Égalités / Monde

En Arabie saoudite, les restaurants ne sont plus obligés d'avoir une entrée séparée entre les hommes et les femmes

Temps de lecture : 2 min

Une réforme, parmi d'autres, qui masque une répression accrue du pouvoir saoudien.

Les restaurants saoudiens sont divisés à l'intérieur en section familiale et section masculine. Riyad le 11 juillet 2004. | Patrick Baz / AFP

 
Les restaurants saoudiens sont divisés à l'intérieur en section familiale et section masculine. Riyad le 11 juillet 2004. | Patrick Baz / AFP  

Si l'Arabie saoudite s'est ouverte depuis plusieurs années à la mondialisation, le pays reste frileux à l'idée de modifier certaines lois inégalitaires entre les sexes. Le 8 décembre, l'une de ces restrictions, en place depuis des décennies, a pourtant été levée.

Les autorités ont annoncé sur Twitter que les restaurants du pays ne seraient plus obligés d'avoir des entrées séparées selon le sexe. Jusqu'à présent, le plus grand pays de la péninsule arabique exigeait que tous les restaurants et cafés aient une entrée pour les familles et les femmes seules, et une autre réservée aux hommes. À l'intérieur, les femmes sont généralement isolées des hommes par des palissades.

Les chaînes internationales installées dans le pays, comme Starbucks par exemple, ne faisaient pas exception. En 2016, le géant américain avait été critiqué pour avoir interdit l'accès de l'un de ses restaurants aux femmes, faute d'un mur de séparation à l'intérieur du café.

Pour autant, ce changement de cap n'a pas d'effet contraignant et les restaurants saoudiens auront le choix de maintenir ou non ces entrées distinctes. Aucune annonce n'a été faite indiquant la fin de cette ségrégation dans les établissements publics, comme les écoles et les hôpitaux, où femmes et hommes demeurent séparé·es.

Ouverture en demi-teinte

Inflexible pendant des décennies, l'Arabie saoudite assouplit progressivement le très strict système de «tutorat» auquel sont soumises les femmes du royaume, notamment sous l'impulsion du roi et du prince héritier, Mohammed ben Salmane.

En dépit de plusieurs réformes –comme l'ouverture du droit de vote aux femmes, l'autorisation de conduire une voiture ou de voyager à l'étranger sans la permission d'un tuteur– il reste à l'égalité des sexes dans le pays un long chemin à parcourir.

Le système de «tutorat» qui confère aux Saoudiens quasiment tous les pouvoirs sur leurs parents de sexe féminin a été allégé, mais il est encore loin d'être aboli. Le forum économique mondial a placé l'Arabie saoudite à la 141e place sur 149 pays au classement mondial de la parité de 2018.

Par ailleurs, l'ouverture sociale croissante de l'Arabie saoudite s'est accompagnée d'une vague de répression accrue de la dissidence. Des dizaines de chefs religieux, d'intellectuel·les, de journalistes –à l'instar de Jamal Khashoggi assassiné en 2018–, mais aussi des femmes militantes ont été emprisonné·es.

Plusieurs d'entre elles ont été arrêtées alors qu'elles faisaient campagne en faveur de libertés récemment accordées. Selon Human Rights Watch, certaines sont accusées de crimes graves, comme la trahison, et auraient subi des tortures, notamment par décharges électriques et flagellation.

Newsletters

En Haïti, l'évangélisation entrave les droits des LGBT+

En Haïti, l'évangélisation entrave les droits des LGBT+

L'association Kouraj est l'une des rares dans le pays à défendre la voix des minorités sexuelles et à lutter contre l'homophobie et la transphobie.

Une minorité de femmes dans le jury du procès Weinstein

Une minorité de femmes dans le jury du procès Weinstein

Ses avocats ont tout fait pour éviter que les juré·es aient le profil des plaignantes.

Voici à quoi ressemble le «Kamasutra» version 2020

Voici à quoi ressemble le «Kamasutra» version 2020

Plus de quinze siècles se sont écoulés depuis la création du premier Kamasutra par l'auteur indien Vâtsyâyana. Partant du principe que les rapports entre les hommes et les femmes évoluent et qu'ils gagneraient à être bien plus égalitaires,...

Newsletters