Parents & enfants / Société

D'où vient notre manie d'attendre des enfants qu'ils se taisent en public?

Temps de lecture : 4 min

En société, les plus jeunes se doivent d'être sages comme des images sous peine d'être regardés de travers.

Le temps où les enfants ne pouvaient ouvrir leur bouche que lorsqu'on s'adressait à eux est toujours latent. | Ocean Biggshott via Unsplash
Le temps où les enfants ne pouvaient ouvrir leur bouche que lorsqu'on s'adressait à eux est toujours latent. | Ocean Biggshott via Unsplash

«Un inconnu à une femme avec sa fille de 2 ans, qui joue calmement à sa place dans le TGV: “C'est pas une aire de jeu, ici. Les enfants dans le train, c'est dans l'escalier.”» Les anecdotes comme celle-ci, relayée sur Twitter par le compte Mother F*cking Stories, ne manquent pas.

«À 3 ans, mon fils assistait à une cérémonie hommage qui durait deux heures. Il s'est fait disputer par une vieille femme parce qu'il faisait trop de bruit en buvant son biberon. Je cite: “Je n'ai jamais vu autant d'irrespect.” Il écoutait en silence depuis plus d'une heure...», renchérit @CherryHanami.

Forcément turbulents

On peut certes comprendre que des adultes trouvent désagréable d'être perturbé·es dans le déroulement de leur emploi du temps bien rodé pour cause de cris, braillements, pleurs ou mouvements intempestifs –c'est bien pour ça que les hôtels ou restaurants «sans enfants» prolifèrent. Après tout, d'autres individus leur imposent un choix, celui d'avoir des enfants ou, à tout le moins, d'être en leur compagnie sonore et tumultueuse.

Mais la situation va plus loin que des heurts dus à une cohabitation non souhaitée. Ce que ces quelques récits révèlent, c'est que partout en société, les enfants dérangent pour la seule et unique raison qu'ils sont des enfants; ils seraient forcément trop turbulents pour respecter les normes d'un espace public destiné en priorité aux grandes personnes.

«Depuis que je suis mère, je m'interroge […] sur cette société qui veut qu'on fasse des enfants, mais pas voyants, pas bruyants, pas... pas “enfantins”», formule Coline Charpentier, avant de raconter une scène du même acabit s'étant déroulée au sein de la basilique Saint-Denis, haut lieu touristique: une visiteuse, fâchée, y avait demandé à son fils âgé de 1 an «de parler moins fort et d'arrêter de marcher sans respect». Voici venu le temps de l'enfant roi… du silence.

Pour l'anthropologue de l'enfance et de la jeunesse Julie Delalande, ce manque de tolérance envers les bambins souligne «les différentes facettes du regard sur l'enfant et le décalage entre la théorie et la pratique», entre le grand principe érigé en maître du bien-être de l'enfant, autorisé à s'exprimer et que l'on se doit d'écouter, et sa mise en application, loin d'être universelle et constante.

Héritage hiérarchique

C'est le deux poids, deux mesures de notre société individualiste, pointe la professeure de sciences de l'éducation à l'université Caen Normandie: «On va tolérer son enfant en tant qu'individu roi (c'est-à-dire que l'on veut qu'il soit lui-même et que tout ce qu'il fait sera valorisé comme une manifestation de lui-même), mais pas les manifestations individuelles des autres enfants. On ne tolère pas chez l'autre enfant ce que l'on tolère chez le sien.»

La liberté de l'enfant fait alors figure d'exception. C'est bien la preuve que le temps où ils devaient tous se tenir à carreau n'est pas si reculé que ça et que ce modèle, que l'on pensait disparu avec les martinets, où les enfants ne pouvaient ouvrir leur bouche que lorsqu'on s'adressait à eux est en fait toujours latent. «C'est un héritage. On retrouve une empreinte très forte de l'ancien modèle traditionnel, où la place de l'enfant était de rester à sa place et la marque de respect envers l'adulte était de se taire», indique Julie Delalande.

