Société / Monde

La police néerlandaise lance un podcast pour résoudre un meurtre vieux de 30 ans

Temps de lecture : 2 min

En août 1991, un homme a été retrouvé mort de plusieurs coups de couteau. La police n’a jamais pu savoir qui était la victime ou son agresseur. Elle a lancé le mois dernier un podcast pour recueillir des indices.

Un officier de police monte la garde devant un tribunal, le 24 septembre 2019. Remko de Waal / ANP / AFP
Un officier de police monte la garde devant un tribunal, le 24 septembre 2019. Remko de Waal / ANP / AFP

C’est la puanteur qui a amené les ouvriers à découvrir le corps décomposé d’un homme en août 1991. Enveloppé dans une couverture chauffante, il était là depuis plusieurs jours. Son état l’a rendu impossible à identifier pour les enquêteurs, et la police n’a jamais pu savoir qui était cet homme, encore moins qui l’avait tué, raconte la BBC. Mais l’affaire pourrait bien se dénouer 28 ans plus tard après que la police néerlandaise a lancé son tout premier podcast destiné à résoudre un crime. Ce crime. Des milliers d’auditeurs ont écouté la série en trois partie lors de sa diffusion le mois dernier et des informations ont été recueillies depuis par les enquêteurs.

La police a déclaré qu’elle ne pouvait pas donner de détails sur les rancards qu’elle avait reçues, mais que plusieurs d’entre elles contenaient des informations utiles. «Notre premier objectif est d'identifier la victime et de dire à sa famille ce qui s'est passé après 28 ans», a déclaré Rob Boon, coordinateur de l'équipe policière qui a dirigé le podcast. «Notre deuxième objectif est de trouver le meurtrier et de le traduire en justice», a ajouté ce dernier.

Interrogé par la BBC, le criminologue David Wilson a indiqué qu’il était naturel que la police néerlandaise souhaite capitaliser sur la popularité des podcasts criminels et veuille communiquer des détails sur les crimes et les cas non résolus. «Ce qu’on appelle le true crime est incroyablement populaire et la police en est aussi consciente que tout autre individu, groupe ou industrie», a estimé le criminologue. Mais les podcasts de la police ont leurs limites, car ils ne peuvent pas toucher à certains domaines, à cause des lois sur ce qu'ils peuvent dire afin de ne pas nuire à une affaire future. «Le podcasteur peut suggérer des choses que la police pourrait ne pas être en mesure de suggérer. Ils peuvent soulever des possibilités que la police ne pourrait pas évoquer», a-t-il lancé.

Durant les décennies d’enquêtes avant ce podcast, les policiers ont découvert que la mystérieuse victime avait environ 65 ans au moment de sa mort et qu’elle était vraisemblablement d’origine turque.

Newsletters

Jusqu'où peut-on tricher sur son CV sans risquer de se griller?

Jusqu'où peut-on tricher sur son CV sans risquer de se griller?

Si les recruteurs détectent une anomalie, on a évidemment de grandes chances d'être recalé·e. Pour autant, certains enjolivements légers de la réalité sont tolérés.

«La mère, elle encourageait beaucoup Anaïs»

«La mère, elle encourageait beaucoup Anaïs»

[Épisode 3] Avant que les juges ne rendent leur verdict, la cour se penche sur la responsabilité de Marie-Karine, la mère d'Anaïs, dans les violences subies par Judith.

Arrêtons avec les enterrements de vie de garçon

Arrêtons avec les enterrements de vie de garçon

Depuis plusieurs siècles, les hommes disent adieu à leur célibat en s'adonnant à diverses festivités que l'on peut résumer en un sigle: EVG, pour enterrement de vie de garçon. C'est souvent le lieu de tous les excès, là où finit par s'exprimer ce...

Newsletters