Parents & enfants

Comment aider les parents à surmonter l'épreuve d'une naissance compliquée?

Temps de lecture : 4 min

En tant que membre de l'entourage ou de la famille désireux de bien faire, il existe plusieurs manières de s'y prendre.

Lorsque le nouveau-né doit être placé en soins intensifs, votre contribution peut s'avérer précieuse. Un prématuré au Centre Hospitalier de Lens le 4 décembre 2013. | Philippe Huguen / AFP
Lorsque le nouveau-né doit être placé en soins intensifs, votre contribution peut s'avérer précieuse. Un prématuré au Centre Hospitalier de Lens le 4 décembre 2013. | Philippe Huguen / AFP

Notre biologie peut être injuste, épisode 1.876: après l'accouchement, les nouveaux parents doivent s'occuper d'un être humain minuscule et fragile tout de suite après avoir subi une épreuve physique considérable. Un peu comme si, une fois arrivé au sommet de l'Everest, on vous disait que vos nuits n'allaient pas dépasser deux ou trois heures d'affilée, pendant plusieurs mois. (Personnellement, après la naissance de ma fille, je crois avoir hurlé: «Tu te fous de ma gueule!!! Je suis crevée!», une paire de fois avant de me faire à cette dure réalité.)

Les choses se corsent d'autant plus lorsque la naissance s'accompagne de complications médicales pour la mère –une césarienne faite en urgence, une blessure au coccyx, une infection, etc.–, ou lorsque le nouveau-né doit être placé en soins intensifs.

Occuper les enfants aînés

En tant que proche ou membre de la famille désireux de bien faire, comment s'y prendre pour aider des êtres chers pendant une période aussi compliquée? La meilleure idée, si vous habitez à proximité, c'est de donner de votre temps pour des tâches ménagères dont se chargent habituellement les parents. Confectionner des repas, les surgeler et les livrer à bon port restent des classiques indémodables. Mais après un accouchement médicalement difficile, bien des parents apprécieront que leurs ami·es et proches trouvent d'autres moyens de les alléger de leurs soucis domestiques.

Si les parents ont un enfant plus âgé, proposez-vous pour le garder. Si vous avez vous aussi des enfants du même âge, vous friserez la perfection vu que vous pourrez l'intégrer dans vos activités familiales. Pourquoi ne pas mettre sur pied un programme de sorties distrayantes –au musée, au cinéma, dans un centre de loisirs? Mais rien ne vous y oblige.

Si vous êtes assez intimes, vous pouvez proposer votre aide pour le ménage et le jardin.

Une promenade dans les bois ou au parc pourra aussi faire des merveilles, surtout si l'enfant a besoin d'un peu de solitude pour laisser ses angoisses au bord du bac à sable ou des balançoires. Si vous êtes vraiment très proche de la famille, proposez de le faire coucher chez vous. Vous permettrez aux parents de rester à l'hôpital le temps qu'il faudra.

D'autres services sont plus simples à effectuer tout en étant d'un très grand secours pour les familles bivouaquant à l'hôpital, comme le fait d'aller s'occuper du chien, du chat et autres animaux domestiques laissés à la maison. Si vous ne vivez pas à proximité, vous pouvez faire appel à des professionnel·les. Si vous êtes assez intimes et que cela ne met personne mal à l'aise, vous pouvez aussi proposer votre aide pour le ménage, le jardin ou, là encore, vous tourner vers des entreprises spécialisées dont beaucoup mettent à disposition des chèques-cadeaux.

Contribuer aux dépenses

Lorsque c'est le bébé qui a besoin de soins médicaux après la naissance, les parents réaménagent souvent leur quotidien autour du service de néonatologie et les frais accessoires en viennent vite à s'accumuler.

En particulier si les parents vivent dans une région rurale et que l'hôpital est à des heures de route, les dépenses liées à la voiture peuvent compléter les angoisses liées au bébé. Si vous avez les moyens d'en éliminer concrètement une partie, faites-le: envoyez de l'argent (ou des chèques-cadeaux) pour le couvrir les frais de carburant, de péage et de stationnement.

