Monde

Des Républicains comparent la destitution de Trump au procès de Jésus et à Pearl Harbor

Temps de lecture : 2 min

Alors que la Chambre des représentants a voté l'impeachment du président américain, un élu de Géorgie a déclaré qu'il avait été moins bien traité que le Christ avant sa crucifixion.

Une manifestation en faveur de l'impeachment de Donald Trump, le 18 décembre 2019 à Washington, D.C.. | Win McNamee / Getty Images North America / AFP
Une manifestation en faveur de l'impeachment de Donald Trump, le 18 décembre 2019 à Washington, D.C.. | Win McNamee / Getty Images North America / AFP

La Chambre des représentants s'est réunie le 18 décembre à Washington, D.C. afin de débattre et voter deux articles de mise en accusation du président Donald Trump, pour abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès. Tous deux ont été adoptés à 230 voix contre 197.

La veille, Trump avait envoyé une longue lettre à la cheffe des Démocrates, Nancy Pelosi, dans laquelle il estimait que les procès des sorcières de Salem (qui se sont finis par de nombreuses pendaisons) étaient moins injustes que la procédure d'impeachment le visant.

Dans la même veine, un représentant républicain de Géorgie a profité du débat à la Chambre pour comparer Trump à Jésus-Christ avant la crucifixion: «Avant ce vote historique, une semaine avant Noël, gardez cela en tête: lorsque Jésus a été faussement accusé de trahison, Ponce Pilate a donné à Jésus l'opportunité d'être face à ces accusateurs. Pendant ce simulacre de procès, Ponce Pilate a accordé à Jésus plus de droits que les Démocrates n'en ont donné au président dans cette procédure», a déclaré Barry Loudermilk.

«Père, pardonne-leur»

Au-delà de l'absurdité de la comparaison au Christ, l'accusation est erronée: Trump a refusé de venir témoigner devant le comité judiciaire au Congrès et ses avocats, qui auraient pu poser des questions aux témoins, n'ont pas non plus participé à la procédure.

L'autre différence de taille est que contrairement à Jésus, Trump est quasiment assuré d'être acquitté lorsqu'il sera jugé au Sénat, où les Républicains sont majoritaires.

Malgré tout, plusieurs élus républicains ont persisté dans l'hyperbole. Un représentant de Pennsylvanie, Fred Keller, a fait une autre référence à Jésus: «Je veux que les Démocrates qui votent en faveur de la destitution sachent que je prierai pour eux. Dans l'évangile selon Luc, chapitre 23, verset 34, Jésus dit: “Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font.”»

Un autre représentant républicain de Pennsylvanie, Mike Kelly, a quant à lui comparé la destitution au bombardement de Pearl Harbor. «Le 7 décembre 1941, les États-Unis ont été touchés par une terrible attaque et le président Roosevelt a dit que cette date “resterait marquée par l'infamie”. Aujourd'hui, le 18 décembre 2019, est une autre date qui restera marquée par l'infamie», a-t-il affirmé.

Newsletters

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

En Chine, un village bouclé à cause de la peste

C'est le deuxième cas de la maladie dans le pays cette année, et le premier décès.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Les États-Unis connaîtront-ils le destin de la république de Weimar?

Identification d'un ennemi extérieur, repli identitaire, patriotisme émotionnel... sont souvent à l'origine du déclenchement d'une guerre.

Newsletters