Ce legs un peu réac s'est maintenu parce que la relation hiérarchique entre adultes et enfants ne s'est pas évaporée, quand bien même une plus grande place est faite aux enfants. Ils ne sont toujours pas autonomes et leur statut les place donc sous l'autorité des adultes, rappelle la chercheuse. C'est la norme actuelle.

«C'est une marque de pouvoir sur l'enfant que de le faire taire.»
Julie Delalande, anthropologue de l'enfance et de la jeunesse

De la même manière qu'on ne tolèrera pas dans l'espace public qu'un parent terrorise son enfant et lui demande une totale soumission, car cela serait faire preuve d'«autoritarisme» et d'«abus de pouvoir», ce qui est jugé en cas de tapage ou de remue-ménage juvénile, ce ne sont pas tant les enfants que la relation de pouvoir, perçue comme défectueuse, de leurs parents.

«C'est une marque de pouvoir sur l'enfant que de le faire taire», relève Julie Delalande, également coresponsable, au sein du laboratoire Cirnef, du thème de recherche «Enfants, jeunes et adultes en interactions et dialogue». L'agitation enfantine sera ainsi appréhendée comme «la marque d'un adulte qui ne sait pas imposer son pouvoir sur l'enfant».

Élèves modèles

En faisant remarquer qu'un marmot fait tache par son comportement, on admoneste l'adulte responsable bien plus que l'enfant à l'origine de la perturbation indésirable, et on fait part de son évaluation teintée de mépris envers l'éducation qu'il a reçue. Au fond, c'est le supposé manque d'autorité parentale qui est tancé.

Si l'on considère qu'être un bon parent consiste à faire en sorte que son enfant sache «bien se tenir» en public, c'est juste que l'on suit le mouvement général. «Le modèle de normes éducatives dominant est porté par l'école, le rôle premier de l'enfant étant celui d'élève, qui rapporte des bonnes notes, fait ses devoirs…», décrit la spécialiste.

En classe, on ne fait pas n'importe quoi: on lève le doigt, on reste assis. Au travers des textes officiels de l'Éducation nationale se dessine une formule éducative: «On est passé d'un modèle de soumission à un modèle dans lequel l'enfant doit être entendu. Mais quand on lui donne la parole, c'est dans une forme conçue pour lui, un cadre institué prévu par l'enseignant, et derrière le programme, comme les moments “Quoi de neuf?” en maternelle ou les prises de parole des délégués de classe.»

«Le modèle de normes éducatives dominant est porté par l'école.»
Julie Delalande, anthropologue de l'enfance et de la jeunesse

C'est ainsi que l'on parvient à faire coexister l'idée que les mômes ont droit à la parole, à être écoutés, à manifester leurs envies, leurs élans et leur joie de vivre et celle, en apparence antagoniste, qu'ils feraient mieux de se faire tout petits en société.

«L'autonomie qui leur est accordée dans l'espace public est toute relative», constate Julie Delalande. Cela ne revient aucunement à vouloir en faire au plus tôt des adultes miniatures sachant tenir en place, mais au contraire à permettre à leurs aîné·es de conserver leur ascendant en plein règne de l'enfant roi.

Newsletters

Les difficultés scolaires peuvent venir de traumatismes de l'enfance

Les difficultés scolaires peuvent venir de traumatismes de l'enfance

Les expériences négatives peuvent avoir un impact durable sur la capacité d'apprentissage d'un enfant. 

Vous manquez de leadership? C'est peut-être la faute de vos parents

Vous manquez de leadership? C'est peut-être la faute de vos parents

Une éducation surprotectrice peut entraîner un manque de confiance en soi et une incapacité à prendre des décisions importantes. Heureusement, il n'est pas trop tard pour changer.

Les violences sexistes arrivent aussi en primaire et au collège

Les violences sexistes arrivent aussi en primaire et au collège

Des centaines de personnes, en majorité des femmes, témoignent du harcèlement et des violences sexistes commis par leurs anciens camarades de classe durant la première moitié de leur scolarité.

Newsletters