Tech & internet / Monde

Des utilisateurs d’une plateforme de cryptomonnaies veulent que le corps de son créateur soit exhumé car ils ne croient pas à sa mort

Temps de lecture : 2 min

Gerald Cotten est mort en décembre 2018. Il avait créé une plateforme avec une cryptomonnaie nommée QuadrigaCX. Mais c’était le seul à connaître le mot de passe pour accéder au portefeuille des clients, où 190 millions de dollars étaient stockés.

Des bitcoins, via Microservios sur Flick. Certains droits réservés. 
Des bitcoins, via Microservios sur Flick. Certains droits réservés

Même mort, Gérald Cotten ne connaît pas de répit. Ce trentenaire qui était devenu millionnaire grâce au Bitcoin avait créé QuadrigaCX, une plateforme d’échange de cryptomonnaies, qui était utilisée par 115.000 personnes. L’année dernière, il est mort en Inde des suites de complications liées à la maladie de Crohn.

Mais lui seul connaissait les «clés privées» de Quadriga, qui permettent d’accéder aux actifs de la société. 190 millions de dollars y étaient stockés et sont donc depuis inutilisables pour les milliers d’utilisateurs. Certains de ces derniers se sont regroupés et ont engagé des avocats, qui ont demandé à la police montée du Canada de conduire «une exhumation et une autopsie post-mortem» de Gérald Cotten, raconte The Independent.

Depuis sa mort, des rumeurs sur le net spéculent que l’entrepreneur pourrait avoir simulé son décès pour s’enfuir avec les fonds. Mais aucune preuve réelle n’a jamais été révélée en ce sens. Mais le cabinet d’avocat a déclaré que la demande d'exhumation intervient après la révélation de nouvelles informations «soulignant davantage le besoin de certitude quant à la question de savoir si M. Cotten est effectivement décédé». Sans dire quelles étaient ces nouvelles informations.

Début 2019, des experts avaient relevé que QuadrigaCX avait un litige avec la Canadian Imperial Bank of Commerce sur une somme de 17 millions d’euros. D’autres experts ont par la suite noté des mouvements sur des portefeuilles prétendument inaccessibles. Les avocats espèrent que l’exhumation aura lieu avant le printemps 2020.

Newsletters

Les robots ne vont pas vous voler votre travail

Les robots ne vont pas vous voler votre travail

Du moins, pas tout de suite.

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

De la Bretagne à la Savoie, Instagram est la terre promise des mèmes régionaux

Le meilleur repaire des blagues entre patelins n'est plus le PMU, mais Instagram. Les mèmes régionaux y fleurissent et donnent aux querelles de clochers un côté cool.

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Le safari aux influenceurs à Webedia commence à les agacer

Attendus quotidiennement devant chez eux ou leurs studios par des fans toujours plus jeunes, les nouvelles stars de YouTube sortent du silence pour évoquer un phénomène largement amplifié par les réseaux sociaux.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters