Monde

Les jihadistes occidentaux plus enclins aux missions suicides

Temps de lecture : 2 min

La récente arrestation de Colleen Renee LaRose, surnommée «JihadJane», une Américaine de 46 ans blonde aux yeux bleus suspectée de terrorisme, est le reflet d'une nouvelle tendance dans le djihadisme international: l'occidentalisation des terroristes. C'est la thèse de Reuel Marc Gerecht, un ancien employé de la CIA et membre de la Foundation for Defense of Democracies, qui explique dans un article du Daily Beast pourquoi les recrues occidentales des organisations terroristes présentent un profil idéal pour se lancer dans des attaques suicides.

Selon lui, les marginaux occidentaux ayant eu des problèmes avec la justice de leur pays comme LaRose peuvent trouver dans l'extrémisme islamique une «famille clémente»: «Les échecs personnels du passé et les insultes à la dignité personnelle sont consommées par la possibilité d'une revanche imminente et vertueuse.»

Avantage de taille, les néo-convertis possèdent des passeports et des noms occidentaux et sont familiers des langues et des coutumes des non-croyants. Gerecht explique aussi que c'est avec l'occidentalisation que les femmes sont devenues des kamikazes potentielles, elles qui étaient traditionnellement des non-combattantes dans les pays musulmans.

[Lire l'article complet sur thedailybeast.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo de une: Colleen LaRose, REUTERS/Ho New

Newsletters

Ukraine: Poutine a-t-il vraiment le doigt sur la gâchette?

Ukraine: Poutine a-t-il vraiment le doigt sur la gâchette?

Les véritables enjeux de la crise ukrainienne.

En Afghanistan, certains vendent leur rein pour se nourrir

En Afghanistan, certains vendent leur rein pour se nourrir

Les Afghans affamés vendent leurs organes et leurs filles pour tenter de survivre.

Pécresse a-t-elle raison de qualifier Macron de «fédéraliste»?

Pécresse a-t-elle raison de qualifier Macron de «fédéraliste»?

Au-delà de la dimension insultante que revêt ce terme en France, la question se pose.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio