Monde

Pourquoi les dirigeants étrangers ne vident pas leur sac devant Trump

Temps de lecture : 5 min

Une vidéo virale montre Trudeau, Macron et Johnson se moquer de Trump dans son dos pendant un cocktail au cours du sommet de l'OTAN. Mais aucun d'entre eux n'osera jamais rien lui dire en face.

Justin Trudeau, Boris Johnson, Emmanuel Macron, la princesse Anne et Jens Stoltenberg lors d'une réception à Buckingham Palace (Londres) à l'occasion des 70 ans de l'OTAN, le 3 décembre 2019. | Yui Mok / POOL / AFP
Justin Trudeau, Boris Johnson, Emmanuel Macron, la princesse Anne et Jens Stoltenberg lors d'une réception à Buckingham Palace (Londres) à l'occasion des 70 ans de l'OTAN, le 3 décembre 2019. | Yui Mok / POOL / AFP

À l'échelle des péchés de Donald Trump, la longueur de ses conférences de presse est plutôt vénielle. Mais dans une vidéo désormais virale montrant des dirigeants de grandes puissances mondiales en train de papoter entre eux, on entend le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, s'émerveiller que Trump soit «en retard parce qu'il fait une conférence de presse inopinée de quarante minutes» pendant le sommet de l'OTAN de début décembre, et ajouter «vous auriez vu la tête de son équipe», faisant apparemment allusion à l'annonce surprise du président américain que le prochain sommet du G7 aurait lieu à Camp David [lieu de villégiature officiel du président des États-Unis, ndlr].

Trump a réagi à cette vidéo en taxant Trudeau «d'hypocrite» et, vexé, en quittant le sommet plus tôt que prévu. Ce n'est pas la première fois que le président américain s'emporte à la suite de quelque remarque espiègle de la part de Trudeau lors d'un sommet mondial.

Cette fois, les commentaires du Premier ministre canadien ont été captés au cours d'une discussion informelle avec Emmanuel Macron, le Premier ministre britannique Boris Johnson, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et la princesse Anne (la présence de Johnson, ami et allié de Trump, et le fait qu'il semble rire avec les autres, pourraient bien être la plus grande source de contrariété pour Trump).

La raison pour laquelle cette vidéo a causé un tel barouf n'est pas ce qui s'y est réellement dit –Trump a entendu bien pire. Il est rare que la véritable opinion des alliés de l'Amérique au sujet de Trump parvienne à nos oreilles. Si compte tenu de son comportement au cours des trois dernières années, il n'est pas particulièrement étonnant qu'ils en aient ras-le-bol et soient déroutés par Trump, ils n'en font jamais état publiquement et laissent les journalistes tirer leurs propres conclusions à partir de leur langage corporel.

Sourire et serrer les dents

Si Trump a pu se sortir impunément de nombreuses situations où il maltraitait ses alliés, c'est tout simplement parce que leurs gouvernements ne peuvent pas se permettre de protester. Pensez à l'ancienne Première ministre britannique Theresa May essayant à maintes reprises de rester dans les petits papiers de Trump dans l'espoir d'un accord commercial post-Brexit favorable, malgré le fait qu'il ne cessait de la critiquer publiquement.

Ou au président Muhammadu Buhari cautionnant Trump après qu'il avait classé son pays, le Nigeria, dans la catégorie des «pays de merde». Si vous dirigez l'Iran ou la Corée du Nord, vous êtes libre de dire autant d'horreurs sur Trump que ça vous chante. Mais si vous dépendez de l'aide, du commerce ou du soutien militaire des États-Unis, il ne vous reste qu'à sourire et à serrer les dents.

C'est ce qui s'est produit dans le cadre des bourdes les plus récentes de Trump en politique étrangère. Les Kurdes syriens qui ont jeté des cailloux et de la nourriture pourrie sur les soldats américains quittant la région en octobre dernier représentent sûrement un symbole assez exact de la réaction du public kurde face à la décision de Trump de donner le feu vert à une violente offensive militaire turque dans le nord de la Syrie. Les chefs kurdes syriens, en revanche, se sont abstenus de critiquer la décision initiale de Trump et l'ont couvert de louanges après que les États-Unis ont aidé à sceller un accord de cessez-le-feu qui a cimenté le contrôle turc de la plus grande partie de ce qui avait été le territoire kurde:

«Nous REMERCIONS le président Trump pour ses efforts soutenus qui ont arrêté la violente attaque des Turcs et des groupes djihadistes contre notre peuple.»

Les dirigeants du petit cercle de moqueurs de l'OTAN ont davantage de marge de manœuvre que l'Ukraine ou les Kurdes.

