Société

La trêve de Hanouka aura-t-elle lieu?

Temps de lecture : 3 min

[BLOG You Will Never Hate Alone] Pour une fois que Noël tombe en même temps que Hanouka, il ne faudrait pas que les syndicats viennent gâcher la fête.

Une bougie le premier jour, deux le jour suivant et ainsi de suite. En partant de la droite du chandelier. | David Williss via Flickr
Une bougie le premier jour, deux le jour suivant et ainsi de suite. En partant de la droite du chandelier. | David Williss via Flickr

Sont bien marrants avec leur grève, mais si les syndicats continuent de la sorte, les bougies de Hanouka, c'est sur le quai de la station Javel que je m'en vais les allumer; le temps d'arriver chez belle-maman, elles auront déjà fondu. Quel gâchis. Quand je pense au prix qu'elles m'ont coûté. La moitié de mon salaire. Et encore, j'ai dû marchander avec le boucher casher, le seul de mon quartier à bien vouloir m'en vendre. Un escroc de la pire espèce. Ses bougies ont beau venir de Chine, il me les vend comme si elles étaient une création de chez Dior.

N'empêche, tout le monde n'arrête pas de s'inquiéter pour Noël, mais jusqu'à présent, que ce soit au niveau syndical ou gouvernemental, dans les journaux ou sur les plateaux de télévision, je remarque que personne à ce jour ne s'est encore soucié du sort réservé à Hanouka. Personne. On est des citoyens de seconde zone ou quoi? On n'a pas le droit, nous aussi, de passer nos fêtes en famille comme tout bon citoyen juif qui se respecte?

Ils croient quoi, les Philippe Martinez, les Laurent Berger et tous les autres, qu'on va allumer nos bougies en petit comité –trois glandus devant un chandelier–, avec la voisine d'en face qui ne va pas manquer de rameuter toute la sainte famille afin de profiter du spectacle? «Regardez les enfants, ce sont des juifs, ils ne font rien comme tout le monde. Au lieu d'enguirlander un sapin, ils jouent au Cluedo avec un chandelier. Toujours à se singulariser, ceux-là.»

C'est que chez nous, Noël, cela dure huit jours. Les Juifs, c'est bien connu, ne font jamais rien en petit. Nos ancêtres auraient pu se contenter d'une seule journée mais non, comme d'habitude, ils ont cédé à la folie des grandeurs; ce sera une semaine ou rien.

Va pour une semaine. Une bougie le premier jour, deux le jour suivant et ainsi de suite. En partant de la droite du chandelier. Avec celle du milieu qui, impériale et hautaine, trône jour après jour sur son piédestal comme une mère supérieure en route pour le Vatican. Et cette année, pas de pot, on commence le 22 pour finir le 30. Le 22. Vont quand même pas se mettre en grève le 22, ces salopards de cégétistes? Ils ont déjà oublié que Krasucki était l'un des nôtres?

Tout cela pour continuer à partir à la retraite à 62 ans. La retraite. Quelle retraite?!!! Dans la Bible, nulle part il est écrit que l'homme doit un jour prendre sa retraite.

Tu crois que Moïse, arrivé à 62 piges, il a réuni tout le peuple d'Israël pour lui dire: «À partir d'aujourd'hui, je ne suis là pour personne. J'ai tous mes trimestres à jour, j'ai cotisé depuis mes 20 ans, comme n'importe quel Hébreu qui se respecte, j'ai le droit à ma retraite. Surtout que question pénibilité, avec vous, j'ai été servi. Désormais, à vous de vous démerder pour la suite des opérations»? Non, il a continué à guider son peuple jusqu'au dernier jour de son existence.

Avec Martinez à sa place, dans le désert, on y serait encore. D'ailleurs, avec lui, on ne serait même pas sortis d'Égypte. Il aurait tellement emmerdé le pharaon avec ses revendications à la pelle que Yul Brynner nous aurait tous noyés dans le Nil.

À se demander ce que fout le CRIF. À quoi cela sert de faire élire Boris Johnson si, chez nous, on passe Hanouka avec une partie de la famille coincée Porte de Clignancourt, l'autre Porte d'Orléans et le reste Porte d'Auteuil?

Quand je pense qu'il leur suffirait de passer un coup de fil à Macron pour débloquer la situation. Ils auraient juste à lui dire: «Monsieur le président, si vous ne cédez pas aux manifestants, nous, on ordonne à toutes nos banques de fermer. Plus un kopeck à retirer. Rien. Embargo total. Les cadeaux de Noël, cette année, faudra les acheter à crédit.»

On est puissant ou on ne l'est pas?

Pour une fois que Noël se déroule en même temps que Hanouka. Quelle plus belle image que celle d'un rabbin déguisé en Père Noël, qui vient allumer ses bougies tout en déposant ses cadeaux au pied du sapin? Ou celui d'une crèche illuminée par le feu ardent des bougies, dont le reflet se mire dans les guirlandes argentées du sapin? La République réconciliée. Jean-Luc Mélenchon et Enrico Macias la main dans la main. Agnès Buzyn et Phillipe Martinez enlacés comme les amants de Vérone. Les cheminots avec les banquiers...

On peut toujours rêver.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Newsletters

L'existence ou non d'un mot dans une langue en dit beaucoup sur la société

L'existence ou non d'un mot dans une langue en dit beaucoup sur la société

En espagnol, par exemple, il n'y a pas de terme pour désigner un lanceur ou une lanceuse d'alerte.

Se mettre en quarantaine est la meilleure chose qui pourrait nous arriver

Se mettre en quarantaine est la meilleure chose qui pourrait nous arriver

[BLOG You Will Never Hate Alone] Si dans un jour prochain nous étions confinés à l'intérieur de nos appartements, peut-être retrouverions-nous le goût des choses essentielles.

Jean Vanier, la chute d'une icône

Jean Vanier, la chute d'une icône

Il était impossible d'imaginer que le créateur de l'Arche, accueillant les personnes handicapées mentales, puisse tenir de si beaux discours le jour et attoucher des femmes fragiles le soir.

Newsletters