Parents & enfants / Société

La diminution de la retraite des profs peut aussi faire baisser le niveau de l'école

Temps de lecture : 5 min

Alors que l'enquête PISA rappelle les difficultés de l'école française, une réforme qui n'a rien à voir avec l'Éducation nationale risque de mettre en péril notre système éducatif.

Au lycée Pierre-Gilles-de-Gennes de Paris, le 8 janvier 2014. | Thomas Samson / AFP
Au lycée Pierre-Gilles-de-Gennes de Paris, le 8 janvier 2014. | Thomas Samson / AFP

Dans le cadre de la réforme des retraites, une catégorie apparaît comme indubitablement perdante: les enseignant·es et les fonctionnaires de l'Éducation nationale.

Pour ces quelque un million de personnes, le montant de la retraite ne sera plus calculé sur les dernières années d'activité mais sur toute la carrière. Or, si on ne fait jamais fortune dans l'enseignement, c'est un métier dans lequel les salaires de départ sont particulièrement faibles.

Afin de compenser ce nouveau mode de calcul défavorable aux profs, les ministres évoquent la piste d'une revalorisation salariale, une mesure forcément très coûteuse.

«Perdant-perdant»

En avril 2017, Emmanuel Macron avait été le candidat plébiscité par le corps enseignant; fin 2019, beaucoup de ses membres déchantent. C'est le cas de Sophie*, professeure des écoles: «J'ai retrouvé l'une des promesses de campagne de Macron pour l'éducation inscrite dans son programme: “Les enseignants, qui œuvrent au quotidien pour la réussite des élèves, doivent être assurés de la confiance placée en eux. Leur travail doit faire l'objet d'une plus grande reconnaissance de la nation, qui respecte leurs savoirs professionnels et investit dans leur développement”», récite-t-elle amèrement.

Aujourd'hui, Sophie se sent «profondément méprisée par ce gouvernement», «désabusée, inquiète et triste»; selon elle, la réforme des retraites est «la goutte d'eau».

«Nos salaires sont déjà en dessous de la moyenne des pays de l'OCDE, j'ai vraiment l'impression qu'on me vole ma retraite.»
Sophie, professeure des écoles

Comme beaucoup d'autres, l'institutrice ne peut que s'inquiéter de l'impact des annonces sur la profession: d'après les estimations des syndicats, la perte pour un·e retraité·e de l'Éducation nationale pourrait être de 300 à 900 euros par mois.

Compte tenu du nombre d'enseignant·es, et donc du coût du dispositif, Sophie ne croit pas à la solution avancée par le gouvernement: «Même si on nous promet une revalorisation pour amortir la perte, je doute que mon salaire soit doublé. Je vais donc fatalement beaucoup perdre et comme les professeurs des écoles n'ont pas de primes pour compenser, c'est perdant-perdant: un salaire bas pendant toute la carrière et une retraite misérable au bout. Nos salaires sont déjà en dessous de la moyenne des pays de l'OCDE, j'ai vraiment l'impression qu'on me vole ma retraite.»

Sacrifices piétinés

Hélène*, professeure en lycée professionnel, est également ulcérée par ce «mauvais coup», après tant de sacrifices pour devenir enseignante: «Tous les “avantages” dont nous disposons faisaient partie du package du concours. À côté de ceux-ci, nous savions que notre salaire serait plus faible que dans le privé avec ce niveau d'études (et presque jamais augmenté malgré l'inflation), que nous devions trimer une ou deux années à passer ce concours, que nous quittions notre région/famille/vie à durée indéterminée sans savoir s'il serait possible de rentrer (ce n'est pas le cas pour beaucoup), que nous partions dans des quartiers difficiles où personne ne veut aller travailler avec les risques que cela comporte physiquement et psychologiquement, que finalement, c'est un métier qui sera bien souvent dénigré et critiqué par l'ensemble des gens qui ne pourraient ni faire l'effort du concours ni supporter une classe...», liste-t-elle.

«Nous faisons cela pour les élèves, pour leur avenir, pour les aider à se construire, pour l'intérêt public, pour que l'école publique garde son niveau, malgré tout ce qui est fait pour la détruire, pour la France et son futur, poursuit Hélène. Alors venir me dire maintenant que je vais perdre 800 euros par mois de retraite et que c'est normal... Il fallait le dire avant!»

Le système «plus juste» défendu par le gouvernement l'est-il vraiment si les critères sur lesquels les individus ont choisi de s'engager changent en cours de route?

