Égalités / Culture

Ces séries et films faits par des femmes méritaient une place aux Golden Globes

Temps de lecture : 6 min

Aucune réalisatrice n'est nommée. Aucune scénariste non plus. Les femmes sont encore une fois les grandes absentes des Golden Globes 2020, et c'est une injustice évidente.

Natasha Lyonne dans Russian Doll. | Capture d'écran via YouTube
Natasha Lyonne dans Russian Doll. | Capture d'écran via YouTube

Zéro. C'est le nombre de réalisatrices présentes dans les catégories «Meilleur film comique ou musical», «Meilleur film dramatique» ou «Meilleure réalisation» des Golden Globes 2020, dont les nominations ont été annoncées en début de semaine. Aucune femme non plus dans la catégorie «Meilleur scénario». Il faut creuser jusqu'à la catégorie «Meilleur film en langue étrangère» pour trouver deux réalisatrices: Lulu Wang et Céline Sciamma, dont les bijoux respectifs (L'Adieu et Portrait de la jeune fille en feu) auraient légitimement pu prétendre à d'autres nominations. Même Bong Joon-ho, nommé pour Parasite après avoir reçu la Palme d'or en mai dernier, s'en est ému, comme le relate Variety:

«J'ai vraiment aimé L'Adieu, qui est nommé au meilleur film étranger... Je pensais que c'était un film américain, puisque c'est produit par A24[1]. Portrait de la jeune fille en feu est époustouflant, et il est aussi nommé dans cette catégorie. [...] À la rigueur, on peut voir ça comme une façon de reconnaître le travail des réalisatrices.»

Le déséquilibre (quel euphémisme) ne s'arrête pas là: parmi les dix prétendants aux prix du meilleur drame et du meilleur film dramatique ou musical, seuls deux incluent un personnage principal féminin. Parmi ces dix films, Scarlett Johansson (nommée pour Marriage Story) et Ana de Armas (non nommée pour À couteaux tirés) sont les seules têtes d'affiche, qu'elles partagent d'ailleurs avec des hommes.

Les femmes sont un peu moins mal loties dans les catégories séries, puisque Fleabag, Killing Eve ou encore The Marvelous Mrs. Maisel figurent parmi les nommées. Reste tout de même l'impression que le travail des autrices et réalisatrices est une nouvelle fois relégué au second plan. De quoi nous donner envie de mettre en valeur six séries et films qui auraient tout à fait eu leur place au sein des nominations 2020.

«Dans leur regard», série d'Ava DuVernay

Dans la catégorie minisérie, une seule œuvre a été cocréée par deux femmes (et un homme): Unbelievable, superbe récit sur une victime de viol maltraitée par le système judiciaire censé la protéger. Mais l'absence la plus flagrante est celle de Dans leur regard, la minisérie créée, écrite et réalisée par Ava DuVernay. Celle-ci raconte l'histoire vraie des «Central Park five», cinq jeunes garçons noirs accusés d'avoir violé une femme blanche à Central Park en 1989.

Ces cinq innocents furent intimidés par la police, forcés à faire de faux aveux, et finalement condamnés à de la prison ferme. L'un d'entre eux, Korey Wise, a passé treize ans emprisonné avant que le vrai coupable ne finisse par avouer. Ava DuVernay, qui a réalisé Selma et le documentaire The 13th, est désormais la référence lorsqu'il s'agit de dénoncer le racisme historique systémique aux États-Unis. Dans sa minisérie, l'environnement des cinq protagonistes est souvent flou, comme pour mieux placer le focus sur ces cinq jeunes que l'on a refusé d'entendre à l'époque. Avec ce récit aussi dur que nécessaire, la réalisatrice force son audience à regarder en face l'injustice d'un système profondément raciste.

«Booksmart», film d'Olivia Wilde

Chapeautée par Netflix, la première réalisation de l'actrice (qu'on verra dans Le cas Richard Jewell, le prochain Clint Eastwood) a été décrite comme un SuperGrave version féminine. Il est vrai qu'en matière de contexte et d'unité de temps (la fameuse dernière nuit avant la fin du lycée), la comparaison semble judicieuse, renforcée par la présence de Beanie Feldstein, la sœur de Jonah Hill, dans l'un des deux rôles principaux.

Le parallèle s'arrête là: s'il n'est pas exempt de potacherie, le film d'Olivia Wilde s'impose comme une version plus intello (traduction possible du titre), éclairée par les figures de Ruth Bader Ginsburg et Rosa Parks. Refusant l'hétérocentrisme, le film développe son discours féministe avec esprit et mordant, merveilleusement rythmé par la faconde de Beanie Feldstein et Kaitlyn Dever. L'idée selon laquelle les femmes doivent travailler deux fois plus pour parvenir à s'imposer est au cœur de Booksmart, dont les héroïnes réalisent justement à quel point elles ont laissé filer leur adolescence en oubliant de s'amuser. Adoré par la critique, le film aurait vraiment eu de quoi tirer son épingle du jeu.

«Les Filles du Docteur March», film de Greta Gerwig

C'est peut-être la plus grosse injustice de ces nominations, et la plus incompréhensible: comment la superbe adaptation de Greta Gerwig a-t-elle pu être ignorée de la sorte? Dans Les Filles du Docteur March, qui sortira en janvier 2020 en France, la réalisatrice de Lady Bird ne se contente pas de retranscrire les événements du livre point par point. Elle décortique l'œuvre culte de Louisa May Alcott et en tire une réflexion percutante sur les limitations de la féminité –qu'il s'agisse de la difficulté des femmes à travailler et gagner de l'argent au XIXe siècle, ou de l'impossibilité d'être définie par autre chose que ses relations amoureuses.

