Sciences

Pourquoi notre cerveau ne se souvient-il pas de tout, pour toujours?

Temps de lecture : 2 min

Il est conçu pour être efficace.

Et cette promenade, tu t'en souviens? | Soragrit Wongsa via Unsplash
Et cette promenade, tu t'en souviens? | Soragrit Wongsa via Unsplash

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Pourquoi notre cerveau ne se souvient-il pas de tout, pour toujours?»

La réponse de Fabian van den Berg, neuropsychologue:

Si nous ne nous souvenons pas de tout de façon permanente, c'est pour éviter d'avoir une armée de petits Hulk dans la tête. En effet, si nous nous souvenions de tout, nous risquerions de devenir fous et de ne rien pouvoir faire.

Voilà ce que je vois presque tous les jours quand je travaille: mon bureau. Tout comme ma salle de bain ou ma cuisine, c'est quelque chose que je vois régulièrement dans le cadre de mon quotidien. Si nous nous souvenions de tout, nos têtes seraient remplies d'informations inutiles. Nous aurions des tonnes de souvenirs identiques de nous au réveil, en train de nous laver les dents, de préparer le petit déjeuner… et tout un tas de petits Hulk qui nous fixeraient pendant que nous travaillons! [Il serait temps que je fasse tourner mes super-héros…]

Notre cerveau a évolué de façon à être particulièrement efficace avec les souvenirs. Mais pas précis. Nous enregistrons les moments importants de certains événements, des choses dont nous pourrions avoir besoin ou qui sortent du lot. Tout ce qui n'est pas important disparaît, ce n'est pas stocké. Pendant la nuit, des vagues d'activité balaient notre cortex, éliminant tout ce qui n'a pas lieu d'être conservé en mémoire. Lorsque j'ai besoin de me souvenir, ces éléments sont restaurés et les trous sont comblés. Je n'ai pas besoin de créer un souvenir de mini Hulk à chaque fois; je peux partir du principe qu'il sera toujours là et l'ajouter à n'importe quel souvenir de mon bureau.

Les blancs sont remplis avec des informations adéquates et suffisamment bonnes. Couleurs, odeurs, plats et parfois des personnes ou des événements entiers sont ensuite ajoutés à nos souvenirs, car il semble logique que ces éléments soient présents, alors même qu'ils ne l'étaient pas au départ. Dans une certaine mesure, nos souvenirs sont ainsi faussés. Plus un souvenir est vieux, plus il est de mauvaise qualité.

Certains systèmes en place nous aident à nous souvenir, tandis que d'autres nous aident à oublier. Des informations importantes aujourd'hui risquent de perdre de leur importance avec le temps. À l'exception de la signification d'ADN, à savoir acide désoxyribonucléique, qui est restée gravée dans ma tête depuis le lycée (eh oui, le système n'est pas parfait). Votre réunion de vendredi est suffisamment importante pour être enregistrée, mais une fois qu'elle sera passée, elle perdra rapidement de sa valeur: son attribut «important» lui sera retiré et l'information s'effacera.

Le cerveau est conçu pour être efficace; tout emmagasiner serait contre-productif. Trop d'éléments de notre quotidien sont sans intérêt pour avoir une quelconque valeur. Si nous nous souvenions de tout, nous nous retrouverions coincé·es dans le passé, à ressasser nos souvenirs et à essayer de faire le tri. Se souvenir des choses importantes et inventer le reste est une bien meilleure façon de faire.

Newsletters

Le sang des personnes guéries pourrait aider à lutter contre le Covid-19

Le sang des personnes guéries pourrait aider à lutter contre le Covid-19

Après la Chine, c'est au tour des États-Unis de se pencher sur les effets de la transfusion de plasma dans la lutte contre le Covid-19.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Supermarchés vides, patient·es en soins paliatifs et rues désertes en raison de la pandémie mondiale... La semaine du 14 mars 2020 en images.

Est-ce que la musique aide à mieux travailler?

Est-ce que la musique aide à mieux travailler?

Personne n'a, encore, LA réponse.

Newsletters