Société / Culture

Des idées de livres qui colleront à chaque membre de la famille

Temps de lecture : 7 min

Oncle «gilet jaune», grand-mère nostalgique, sœur lectrice de développement personnel, beau-père En Marche, cousine start-upeuse, ces livres feront plaisir et transmettront un message.

Au-delà de leurs qualités intrinsèques, ces livres peuvent être utilisés comme des messages envoyés à ceux que vous aimez –ou pas. | Mel Poole via Unsplash
Au-delà de leurs qualités intrinsèques, ces livres peuvent être utilisés comme des messages envoyés à ceux que vous aimez –ou pas. | Mel Poole via Unsplash

Trop de livres sont publiés: en conséquence, les journalistes qui les reçoivent les amoncellent en petites piles qui font ressembler leurs bureaux et leurs intérieurs à des taupinières. L'information n'arrive que partiellement à son destinaire final, le lectorat potentiel qui est de surcroît diverti par les douze séries exclusives qui sortent chaque mois.

Pour remédier à la surproduction désormais structurelle du secteur, il y a, heureusement, les listes de Noël et les palmarès de fin d'année. Dans la sélection qui suit, j'attire votre attention sur des essais parus entre le milieu et la fin de l'année 2019, qui au-delà de leurs qualités intrinsèques, peuvent être utilisés comme des messages envoyés à ceux que vous aimez –ou pas.

Pour votre oncle qui trouve qu'en France, on passe son temps à se plaindre

Start-up nation – Overdose bullshit

Arthur de Grave

Rue de L'échiquier

Paru le 19 septembre 2019

10€

Fiche

Parce qu'avec 23% des suffrages au premier tour, il y a forcément un macroniste de combat assis à chaque tablée familiale, voici un court pamphlet à offrir au marcheur de la bande que vous avez envie de taquiner gentiment (et même de bousculer dans son confort intellectuel).

L'auteur, Arthur de Grave, détruit patiemment les attendus et impensés de l'utopie présidentielle d'une start-up nation, cette célèbre formule prononcée par Emmanuel Macron en anglais devant les investisseurs et chef·fes d'entreprise en juin 2017 et qui a pris depuis valeur de programme.

Essai documenté sur l'écosystème tech et, au-delà, sur l'idéal de société qui se dessine derrière la formule, d'apparence anodine parce que bullshit, Start-up nation – Overdose bullshit vise juste et devrait décrocher un sourire au CEO de la famille comme au disrupteur de la dinde de Noël (ou sinon, c'est qu'il n'y a vraiment rien à faire). En plus, il est court, et il ne coûte que 10 euros, parce que c'est notre budget!!!

Pour une licorne, un actionnaire de Facebook, une growth hacker ou un conférencier inspirant

Les Possédés – Comment la nouvelle oligarchie de la tech a pris le contrôle de nos vies

Lauren Boudard et Dan Geiselhart

Arkhê

Paru le 4 octobre 2019

19€

Fiche

«En l'espace de quelques années à peine, écrivent Lauren Boudard et Dan Geiselhart, un petit nombre de multinationales ont pris les rênes de l'économie et, petit à petit, le contrôle de nos vies» jusqu'à «redessiner l'intégralité de nos rapports sociaux». Les GAFA, la Silicon Valley, l'économie numérique, le capitalisme de plateforme, l'ubérisation, voilà autant de quasi-synonymes qui tous renvoient à une même réalité difficilement cernable car touchant à tous les aspects de nos vies, des plus macroscopiques aux plus intimes.

Au-delà des dossiers à charge qui s'accumulent contre les géants de la tech (surveillance, évasion fiscale, modèle d'hypercroissance et de dégradation du travail, concentration des richesses), l'auteur et l'autrice s'attardent sur le «nouvel imaginaire collectif» qu'ils propagent: comment notre vision de ce qui est beau, agréable, désirable, réconfortant a évolué sous l'effet des likes distribués par milliards par ces dealers d'adrénaline dématérialisée.

À ÉCOUTER «Pour en finir avec la start-up nation», le deuxième épisode de notre podcast consacré à l'actualité des idées, Poire et Cahuètes, autour des livres Start-up nation – Overdose bullshit et Les Possédés.

Pour votre grand-mère nostalgique des Trente Glorieuses ou pour un oncle «gilet jaune»

La France des ronds-points – Meilleurs souvenirs des Trente Glorieuses

Collection de cartes postales de Jean-Marie Donat, postface d'Éric Alonzo

Éditions Huginn & Muninn

Paru le 18 octobre 2019

21,95€

Fiche


Contrairement à ce que son nom laisse entendre, et en dépit d'une postface d'Éric Alonzo, spécialiste du rond-point que nous avons eu l'occasion d'interviewer sur Slate, ce livre est plus qu'un catalogue de carrefours giratoires.

Il s'agit d'une émouvante collection de cartes postales vintage de centres de loisirs, de péages d'autoroutes, de résidences balnéaires, de supermarchés et de tous les équipements, essentiels comme incongrus que les Trente Glorieuses nous ont laissés en héritage. Une véritable «autopsie d'un désastre esthétique, urbanistique et sociétal» comme l'annonce sans détour la quatrième de couverture.

Mention spéciale aux cartes postales de centrales nucléaires, de self-services et de minigolfs et au chapitre «Syndicats d'initiative, foyers, maisons d'accueil et salles polyvalentes».

Pour un amateur de Péguy ou une amatrice de parking (ou les deux)

Parking Péguy

Charles Coustille et Léo Lepage

Flammarion

Paru le 28 août 2019

22€

Fiche

Le premier crossover éditorial entre lecteurs de Charles Péguy et collectionneurs de photos de parking des Trente Glorieuses. À l'origine du livre, il y a une étourderie, un peu comme avec la première tarte tatin; l'auteur, Charles Coustille, tape «Péguy» dans son moteur de recherche. Mais il se trompe de fenêtre, et le résultat s'affiche dans... Google Maps.

En découvrant ce parking Péguy situé à Stains, en Seine-Saint-Denis, l'auteur prend conscience que des centaines de rues, d'avenues, de places, d'écoles et de parking portent le nom de l'écrivain; il décide de se lancer dans un surprenant tour de France des voies Péguy, accompagné du photographe Léo Lepage.

«Pour ceux qui le connaissent sans l'avoir lu, [Péguy] passe tantôt pour un poète catholique assomant, tantôt pour un socialiste enragé», constate à regret Charles Coustille. L'ouvrage alterne réflexions sur l'œuvre et la vie de Péguy et déambulations dans une France des non-lieux paradoxalement affublée d'une toponimie qui rend hommage à ses racines littéraires (combien de Proust, de Hugo et de Péguy dans nos ZUP et nos ZAC?).

Me suis-je précipité en librairie après la lecture de Parking Péguy pour dépasser mes préjugés vis-à-vis de l'écrivain? Pas vraiment. Cet ouvrage, ovni éditorial de la rentrée 2019, figure en revanche en bonne place dans ma bibliothèque, sous-section «Tours de France improbables».

  • À noter la parution récente de Villes imaginaires de Darran Anderson, Éditions Inculte, 24,90€
    Une histoire des villes de fiction, de légende et des projets urbains jamais réalisés, par l'auteur du compte @Oniropolis qui réalise une magnifique veille sur Twitter à propos de ces sujets.
  • Fan de photos de parking? Vous serez probablement sensible à l'art d'autoroute: un beau livre recense pour la première fois ces monuments de la France à deux fois trois voies.
    Art d'autoroute de Julien Lelièvre, textes d'Éric Tabuchi, Joëlle Zask, Camille Bardin, Émilie Laystary, Éditions Building Books, 39€

Pour préparer vos fiches en prévision de la discussion politique du repas du réveillon

Les deux clans – La nouvelle fracture mondiale

David Goodhart

Les Arènes

Paru le 13 novembre 2019

20,90 €

Fiche

Quitte à se prendre la tête en famille lors du repas de Noël, autant le faire sur des bases argumentatives solides. Pour cela, rien de mieux que d'offrir Les deux clans, LE livre politique incontournable de l'ère Trump et Brexit, qui vient d'être traduit en français.

Dans cet essai dense et foisonnant, David Goodhart présente la nouvelle fracture sociale majeure de la Grande-Bretagne, l'opposition entre les personnes qui se vivent comme étant de quelque part, les Somewhere, et celles qui voient le monde de partout, les Anywhere.

Les premières sont moins mobiles, moins diplômées, plus attachées aux liens sociaux forts et traditionnels (famille, voisonnage, nation) et ont quelques raisons d'être modérément enthousiasmées par le monde qui vient.