Alors que Les Quatre filles du docteur March a été adapté de nombreuses fois au cinéma, notamment dans une version très célèbre avec Winona Ryder et Christian Bale, Greta Gerwig accomplit un exploit. Elle parvient à nous surprendre, et offre un twist moderne à l'histoire de Jo March et ses sœurs, tout en démontrant son respect et son affection pour l'œuvre d'origine. Espérons que l'Académie des Oscars aura meilleur goût que la Hollywood Foreign Press Association.

«Poupée russe», série de Leslye Headland, Amy Poehler et Natasha Lyonne

La plus grande absente côté séries, c'est Poupée russe, une des séries les plus commentées et révérées de l'année, sortie sur Netflix en janvier 2019. On y suit Nadia, une New-Yorkaise trentenaire qui se retrouve coincée dans une boucle temporelle et n'arrête pas de mourir et de revenir à la vie le soir de son anniversaire. Avec une gouaille et une frénésie charmantes, Nadia explore ces différentes timelines à la recherche d'une solution, et nous entraîne dans un New York absurde et mélancolique.

La série est le fruit de la passion de trois femmes: Leslye Headland, Amy Poehler et Natasha Lyonne, qui semble être née pour jouer le rôle de Nadia, avec sa voix éraillée, sa tignasse flamboyante et son regard plein d'ironie. En huit épisodes concis, Poupée russe mêle humour décapant et réflexions existentielles, et livre une sublime déclaration d'amour au quartier new-yorkais de l'East Village. On ne s'explique pas comment les Golden Globes ont pu ignorer une des séries les plus divertissantes et les plus poétiques de l'année.

«Queens», film de Lorene Scafaria

Étrangement ignoré par la France lors de sa sortie en salle en octobre dernier, le troisième film de la réalisatrice américaine (à qui l'on doit notamment Jusqu'à ce que la fin du monde nous sépare, avec Keira Knightley et Steve Carell) a pourtant réalisé un carton dans les salles américaines, devenant le plus gros succès cinématographique de la carrière de Jennifer Lopez.

Inspirée d'un article signé par la journaliste Jessica Pressler pour le New York Magazine, cette histoire d'un groupe de strip-teaseuses décidant d'arnaquer des hommes d'affaires manque parfois un peu de finesse, mais cet éloge de l'esprit sororal par temps de crise est pourtant plein de promesses. Lorene Scafaria dirige magistralement les prodigieuses Constance Wu (encore auréolée du succès de Crazy Rich Asians), Julia Stiles ou encore la chanteuse Keke Palmer, clairement faite pour le grand écran. Au vu des films nommés au Golden Globe du meilleur film comique ou musical (dont Dolemite is my name et Rocketman), Queens n'aurait franchement pas fait tache dans cette catégorie.

«L'Adieu», film de Lulu Wang

Pas encore disponible sur nos écrans (il sortira en France le 8 janvier prochain), L'Adieu (The Farewell en version originale) montre comment une famille chinoise va mentir à sa matriarche en omettant volontairement de lui annoncer qu'il ne lui reste que très peu de temps à vivre. Comme la réalisatrice Lulu Wang, l'héroïne du film est sino-américaine. L'annonce de la mort prochaine de sa grand-mère la pousse à quitter temporairement les États-Unis pour revenir sur les terres de sa famille, à l'occasion d'un mariage qui servira également de cérémonie d'adieu officieuse. Le tout forme un drame d'une grande finesse, qui rappelle le cinéma de Wayne Wang (aucun lien), et notamment le diptyque formé par La Princesse du Nebraska et Un millier d'années de bonnes prières.

L'Adieu est un assemblage d'affrontements: entre deux civilisations, entre trois générations (comment dit-on «ok boomer» en chinois?), entre mille façons d'envisager l'existence et le rapport à la mort. Un film d'envergure, dont le scénario aurait particulièrement mérité d'être distingué par les Golden Globes, et porté par la rappeuse Awkwafina, dont la cote ne cesse de grimper en flèche après des prestations déjà très remarquées dans Ocean's 8 et Crazy Rich Asians.

1 — Société américaine responsable des films d'Ari Aster (Hérédité et Midsommar). L'Adieu est sorti cet été dans les salles américaines, où il a engrangé près de 20 millions de dollars de recettes. Retourner à l'article

Newsletters

«Le jour où on acceptera pleinement la communauté LGBT+, le coming out n'existera plus»

«Le jour où on acceptera pleinement la communauté LGBT+, le coming out n'existera plus»

Réaliste ou utopique? Ne plus annoncer son homosexualité revient à déconstruire le monde hétéronormé dans lequel nous baignons.

Aux États-Unis, une redéfinition radicale du mot «racisme»

Aux États-Unis, une redéfinition radicale du mot «racisme»

Le terme n'est plus uniquement utilisé pour décrire des préjugés ou des discriminations, mais pour évoquer un système de domination blanche qui aurait infecté la société entière.

Dans les coulisses des scènes de sexe de «Normal People»

Dans les coulisses des scènes de sexe de «Normal People»

À l'occasion de la sortie de la série en France, sa coordinatrice d'intimité décortique certaines séquences marquantes et nous éclaire sur son travail au quotidien.

Newsletters