Si vous n'aimez pas cuisiner, faites livrer du café et des sandwiches pour les parents et le personnel infirmier.

Sans oublier les frais alimentaires: contactez les restaurants ou les cafés à proximité du service de néonatologie (ou les cafétérias de l'hôpital) et dites aux parents que des repas et des collations les attendent là-bas quand ils le souhaitent.

Une famille qui a un bébé en néonatologie peut aussi apprécier des petites attentions pour le personnel infirmier, comme des gâteaux que vous donnerez en son nom. N'hésitez pas à en apporter lors d'une visite et ne soyez pas avare de votre temps sur place. Un séjour en unité de soins intensifs néonatals, surtout s'il est long, est souvent une expérience déprimante où vous vous sentez coupé du monde. Si vous n'aimez pas cuisiner, vous pouvez commander (et faire livrer) du café, des beignets et des sandwiches pour les parents et le personnel infirmier.

Les familles qui se remettent d'une naissance médicalement éprouvante ont souvent davantage envie de présence que de cadeaux. Mais il y a toujours des petits gestes matériels à faire pour manifester votre soutien, surtout si vous n'êtes pas intimes et/ou habitez à l'autre bout du pays. Voici quelques idées.

Fournir des biens matériels

Si le bébé est arrivé plus tôt que prévu, il se peut que les parents n'aient pas suffisamment de couches ou de vêtements à portée de main. L'un ou l'autre de ces cadeaux sera apprécié, mais attention à bien vous renseigner avant achat auprès du service de néonatologie: à cause des équipements médicaux, les bébés ne peuvent pas porter n'importe quoi.

Faites en sorte que les parents en aient toujours à porter de main. | ReadyElements via Pixabay

N'hésitez pas à glisser dans le colis un tube de crème hydratante pour les mains, vu que les parents ne cessent de se les désinfecter (et de se les assécher) en néonatologie.

Après un accouchement difficile, la mère est souvent obligée de rester alitée. De la nourriture saine facilement accessible et qui n'a pas besoin d'être réfrigérée ni réchauffée sera la bienvenue. Pensez aux mélanges de noix et de fruits secs, notamment ceux riches en fer.

Allaiter vous donne extrêmement très soif. Après mon accouchement, je ne quitais plus une bouteille dotés d'une paille, parce que je pouvais m'en servir d'une seule main. Les thermos en aluminiumet à bouchon à vis sont super, mais c'est peut-être le bon moment d'offrir à votre amie un joli gobelet à paille réutilisable.

Dernier conseil: renseignez-vous pour savoir si vos amis ont la tête à lire. Si c'est le cas, pensez à envoyer une carte-cadeau Kindle. Ma vie mentale post-partum s'est considérablement améliorée quand j'ai arrêté d'être scotchée à Twitter sur mon téléphone et que, mon bébé dans les bras, je suis passée aux livres numériques. Pour rendre le cadeau encore plus personnel, n'hésitez pas à recommander les derniers romans les plus captivants que vous avez lus. Je vous assure, l'évasion sera la bienvenue.

Newsletters

Quatre façons d'aborder le consentement avec ses enfants

Quatre façons d'aborder le consentement avec ses enfants

Fixer des limites, surmonter la peur du rejet... Voilà des sujets dont les ados ont besoin de parler pour affronter les stéréotypes sexistes ou la pression de leurs camarades.

Avoir un enfant coupe-t-il les parents de leurs proches?

Avoir un enfant coupe-t-il les parents de leurs proches?

Lorsque l’enfant paraît, les amitiés sont souvent transformées. Pour le meilleur et pour le pire.

Le premier trimestre, preuve ultime de l'inutilité des conseils de classe

Le premier trimestre, preuve ultime de l'inutilité des conseils de classe

La réforme des retraites et la réforme du lycée ont joué le rôle de fossoyeuses.

Newsletters