Les secondes sont mobiles, exercent des emplois qualifiés dans les grands centres urbains de l'économie de la connaissance, sont plus ouvertes sur la mondialisation et accueillent plus favorablement l'évolution des sociétés vers un modèle multiculturel.

L'opposition entre ces deux visions du monde engendre selon l'auteur un jeu électoral entre des partis populistes, qui parlent aux individus de la première catégorie, et des partis libéraux progressistes, qui s'adressent à ceux de la seconde. Tout rapprochement avec la France ne serait pas tout à fait fortuit.

À ÉCOUTER «Les Partout contre les Quelque Part: la nouvelle lutte des classes», le premier épisode de notre podcast consacré à l'actualité des idées, Poire et Cahuètes, autour de la nouvelle lutte des classes entre les Anywhere et les Somewhere.

Pour un membre de la famille qui est resté au pays

Ceux qui restent – Faire sa vie dans les campagnes en déclin

Benoît Coquard

La Découverte

Paru le 17 octobre 2019

19€

Fiche

Un sous-genre de comédie sentimentale, qui réapparaît cycliquement à l'approche de Noël, s'est développé ces dernières années: une jeune femme qui a quitté sa région natale après de brillantes études et s'est installée dans une grande ville, revient le temps des fêtes de fin d'année sur les lieux de son enfance. Elle croise alors son ancien petit copain du collège, un Somewhere (lire ci-dessus) qui est resté au bled, et les deux retombent amoureux.

Le livre du sociologue Benoît Coquard n'est pas une rom com mais le résultat d'une belle enquête de terrain auprès des jeunes de la région Grand Est qui restent au pays, c'est-à-dire qui n'ont pas fait d'études supérieures et ont construit leur vie loin des métropoles, cultivant et préservant un style de vie que les urbains croient parfois révolu.

Camaraderie, apéros, chasse et matchs de foot, la France dite périphérique n'est pas que souffrance et relégation, même si elle est traversée de tensions et qu'elle réserve un sort différent aux hommes et aux femmes qui restent.

Pour votre beau-père qui a lu Sérotonine et qui pense que Houellebecq, il écrit pas que des conneries ou pour votre sœur qui a commandé le dernier Raphaëlle Giordano

Michel Houellebeq, phénomène littéraire

Paul Vacca

Robert Lafont

Paru le 24 octobre 2019

12€

Fiche

Titiou Lecoq a écrit ici même la vraie recette du roman français du XXIe siècle. Un genre qui tourne le dos au roman de crise existentielle de l'homme blanc occidental perdu dans le rayonnage du supermarché des modes de vie, au profit d'une littérature dont les personnages sont plus jeunes et féminins, dont les décors s'éloignent des aires d'autoroute et renouent avec la nature.

Reste que les houellebecquien·nes hardcore, qui forment désormais une sorte de communauté de fans aussi soudée et obsessionnelle que les celles de Star Wars ou de Game of Thrones, ne veulent pas lâcher leur chef de file: en témoigne une actualité éditoriale certaine autour du maître (et un roman livré en 2019, Sérotonine).

Dans son analyse du phénomène Houellebecq, le romancier et essayiste Paul Vacca parvient à renouveler le genre, tout en avançant la thèse la plus incongrue à propos de l'auteur des Particules élémentaires: parce que les livres de Houellebecq «nous délivrent de cette idée gluante de bonheur», ils peuvent nous rendre heureux, et Houellebecq est en réalité le plus grand auteur de romans feel good et de développement personnel du siècle.

Et aussi:

Vous ne trouvez rien dans cette liste? Consultez notre sélection de l'été dernier, «La France d'aujourd'hui racontée dans neuf essais qui donnent à penser».

Newsletters

Le confinement mondial libère nos libidos en ligne

Le confinement mondial libère nos libidos en ligne

Les réseaux sociaux sont devenus, plus que jamais, des espaces d'échanges intimes.

C'est cloche!

C'est cloche!

Avec la crise du Covid-19, j'ai redécouvert les vertus du ménage

Avec la crise du Covid-19, j'ai redécouvert les vertus du ménage

Je ne réussis pas mon confinement, et le confinement ne me réussit pas. Heureusement, je peux astiquer les aimants du frigo.

Newsletters