Santé / Sciences

Après une greffe de moelle osseuse, son sperme ne contient que l'ADN du donneur

Temps de lecture : 2 min

Le test ADN de cet Américain atteint de leucémie indique qu'il est plus jeune, Allemand, et qu'il vit à plus de 8.000 kilomètres.

Chris Long possède deux séries d'ADN dans son corps. | Luis Quintero via Unsplash
Chris Long possède deux séries d'ADN dans son corps. | Luis Quintero via Unsplash

Chris Long n'est plus, vive Chris Long! Quatre ans après sa greffe de moelle osseuse, cet habitant de la ville de Reno, dans le Nevada aux États-Unis, a fait une découverte surprenante. Son ADN a été remplacé par celui de son donneur dans des parties inattendues du corps.

S'il est courant de retrouver de l'ADN d'un donneur ou d'une donneuse dans le sang de la personne receveuse, le cas de Mr Long est particulièrement rare. L'ADN de son sperme a été entièrement remplacé par celui de son donneur allemand, qu'il n'a jamais rencontré et avec lequel il n'a échangé qu'une poignée de messages. D'autres parties de son corps sont également touchées. Plusieurs prélèvements sur ses lèvres, sa langue et ses joues contenaient son propre ADN, mais aussi celui de son donneur. Seuls ses cheveux et sa poitrine n'ont pas été affectés.

«C'est assez incroyable que je puisse disparaître et que quelqu'un d'autre puisse apparaître», a déclaré l'homme qui était atteint d'une leucémie. Chris Long est littéralement devenu une chimère, une personne avec deux séries d'ADN.

De quels gènes hériteront ses futurs enfants? Chris Long s'étant fait vasectomiser après la naissance de son deuxième enfant, l'étude de son cas ne fournira aucune réponse.

Trois expert·es en greffe de moelle osseuse interrogé·es par le New York Times estiment que les cellules sanguines d'un donneur ne devraient pas pouvoir créer de nouvelles cellules de sperme, ni transmettre de gènes. Dans le cas de Chris Long, c'est sa vasectomie qui expliquerait la présence de l'ADN de son donneur, selon le Dr Mehrdad Abedi, de l'université de Californie à Davis.

Un crime, deux ADN

À l'instar de cet Américain, des dizaines de milliers de personnes reçoivent chaque année des greffes de moelle osseuse en raison d'une maladie du sang. Dans l'hypothèse où l'une d'entre elles commettrait un crime, quel impact la présence de ces deux ADN pourrait-elle avoir dans une affaire judiciaire? Pour répondre à cette question, Chris Long a accepté de servir de cobaye au laboratoire de la criminalité du shérif du comté de Washoe.

Au moment de ses recherches, le laboratoire est tombé sur plusieurs cas de chimérisme ayant perturbé des enquêtes criminelles. L'un d'entre eux remonte à 2004 où, en Alaska, le profil ADN extrait d'une scène de crime correspondait à celui d'un homme en prison au moment des faits. Il avait reçu une greffe de moelle osseuse et c'est finalement le donneur, son frère, qui a été condamné. Dans une autre affaire, une victime d'agression sexuelle avait vu son témoignage remis en cause à maintes reprises par la police, qui avait identifié deux ADN, alors qu'elle assurait que l'agresseur avait agi seul. Finalement, la police avait déterminé que le deuxième profil provenait du donneur de moelle osseuse de l'agresseur.

Newsletters

Les chats aussi attrapent le Covid-19 et peuvent se le transmettre

Les chats aussi attrapent le Covid-19 et peuvent se le transmettre

Ils ne présentent cependant aucun symptôme du virus.

Raout

Raout

Politique pestacle

Politique pestacle

Newsletters