Aussi peu fiable que soit Trump en tant qu'allié, il reste avantageux pour les Kurdes syriens de maintenir un quelconque niveau de soutien de la part des États-Unis. Et comme on pouvait s'y attendre, le retrait des troupes américaines de Syrie ne s'est pas avéré aussi complet que ce qui avait été annoncé au départ. Il aurait pu en être autrement si les dirigeants kurdes avaient accusé haut et fort Donald Trump de les avoir trahis.

Prenez sinon le cas du président ukrainien Volodymyr Zelensky qui, malgré des preuves abondantes et ostensibles, continue de soutenir qu'il n'a subi aucune pression pour enquêter sur le fils de Joe Biden en échange d'une aide militaire américaine. Pendant les auditions au Congrès dans le cadre de l'enquête de destitution du président, les Républicains ont utilisé le silence de Zelensky comme une preuve d'absence de pression, mais Zelensky n'est pas vraiment en position de dire autre chose.

Trump a fini par accepter d'accorder une aide militaire à l'Ukraine –après, découvre-t-on, qu'il a appris l'existence de la plainte du lanceur d'alerte au sujet de ses échanges avec Zelensky– mais qui peut affirmer qu'il ne changera pas à nouveau d'avis? Zelensky ne peut se permettre d'être vu par la Maison-Blanche comme complice de l'entreprise de destitution.

Les dirigeants du petit cercle de moqueurs de l'OTAN ont davantage de marge de manœuvre que l'Ukraine ou les Kurdes. Et après quelques tentatives de flatterie qui ont échoué à conquérir Trump, Macron est devenu un peu plus critique en public –toutefois, les pays de l'OTAN veulent continuer de faire ce qu'il peuvent pour garder Trump à l'intérieur de l'alliance. Quant au Royaume-Uni et au Canada, ils ont à cœur de maintenir toute la bonne volonté possible dans l'optique de pourparlers commerciaux. Si cette exaspération s'est exprimée en aparté lors d'un cocktail plutôt que dans le cadre d'une conférence de presse, il y a une raison.

Frustration

Cette dynamique s'explique en partie simplement parce qu'il s'agit du dirigeant d'une grande puissance mondiale. La Chine aussi est traitée avec déférence par des pays plus petits. En outre, les gouvernements étrangers sont bien conscients que Trump est capable de changer de politique en fonction de son humeur, et qu'il associe souvent ses intérêts personnels à ceux de son pays. Flatter Trump ne fonctionne pas toujours, mais ce qui est certain, c'est qu'il n'y a aucun avantage à provoquer son courroux.

Tout cela est fort frustrant pour les Démocrates qui essaient de construire une critique nourrie de la politique étrangère de Trump. La plupart des candidat·es à l'élection présidentielle lui reprochent de s'aliéner les alliés de l'Amérique, et c'est une critique qui se tient. Le problème, c'est que ces alliés savent pertinemment qu'il sera peut-être encore président après 2020 et qu'ils ne peuvent pas se permettre d'aider les Démocrates à démontrer cet argument.

Les candidat·es démocrates se sont déjà emparé·es de l'incident de l'OTAN pour montrer le danger qui existe à laisser Trump gérer la politique étrangère du pays. Comparée à la réaction du président américain, la déclaration de Trudeau était plutôt modérée, mais c'est probablement ce qu'ils auront de mieux à se mettre sous la dent.

Retrouvez l'actualité de la campagne présidentielle américaine chaque mercredi soir dans Trump 2020, le podcast d'analyse et de décryptage de Slate.fr en collaboration avec l'Ifri et TTSO.

Newsletters

L'Union européenne bloque un plan de protection du requin mako, espèce pourtant menacée

L'Union européenne bloque un plan de protection du requin mako, espèce pourtant menacée

Le mako est une victime collatérale de la pêche intensive, qui pourrait mener à son extinction si rien n'est fait pour le protéger.

Las des moqueries, le village autrichien Fucking va changer de nom

Las des moqueries, le village autrichien Fucking va changer de nom

Panneaux volés, ébats sexuels devant les pancartes de la ville... les autorités locales en ont marre.

Comment les États-Unis de Biden vont-ils se comporter avec le reste du monde?

Comment les États-Unis de Biden vont-ils se comporter avec le reste du monde?

C'est fait, ou presque. On connaît enfin le nom du prochain secrétaire d'État des États-Unis. Ce sera Antony Blinken, un francophone fan de rock. C'est l'une des premières nominations annoncées par Joe Biden et beaucoup semblent s'en satisfaire. L...

Newsletters