Boire & manger

Pourquoi on a quand même faim le lendemain d’un festin?

Temps de lecture : 2 min

Une histoire d'hormones et d'habitudes.

On mange souvent plus quand on est plusieurs autour d'une table | Le Repas chez Simon, Pierre Subleyras,1579 via Wikimedia Commons
On mange souvent plus quand on est plusieurs autour d'une table | Le Repas chez Simon, Pierre Subleyras,1579 via Wikimedia Commons

Peut-être faites-vous partie de celles et ceux qui réfléchissent le menu de Noël des semaines, voire des mois à l’avance. Vous allez sans doute passer des heures à cuisiner ou des heures à table. Après ce festin, en rejoignant difficilement votre lit, l’estomac éprouvé, vous vous jurerez sûrement de ne jamais recommencer. Pourtant, le lendemain, vous aurez quand même faim. Mais ce n’est pas forcément parce que votre estomac s’est instantanément agrandi.

La sensation de faim, ce besoin urgent de consommer de la nourriture, est due à de nombreux facteurs. Il est vrai que l’estomac s’agrandit et rétrécit à mesure qu’il s’emplit et se désemplit. Après avoir acheminé bruyamment la nourriture vers les intestins, il s'élargit en attendant le prochain repas. Très élastique, il peut facilement revenir à sa taille normale même après un festin. Peu importe le poids et la taille d'une personne, l'estomac a souvent la même capacité de stockage: un ou deux litres.

Un système hormonal complexe régule ensuite le sentiment de satiété et de faim. L'estomac transmet l'avancement de son travail de digestion au cerveau qui décide ensuite de nous envoyer des signaux de satiété ou de faim. Mais cette mécanique se conjugue également avec la mémoire. Même en ayant mangé un gros repas à midi, votre cerveau n’oublie pas pour autant que vous mangez habituellement le soir.

Si vous mangez souvent –même un petit carré de chocolat– devant la télévision, assis.e sur votre canapé, votre cerveau associe alors le fait de s’installer confortablement devant votre écran au fait de manger, et cela même si votre estomac est bien rempli.

En associant la consommation de nourriture avec des horaires, des odeurs, des habitudes, en étant stimulé par ces dernières, le cerveau envoie automatiquement des hormones qui déclenchent la sensation de faim. De plus, il est bien plus facile de prendre des habitudes que de s'en défaire.

L'humeur, bonne ou mauvaise, peut déclencher des sensations de faim si elle est associé habituellement à la nourriture. Il a également été prouvé de nombreuses fois que l’on mange plus en compagnie que seul.e.

Notre estomac ne s’agrandit donc pas pendant les fêtes, nous avons simplement pris l’habitude de manger de manière excessive à ces moments de l’année.

Newsletters

«Top Chef» saison 11, épisode 6: le récap en GIF, en acceng du Sud et en quarantaine

«Top Chef» saison 11, épisode 6: le récap en GIF, en acceng du Sud et en quarantaine

Cette semaine, des larmes, du jus de viande et des ronds carrés.

Les recettes du confinement, partie 2

Les recettes du confinement, partie 2

Angoissés de la casserole et télétravailleuses sous l'eau, voici une deuxième salve de six recettes faciles et rapides. Parce que les raviolis en boîte, c'est bon, mais pas tous les jours.

Votre apéro sert probablement à fabriquer du gel hydro-alcoolique

Votre apéro sert probablement à fabriquer du gel hydro-alcoolique

Les grands groupes alcooliers se mobilisent pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Et il se pourrait bien que votre vodka préférée se transforme en antiseptique. Santé!

Newsletters