Santé

L'État de New York va poursuivre les gynécologues pratiquant les «tests de virginité»

Temps de lecture : 2 min

Parce qu'ils sont oppressifs, violents, et parce qu'ils ne riment à rien.

Empty gang chairs | Francisco Jacquier via Unsplash
Empty gang chairs | Francisco Jacquier via Unsplash

Invité du podcast Ladies like us le mardi 5 novembre, le rappeur T.I affirmait aux deux animatrices médusées qu'il emmenait chaque année sa fille de 18 ans dans un cabinet de gynécologie afin de faire «vérifier son hymen et s’assurer qu’il soit toujours intact». Une déclaration qui avait fait grand bruit, puisqu'il avait à la fois fallu rappeler qu'aucun père n'est censé exercer de contrôle sur la sexualité de sa fille, mais également que les prétendus «tests de virginité» n'ont absolument aucun sens.

Si le «test de virginité» n'en est pas un, c'est notamment parce que la notion même de virginité peut-être remise en question, puisqu'elle fait notamment la confusion entre rapport sexuel et acte de pénétration vaginale. C'est également parce que l'hymen peut être rompu sans même qu'il y ait eu la moindre pénétration ni le moindre acte sexuel.

Pour cet ensemble de raisons, l'État de New York vient d'affirmer sa volonté de sanctionner les gynécologues qui continueraient à pratiquer ce genre d'examen destiné à dire aux parents si l'hymen de leur enfant est toujours en place, et donc à leur permettre d'exercer un contrôle intolérable (et absolument pas fiable) d'une sexualité qui ne les regarde pas.

La justice à la rescousse

Un texte de loi est en passe d'être voté: il prévoit de lourdes amendes pour les gynécologues coupables, qui s'exposent également à des poursuites judiciaires. The Independent s'est procuré un extrait de la note qui l'accompagne: «Ces examens constituent une violation des droits des femmes et des filles. Dans les cas de viol, ils peuvent également causer des douleurs supplémentaires et reproduire les violences sexuelles qui ont eu lieu, ce qui amène la patiente à revivre les événements, à subir un nouveau traumatisme et à être de nouveau victime».

Cette note précise également que la virginité n'est pas un terme médical, mais une «construction sociale, culturelle et religieuse, représentative de la discrimination que subissent les femmes et les filles». Espérons pour T.I, et surtout pour sa fille, qu'il puisse en prendre conscience aussi rapidement que possible.

Newsletters

Raout

Raout

Politique pestacle

Politique pestacle

Si votre libido est en berne, c'est peut-être à cause du coronavirus

Si votre libido est en berne, c'est peut-être à cause du coronavirus

Le contexte actuel rend la vie sexuelle difficile et peut provoquer une baisse de désir.

Newsletters