Monde

La Chine montre la voie de l'épuration ethnique en toute impunité

Temps de lecture : 5 min

Au Xinjiang, un million de personnes sont emprisonnées dans des camps de concentration. Qui s'en soucie?

Enceinte sécurisée d'un camp de rééducation pour musulmans près de la ville de Hotan, dans le Xinjiang, le 31 mai 2019. | Greg Baker
Enceinte sécurisée d'un camp de rééducation pour musulmans près de la ville de Hotan, dans le Xinjiang, le 31 mai 2019. | Greg Baker

Les révélations publiées le 16 novembre par le New York Times [et celles de l'ICIJ, reprises par dix-sept médias dont Le Monde le 24 novembre, ndlr], basées sur des centaines de pages de documents du Parti communiste chinois ayant fuité, détaillent l'organisation et les délibérations derrière les détentions de masse dans les camps de rééducation pour musulmans de la province chinoise du Xinjiang, dont la majorité des prisonniers sont membres du groupe ethnique des Ouïghours.

L'article écrit par Austin Ramzy et Chris Buckley expose la conviction du président Xi Jinping que le radicalisme islamique est comparable à un «virus» qui ne peut se soigner qu'au moyen d'une «période de traitement interventionniste douloureux».

Informations prévisibles

Dans l'un des passages les plus glaçants, on découvre les instructions données aux responsables locaux sur le discours à tenir aux membres de la famille de prisonniers qui rentrent chez eux après un séjour dans d'autres régions de Chine et s'étonnent de la disparition de leurs proches.

Il faut leur dire que ceux-ci reçoivent une «formation» afin de les instruire sur les dangers de l'extrémisme, et que s'ils n'ont pas enfreint la loi, il ne leur est pourtant pas permis de s'en aller. Il faut leur dire que leur famille doit «se réjouir de cette opportunité d'éducation gratuite fournie par le parti et le gouvernement visant à éradiquer totalement les pensées fautives, mais aussi à apprendre le chinois [le ouïghour est une langue turque, ndlt] et une formation professionnelle».

On les prévient également que leurs proches détenus sont soumis à un système de notation par points qui détermine à quel moment ils seront libérés, et que le comportement de leur famille a une influence sur cette note.

Aussi inquiétantes que soient ces informations, elles étaient prévisibles. Cela fait un bon moment que la communauté internationale est au courant des exactions commises à l'encontre des Ouïghours. Les récits des survivants et l'imagerie satellite montrent l'ampleur du processus de détention, de la surveillance et des limitations de la liberté religieuse auxquelles sont soumis les musulmans du Xinjiang.

À l'instar de hauts représentants américains comme le vice-président Mike Pence et le secrétaire d'État Mike Pompeo, l'ONU a condamné la Chine. Les États-Unis ont imposé des restrictions de visa et des sanctions à un certain nombre de hauts fonctionnaires et d'entités soupçonnées de jouer un rôle dans la répression des Ouïghours.

Et pourtant, la réaction du monde reste particulièrement discrète face à l'emprisonnement de ce qui pourrait se chiffrer à un million de personnes dans des camps de concentration sur la base de leur religion et face à la tentative systématique, confinant au génocide culturel, d'effacer toute une identité.

Critiques tues

Très peu d'entreprises ou d'organismes boycottent la Chine. Dans deux ans, les Jeux olympiques d'hiver seront probablement lancés sans anicroche.

La réponse des États-Unis est affaiblie par le fait que Donald Trump ne figure pas parmi les hauts fonctionnaires qui attirent l'attention sur les camps. Malgré ses nombreuses critiques de la Chine, le président américain aborde rarement le sujet des droits humains, et il n'a pas évoqué les musulmans chinois lors d'un récent discours, largement médiatisé, sur la liberté religieuse.

Le gouvernement chinois a habilement brouillé les pistes en utilisant la menace bien réelle du terrorisme et de l'extrémisme religieux pour justifier la détention de masse de centaine de milliers de personnes qui n'ont de lien ni avec l'un, ni avec l'autre.

L'expert en terrorisme Colin Clarke a récemment expliqué sur Slate.com comment, pour justifier son autoritarisme, la Chine semble avoir emprunté des éléments de langage de la «guerre contre le terrorisme» des États-Unis.

Le reportage du New York Times laisse penser que c'était tout à fait délibéré: Xi Jinping a exhorté les autorités à imiter la réaction américaine aux attaques du 11-Septembre, et d'autres hauts fonctionnaires chinois avancent que les attentats en Grande-Bretagne sont la conséquence de la décision du gouvernement britannique de faire primer «les droits humains sur la sécurité».

