Médias / Société

Un journaliste de Vice Canada a utilisé son stagiaire pour faire passer 40 kilos de cocaïne

Temps de lecture : 2 min

Il vient d'être condamné à neuf ans de prison pour trafic de drogue.

La cocaïne devait faire le voyage entre Las Vegas et l'Australie. | Steve Buissinne via Pixabay
La cocaïne devait faire le voyage entre Las Vegas et l'Australie. | Steve Buissinne via Pixabay

Yaroslav Pastukhov, plus connu sous son nom d'auteur Slava Pastuk, s'est peut-être un peu trop inspiré des articles qu'il a pu écrire pour le média Vice, entre 2014 et 2016. L'influence de la «culture Vice» a même été sa principale défense quand il a comparu devant la justice de Toronto le 4 décembre pour trafic de cocaïne.

Son argumentaire n'a néanmoins pas convaincu le tribunal, qui vient de le condamner à neuf ans de prison, selon un reporter du National Post, pour avoir organisé un réseau international de contrebande de cocaïne, comprenant un de ses anciens stagiaires.

Alors qu'il écrivait des articles sur la musique, Pastukhov a recruté un petit groupe de jeunes désireux de percer dans le milieu du divertissement, dont un mannequin de 19 ans, un DJ, et son ancien stagiaire, Robert Wang. Le journaliste avait une idée en tête: leur faire transporter des valises remplies de 40 kilogrammes de cocaïne entre Las Vegas et l'Australie.

Yaroslav Pastukhov, usant de sa position, a réussi à les persuader fin 2015 de faire ce voyage qui serait, d'après lui, un bon moyen pour rallonger les fins de mois, mais aussi l'occasion pour eux de se faire bien voir par une personnalité médiatique influente dans le milieu.

«Ce sera la chose la plus gangstérique que vous ferez dans votre vie», leur aurait dit Pastukhov, selon un témoignage.

Finalement, le trafic estimé à plus d'un million de dollars a tourné court. Les cinq passeurs ont été arrêtés à l'aéroport international de Sydney le 22 décembre 2015, puis Yaroslav Pastukhov et un autre homme, Ali Taki Lalji, ont reçu la visite de la police en janvier 2019.

Enregistrement et menace

En dépit de multiples mises en cause impliquant Pastukhov dans des histoires de drogue, il a fallu des années pour que les autorités puissent réunir suffisamment de preuves pour l'arrêter.

Un élément a notamment permis aux procureurs d'avoir pleinement connaissance des détails de l'opération: un enregistrement d'une conversation entre le journaliste et son stagiaire, Robert Wang.

Ce dernier, qui a été condamné à six ans et demi de prison en Australie, a déclaré avoir essayé d'abandonner le projet en cours de route avant que lui et ses compagnons ne reçoivent des menaces de Pastukhov et de ses associés. Au moment de prendre les valises remplies de cocaïne, des hommes armés les auraient fortement incités à ne pas faire demi-tour.

Dans une interview avec The Ringer en septembre dernier, Pastukhov semblait exprimer peu de regrets pour ses actes et se laissait même aller à rêver que son histoire se transforme en film. Elle fera peut-être, au mieux, l'objet d'un article sur Vice.

Newsletters

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses

Pour sa saga, George R. R. Martin s'est inspiré de la Guerre des Deux-Roses, un conflit impitoyable de l'Angleterre du XVe siècle, qui opposa les Lancaster et les York.

Votre capacité à traiter les informations atteint sa limite

Votre capacité à traiter les informations atteint sa limite

Stress, difficulté à démêler le vrai du faux... Face à un flux d'actualités toujours plus important, votre cerveau sature.

Aux États-Unis, le nouvel antiracisme vire à la paranoïa

Aux États-Unis, le nouvel antiracisme vire à la paranoïa

Les démissions, dénonciations et excuses publiques se multiplient, dans un environnement où un nombre toujours croissant d'attitudes sont considérées comme racistes.

Newsletters