Culture

Mais où est passé James Brown?

Temps de lecture : 2 min

Le corps du parrain de la soul s'est-il volatilisé de la crypte dans laquelle il repose depuis son décès en 2006? C'est en tout cas ce qu'a affirmé une des filles de James Brown. Dans un entretien au populaire quotidien britannique «Daily Mail», LaRhonda Pettit assure que la dépouille de son père a disparu: «Je n'ai aucune idée de l'endroit où il se trouve, mais j'ai besoin de savoir où il est». Pettit, 48 ans, qui serait un des nombreux enfants illégitimes de Brown (un test génétique semble le confirmer), pense cette disparition permet au corps de Brown de se soustraire à une autopsie. Une autopsie? Nous cacherait-on quelque chose sur les raisons de la mort de James Brown, officiellement victime, à l'âge de 73 ans, d'une crise cardiaque ?

Pour Pettit, la mort de son père est suspecte, et c'est la raison pour laquelle elle demande des examens complémentaires.

La légende de Brown allait-elle le poursuivre dans l'au-delà?

Non! Selon un des avocats de la famille Brown joint le site people américain TMZ, le parrain de la soul repose toujours dans la crypte où il a été inhumé, en Virginie.

[Lire l'article sur TMZ]

Image de une: Fabio Venni / CC Flickr


Slate.fr

Newsletters

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

Newsletters