Il est possible que la Chine soit désormais tout simplement trop puissante et trop mêlée à l'économie mondiale pour faire l'objet de vives critiques. Des organisations comme la NBA ont récemment appris ce qu'il en coûtait de critiquer, même légèrement, les politiques du pays quant aux droits humains.

Les gouvernements de nombreux pays islamiques observent un silence assourdissant sur la question, espérant discrètement maintenir des liens économiques avec Pékin et conserver la faveur de ses investisseurs.

Feu vert en Syrie

Le problème n'est pas cantonné à la Chine. Nous ne vivons pas exactement un âge d'or de la transparence en matière d'épuration ethnique. Les pays autoritaires prennent de plus en plus d'assurance, les pays démocratiques sont de plus en plus ambigus sur la question et les systèmes judiciaires internationaux sont sous respiration artificielle.

La conséquence, c'est que des crimes perpétrés à une telle échelle sont ouvertement commis sous les yeux du monde entier, en toute impunité.

Le président Bachar el-Assad est quasiment assuré de rester au pouvoir en Syrie. L'Inde n'a pas eu à subir beaucoup de pressions après sa répression au Cachemire. Au Bangladesh, les autorités locales poussent les réfugiés rohingyas à retourner au Myanmar, où ils sont confrontés à une violence sordide, celle-là même qui les avait incités à partir. Les volontaires ne sont pas nombreux.

Début novembre, William Roebuck, plus haut diplomate américain sur le terrain dans le nord de la Syrie, a écrit dans un mémo interne qui a fuité que «l'opération militaire turque dans le nord de la Syrie, dirigée par des groupes islamistes armés engagés par la Turquie, participe d'une intention délibérée de pratiquer une épuration ethnique». Il reproche aux États-Unis de ne pas même essayer d'arrêter cette opération.

En réalité, non seulement le président américain a-t-il donné son feu vert à cette opération, mais il a concédé un accord de paix approuvant les actes du président Erdoğan. Trump a même souligné que la Turquie avait besoin de «faire le ménage» dans sa région frontalière. Malgré les critiques du Congrès et quelques drames en coulisses, Erdoğan a été accueilli en grande pompe à la Maison-Blanche à la mi-novembre.

Menace au Sri Lanka

Autre victoire de l'impunité, Gotabaya Rajapaksa a été élu président du Sri Lanka le 18 novembre dernier, au cours d'une élection serrée qui a clivé le pays selon des lignes ethniques.

En 2009, lorsqu'il était ministre de la Défense du président Mahinda Rajapaksa, son propre frère, Gotabaya Rajapaksa avait lancé l'assaut final contre les rebelles séparatistes des Tigres tamouls, une offensive qui avait tué des dizaines de milliers de personnes et inclus le bombardement de zones de sécurité civile.

Malgré les accusations de crimes de guerre pesant contre lui, Rajapaksa s'est gagné une popularité dans des régions dominées par la majorité cinghalaise du pays, en mettant l'accent sur la sécurité nationale après de récentes attaques terroristes. Ce n'est pas un hasard si le clan Rajapaksa se targue d'entretenir des liens très forts avec la Chine.

Le reportage du New York Times pourrait susciter une nouvelle vague d'inquiétude au sujet de ce qui se passe dans le Xinjiang, mais cela ne suffira pas pour que la Chine se sente obligée de mettre un terme à sa campagne de «rééducation».

Si, à l'avenir, d'autres gouvernements étaient tentés de recourir à des violences de masse contre des populations civiles ou à une épuration ethnique sous couvert de lutte contre le terrorisme ou l'extrémisme, nous n'avons aucune raison de penser qu'ils seront sévèrement condamnés ou devront répondre de leurs actes.

Newsletters

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Mais à quoi joue Macron sur la scène internationale?

Le président français entend rebattre les cartes de l'OTAN et de l'Union européenne. Plus vite le reste de l'Europe y verra une aubaine, mieux ce sera.

Haute mer, le Far West des océans

Haute mer, le Far West des océans

Entre pêche illégale et traite d'êtres humains, les eaux internationales constituent un espace de non-droit que les institutions ont toutes les peines à réguler.

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Il y a trente ans, un pasteur hongrois précipitait la chute de Ceaușescu

Le 16 décembre 1989, les autorités exfiltraient le religieux anticommuniste László Tőkés de son église de Timișoara: l'étincelle qui allait déclencher la révolution roumaine.

Newsletters