Culture

Mort de Jean Douchet, l'homme qui aimait les films

Temps de lecture : 3 min

Le critique, enseignant, cinéaste et bon vivant est mort le 21 novembre, à l'âge de 90 ans.

Jean Douchet à la Cinémathèque française, le 17 septembre 2010. | Fred Dufour / AFP
Jean Douchet à la Cinémathèque française, le 17 septembre 2010. | Fred Dufour / AFP

Il pouvait parler des heures d'un plan de John Ford, d'une séquence de Fritz Lang, de la circulation des regards appelée par une image de Brian De Palma ou de Hou Hsiao-hsien, mais aussi de bonne chère et de bons vins.

Il y avait dans sa parole et dans ses écrits ce qui manque à tant de critiques: une gourmandise de bon aloi et un rire, le plus souvent en réserve, tapi dans l'ombre des mots, la modulation des intonations.

Une cinémathèque porte son nom –même si elle aussi est en danger de mort. Voilà plus de soixante ans qu'il répandait une bonne parole, une parole d'amour du cinéma, d'amour de la pensée avec les films, de la compréhension de ce qui se joue dans l'organisation des espaces et des corps, des gestes et des sons, des rythmes et des silences. Film par film.

Savant parce qu'amoureux

Le premier recueil de textes du critique des Cahiers du cinéma, qui les a dirigés quelques années (entre 1959 et 1963) aux côtés d'Éric Rohmer, s'intitule L'Art d'aimer.

De cet écrivain de cinéma, chaque texte est une proposition sans arrogance théoricienne ni étalage d'érudition.

Le titre du recueil est, lui, un manifeste. Il est la revendication d'un rapport affectif, sensitif, émotionnel, mais aussi d'une exigence amoureuse, où les immenses attentes vis-à-vis des films sont aussi ce qui légitime la colère et la vindicte contre ceux qui trahissent et méprisent le cinéma –et avec lui le public.

Écrivain, Douchet aura été plus encore un orateur hors pair. Ses étudiant·es des universités de Vincennes, Jussieu et Nanterre n'en finiront jamais d'évoquer sa faconde pour entrer dans les sens plus ou moins cachés des films qu'on croyait les mieux connus, les mouvements de sa crinière tôt argentée accompagnant la joie, qui jamais n'a diminué, de parler et parler encore des ressources du cinéma, de ses promesses, tenues ou non.

Pratiquement jusqu'à la fin, cinéphile épicurien, Douchet aura continué d'animer régulièrement deux ciné-clubs, à la Cinémathèque française et au cinéma Le Panthéon, tout en intervenant ponctuellement en de multiples occasions un peu partout en France et en Europe.

Cinéaste un peu, mentor beaucoup

Critique, enseignant, passeur d'amour et de pensée, il aura encore été autre chose.

Membre de la rédaction des Cahiers du cinéma des débuts, dont les autres jeunes membres voulaient tous devenir cinéastes, il se sera trouvé aux côtés de Godard, Rohmer et Chabrol dans le cadre d'un des films manifestes de la Nouvelle Vague, le film collectif Paris vu par… (1965), dont il tourne un épisode, «Saint-Germain-des-Prés».

On peut regretter qu'il n'ait pas poursuivi dans la voie de la réalisation, au vu de son seul long-métrage, le tardif La Servante aimante (sorti en salle en 1996), passionnante variation sur les ressources du cinéma et du théâtre à partir d'une pièce de Goldoni. Sans doute la figure alors tout à fait établie du critique aura-t-elle fait de l'ombre à l'encore possible cinéaste.

Douchet fut aussi, génération après génération, le mentor de jeunes cinéastes à leur début, avec un goût très sûr. C'est pour cela qu'on le retrouve à l'écran dans des films de Jean Eustache, de Xavier Beauvois ou de François Ozon. Il aura aussi accompagné fidèlement, et avec beaucoup de sureté, Arnaud Desplechin ou Cédric Anger.

Jean Douchet n'est pas vraiment parti. Il est présent sur un nombre incalculable de bonus de DVD, pratique dont il fut à la fois un virtuose et le recordman.

Il est présent dans de nombreuses conférences enregistrées et désormais en ligne, par exemple celle si judicieusement appelée «Tout est plaisir», à propos de Lubitsch.

Il a laissé un vaste florilège de ses goûts sous forme éditée avec La DVDéothèque de Jean Douchet aux éditions des Cahiers du cinéma, et ses ouvrages sur Hitchcock et sur la Nouvelle Vague font autorité.

On peut le retrouver dans un livre de conversations avec le critique Joël Magny, L'homme cinéma, et grâce à un film-portrait réalisé par trois de ses nombreux jeunes admirateurs, Julien Hagège, Guillaume Namur et Vincent Haasser, Jean Douchet, l'enfant agité (2017).

Autant dire que sa parole, et le regard si singulier qu'elle transmettait, n'est pas prête de s'éteindre.

Newsletters

Les comédies françaises doivent arrêter avec les élèves en culotte courte

Les comédies françaises doivent arrêter avec les élèves en culotte courte

«Les Blagues de Toto» est l'énième itération d'un sous-genre cinématographique bien de chez nous: celui qui adapte une BD ou un roman d'antan à l'écran. Il serait temps de changer de disque.

Une puce intra-auriculaire pour apprendre plus rapidement une langue étrangère

Une puce intra-auriculaire pour apprendre plus rapidement une langue étrangère

Relié au système nerveux, le dispositif aide l'oreille à se familiariser à de nouvelles sonorités.

«Lovecraft Country» ou comment se réapproprier une œuvre culte raciste

«Lovecraft Country» ou comment se réapproprier une œuvre culte raciste

Dans cette nouvelle série HBO, des créatures fantastiques tout droit sorties de l’univers de H.P. Lovecraft se mélangent aux monstres de l’Amérique de Jim Crow.

Newsletters