McKnight, qui défendait la loi.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Celle-ci s'intègrera à la loi contre les discriminations et impliquera les mêmes sanctions en cas d'infraction: jusqu'à 10.000$ d'amende pour une première, jusqu'à 25.000$ en cas de récidive dans les cinq ans, et jusqu'à 50.000$ pour une troisième condamnation en l'espace de sept ans.

Newsletters

M&M's veut que ses personnages soient «plus inclusifs»

M&M's veut que ses personnages soient «plus inclusifs»

La marque opère un toilettage de ses figures qui apparaissent dans les pubs.

Le télétravail, nouveau vecteur d'inégalités entre les hommes et les femmes

Le télétravail, nouveau vecteur d'inégalités entre les hommes et les femmes

Le travail à distance pourrait venir creuser un peu plus l'écart entre les genres.

Parler d'argent dans le couple ne doit plus être un tue-l'amour

Parler d'argent dans le couple ne doit plus être un tue-l'amour

D'autant plus lorsque les partenaires sont loin d'avoir les mêmes pouvoirs d'achat.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio