Médias

C'est prouvé, certains programmes télé rendent bête et populiste

Temps de lecture : 4 min

Les programmes de divertissement, même apolitiques, réduisent les capacités cognitives et incitent au populisme.

Les chercheurs se sont appuyés sur des données recueillies au début des années 1980, au moment où différentes régions d'Italie ont commencé à diffuser Mediaset, chaîne appartenant à Silvio Berlusconi. | Aleks Dorohovich via Unsplash
Les chercheurs se sont appuyés sur des données recueillies au début des années 1980, au moment où différentes régions d'Italie ont commencé à diffuser Mediaset, chaîne appartenant à Silvio Berlusconi. | Aleks Dorohovich via Unsplash

Il existe différentes catégories de télévision. Il y a la télé qui élève l'esprit, instruit, donne à penser, fait voyager là où nous n'irons jamais et nous confronte aux grands enjeux du monde. Il y a au contraire celle qui verse délibérément dans la bassesse, la tromperie et la confusion. Souvent, les programmes à visée pédagogique sont ennuyeux au possible et ceux qui tentent de nous manipuler peuvent recourir à la désinformation et aboutir à la polarisation de l'opinion. Et puis, il y a bien sûr la télé-divertissement, dont les émissions n'ont aucune portée politique. Du moins, c'est ce qu'on pourrait croire.

Une étude récente révèle que les émissions les plus anodines, superficielles et très populaires ont en réalité des effets pernicieux. Ce genre de programmes –qui composent la «télé-poubelle»– influent défavorablement sur la vie politique même lorsqu'ils ne traitent pas du tout de politique. Cette conclusion nous parvient d'une source inattendue: The American Economic Review, peut-être la plus respectée des publications économiques au niveau international. Dans un numéro du mois de juillet, on y trouve un article signé des professeurs Rubén Durante, Paolo Pinotti et Andrea Tesei, intitulé «L'Héritage politique de la télévision de divertissement».

La télévision commerciale a un net impact politique

S'appuyant sur des données recueillies au début des années 1980, au moment où différentes régions d'Italie ont commencé à diffuser Mediaset Italia –la chaîne télé [appartenant majoritairement à, ndt] l'ancien chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi– ces chercheurs ont évalué l'impact politique de la télévision commerciale. Ils ont ainsi combiné les données de la pénétration du signal des canaux de Berlusconi dans les différentes régions à des chiffres d'audience, avec la répartition géographique précise. Ils ont en outre recueilli les résultats de sondages, de tests psychologiques et, entre autres données multiples, des informations sur la nature des programmes.

Les auteurs ont analysé cette énorme masse d'informations à laquelle ils ont appliqué des modèles statistiques avancés. Ce qui leur a permis d'identifier les caractéristiques des personnes qui ont grandi avec les émissions de Mediaset et de celles qui n'ont pas eu accès à ces contenus. Les résultats sont édifiants!

Performances cognitives et sens civique inférieurs

Les téléspectateurs et téléspectatrices qui ont grandi avec Mediaset sont devenu·es des adultes moins averti·es sur le plan cognitif et ayant une conscience civique moindre que leurs pair·es qui n'ont pas été exposé·es à ces programmes. Autre exemple: les tests de psychologie auxquels a été soumis un groupe de jeunes militaires issu·es de régions recevant la chaîne de Berlusconi a affiché des performances inférieures de 8 et 25% à celles de leurs collègues ayant fait leurs classes sans y avoir eu accès.

De même, les enfants et adolescent·es qui ont regardé Mediaset ont obtenu, une fois adultes, des résultats nettement inférieurs en mathématiques et en lecture.

Il est de notoriété publique que la télévision a une influence sur nos comportements et opinions. Jusque-là, rien de nouveau sous le soleil. À cet égard, les campagnes de propagande politique pour orienter la masse sont aussi anciennes qu'universelles. Rien d'étonnant, non plus, à ce que les puissant·es –ou les aspirant·es au pouvoir– se servent de la télé pour parvenir à leurs fins. On pourrait donc être tenté de tenir en piètre estime les conclusions de cette étude. D'autant plus qu'en se dotant d'une chaîne de télévision, il est évident que Silvio Berlusconi comptait la mettre au service de ses ambitions politiques.

Le contexte a donné lieu à d'autres stratégies

Mais la situation était tout à fait différente avant l'entrée des entreprises de Berlusconi sur le marché télévisuel italien. Depuis sa création en 1944, la télévision italienne était dominée par la chaîne monopolistique de l'État: La Rai, dont la mission était clairement éducative et culturelle. À la fin des années 1970, ce monopole a peu à peu disparu avec l'apparition des sociétés de diffusion privées desservant les marchés régionaux. Celui qui s'est mis en tête d'acquérir et de concentrer en une seule chaîne de télévision ces entreprises régionales n'est autre que Silvio Berlusconi. À cette époque, cet homme d'affaires ne songeait guère à une quelconque carrière politique –le milieu était alors tenu d'une main de fer par quelques partis et leurs leaders tout-puissants– et ses chaînes locales ne diffusaient pas de programmes politiques ou idéologiques.

Sa stratégie était obsessionnellement commerciale, ce qui se reflétait dans la programmation: émissions de variétés, sports, films et jeux télévisés. Il faut attendre les années 1990 et la mise au jour d'un réseau de corruption par la série d'enquêtes appelée Mani Pulite (l'opération Mains propres), qui met à bas le régime politique italien pour que Berlusconi entre dans l'arène politique.

«Mani Pulite» redistribue les cartes du jeu politique

Tout le système a alors changé à la faveur d'un effondrement des partis traditionnels, permettant à de nouveaux protagonistes de monter sur la scène politique et de concourir pour s'adjuger les suffrages des Italien·nes, en mal de nouvelles têtes. Et Berlusconi a su mieux que quiconque tirer profit de la situation en plaçant ses sociétés de télévision au cœur de son projet politique.

En 1990, la moitié de la population italienne avait déjà accès à Mediaset. En 1994, Berlusconi était élu président du Conseil italien. Dans «L'Héritage politique de la télévision de divertissement», les auteurs analysent également l'impact politique de cet épisode. Avec un verdict sans appel: les adultes d'aujourd'hui qui, enfants et adolescent·es, ont vu les chaînes du groupe Mediaset sont plus enclin·es que les autres à soutenir des démagogues au discours populiste.

Newsletters

Pourquoi les romances télé de Noël séduisent tant les jeunes femmes modernes

Pourquoi les romances télé de Noël séduisent tant les jeunes femmes modernes

Ces productions sont pourtant pétries de conservatisme et d'anti-féminisme.

Un journaliste de Vice Canada a utilisé son stagiaire pour faire passer 40 kilos de cocaïne

Un journaliste de Vice Canada a utilisé son stagiaire pour faire passer 40 kilos de cocaïne

Il vient d'être condamné à neuf ans de prison pour trafic de drogue.

Après CNews, Valeurs actuelles est la nouvelle cible des Sleeping Giants

Après CNews, Valeurs actuelles est la nouvelle cible des Sleeping Giants

Le but de ces activistes: responsabiliser les marques qui achètent des publicités dans des médias diffusant des discours de haine.

Newsletters