«J'ai commencé à travailler dans l'Éducation nationale à 24 ans. Avant réforme, si je décide de partir à la retraite à 62 ans, je toucherai 1.343 euros net, calcule Sophie. Si on me retire 30%, ce qui sera le cas, jusqu'à quel âge devrai-je travailler pour atteindre la même somme?»

Pour Hélène, la seule explication possible est que le gouvernement cherche à effrayer le corps enseignant pour ensuite annoncer une perte moindre, mais malgré tout conséquente.

Baisse d'attractivité

Ce qu'il faut comprendre, c'est que la question des retraites des personnels de l'Éducation nationale est un enjeu pour l'école dans son ensemble. L'actualité sociale croise en effet une autre donnée qui devrait retenir l'attention du grand public: les concours enseignants ont cette année enregistré une baisse d'attractivité considérable.

Les candidatures sont en chute de 7,8% pour le Capes (enseignement du second degré), et notamment de 16,8% en mathématiques, de 5% pour l'agrégation et de 17% et 20% pour les filières technologique et professionnelle –du jamais vu. Et si le premier degré semble à première vue ne pas trop souffrir, la situation varie grandement suivant les académies.

Le phénomène est somme toute logique: qui voudrait exercer une profession épuisante, avec à la clé une retraite perçue comme à la fois tardive et très modeste?

«Nous faisons cela pour les élèves, pour leur avenir. Alors venir me dire que je vais perdre 800 euros par mois de retraite et que c'est normal...»
Hélène, professeure en lycée professionnel

Dans ce contexte, le recours aux enseignant·es contractuel·les, dont la formation est bien moins exigeante, continuera à se normaliser dans l'enseignement public comme privé, où il est même plus important.

Il est très facile de décrocher un contrat dans l'Éducation nationale, mais l'expérience peut rapidement tourner au calvaire, à la fois pour les profs et pour les élèves, ainsi que l'a décrit la journaliste Marion Armengod dans Ils ont tué l'école, paru à la rentrée 2019.

Pour comprendre à quoi ressemble une école qui peine à recruter, fait massivement appel aux contractuel·les et où de nombreuses heures ne sont pas remplacées, il suffit de se tourner vers la Seine-Saint-Denis.

C'est une école où les fédérations de parents d'élèves finissent par porter plainte pour «discontinuité du service public»; c'est une école où les élèves les plus pauvres réussissent particulièrement peu, et largement moins bien qu'ailleurs.

Aggravation des inégalités

Comme le montrent édition après édition les études internationales sur le niveau scolaire, ce qui nous attend, c'est l'école du «grand écart», pour reprendre l'expression de Mattea Battaglia dans Le Monde.

«Si l'école française sait propulser vers les scores les plus élevés quelque 10% de très bons élèves (qui sont aussi, la plupart du temps, les plus privilégiés socialement), elle bute sur un “noyau dur” de 20% de jeunes en grande difficulté», résume la journaliste.

L'enquête PISA souligne depuis des années que la formation des profs, y compris continue, est extrêmement importante pour la qualité des systèmes éducatifs. Encore faudrait-il avoir des candidat·es à recruter qui ne soient pas des contractuel·les.

En attendant de constater l'impact de la réforme des retraites sur l'école, on peut s'interroger sur la stratégie du gouvernement: les annonces actuelles sont-elles volontairement très dures, dans l'espoir que les esprits se calment quand la perte de revenus sera finalement amoindrie?

Quoi qu'il en soit, Emmanuel Macron et LREM devront en assumer les conséquences électorales: s'aliéner une population d'un million de fonctionnaires peu portée sur l'abstention n'est pas anodin.

On a beaucoup dit que les enseignant·es s'étaient détourné·es du PS à cause des réformes entreprises sous François Hollande (rythmes scolaires, réforme du collège…). Qui remportera leur vote après celle des retraites?

* Les prénoms ont été changés.

Newsletters

Les enfants yéménites souffriront de la faim pendant vingt ans

Les enfants yéménites souffriront de la faim pendant vingt ans

Selon un rapport de l'ONG International Rescue Committee, même si la guerre s'arrêtait aujourd'hui, vingt années seraient nécessaires pour enrayer la famine.

À Hong Kong, les familles déchirées par les manifestations

À Hong Kong, les familles déchirées par les manifestations

Conflit intergénérationnel ou désaccord politique? Aucune proposition ne semble apte à définir parfaitement cette bataille.

Les enfants uniques s'en sortent très bien, sinon mieux que les autres

Les enfants uniques s'en sortent très bien, sinon mieux que les autres

Ces personnes ne sont pas plus susceptibles d'être égoïstes ou narcissiques que celles qui ont des frères et sœurs.

Newsletters