Tech & internet

Est-ce que coder sera un emploi non-qualifié dans cinquante ans?

Temps de lecture : 2 min

Et si c'est le cas, est-ce que la programmation sera rémunérée au salaire minimum?

Le langage informatique est simple, créer un logiciel l'est beaucoup moins. | Arif Riyanto via Unsplash
Le langage informatique est simple, créer un logiciel l'est beaucoup moins. | Arif Riyanto via Unsplash

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Dans cinquante ans, le codage sera-t-il un emploi rémunéré au salaire minimum?»

La réponse de Travis Addair, ingénieur logiciel senior chez Uber, qui a travaillé chez SEMC, Storm8, Google, LLNL et USGS:

Le codage est et a toujours été facile.

Écrire des logiciels utiles est et a toujours été très difficile.

Pourquoi? Parce qu'il existe une différence fondamentale entre la connaissance des outils et la maîtrise du métier. Vous savez jouer du piano, mais savez-vous composer? Êtes-vous le prochain Beethoven?

Souvent, un emploi au salaire minimum est un travail non-qualifié. N'importe qui peut y arriver; il n'y a donc ni obstacle à l'emploi ni pénurie de main-d'œuvre. Même si vous arrivez à coder aussi simplement qu'à parler en langage naturel, créer un logiciel ne sera jamais un travail non-qualifié. Deux scénarios sont possibles:

  1. Vous rédigez du code en langage naturel, mais vous devez quand même fournir au compilateur des instructions extrêmement précises et sans ambiguïté. Ce faisant, vous n'enlevez rien à la complexité de l'écriture de logiciels. Vous vous contentez d'ajouter une interface incommode pour écrire du code, qui reste une tâche qualifiée.

  2. Vous écrivez du code en langage naturel et l'ordinateur lit dans vos pensées (grâce à la magie de l'intelligence artificielle ou quelque chose dans le genre), vous proposant exactement ce que vous vouliez alors même que vous ne saviez pas du tout comment l'exprimer. Dans ce cas, à quoi bon payer quelqu'un? On ne paie pas les gens pour dire à d'autres (ou à des machines) ce que l'on veut.

Langage simple, mais problèmes complexes

Soit dit en passant, rien de tout cela ne va arriver. Le langage naturel est une horrible méthode pour écrire du code. Certain·es s'y sont essayé·es, ainsi qu'à d'autres options comme la programmation visuelle, et si ces méthodes sont très utiles pour aider les débutant·es à gagner en productivité, elles deviennent surtout gênantes une fois que vous avez atteint un certain niveau de connaissance.

En réalité, rien dans les langages de programmation modernes n'empêche le code d'atteindre les masses. Les langages sont simples, ce sont les problèmes qui sont complexes.

Et tant que nous aurons besoin de nous tourner vers les ordinateurs pour résoudre des problèmes complexes, nous continuerons à bien payer des ingénieur·es logiciel pour s'en charger.

Newsletters

Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l'intelligence artificielle

Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l'intelligence artificielle

L'IA a son rôle à jouer en matière de gestion sanitaire. Mais tous les gouvernements n'ont pas les mêmes sensibilités sur la question.

N'oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat

N'oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat

Dans certains cas, la révolution numérique du travail ne consiste pas à automatiser, mais à faire travailler des gens dans des conditions pourries à l'autre bout du monde –ou en France.

Salt Bae ou fist-fucking: les différentes interprétations d'un nouvel émoji

Salt Bae ou fist-fucking: les différentes interprétations d'un nouvel émoji

L'émoticône des «doigts pincés» fait beaucoup parler d'elle sur internet.

Newsletters