Société

Anxiété, chômage et addictions: ce qui attend les victimes de fusillades sur le long terme

Temps de lecture : 2 min

Longtemps après la guérison de leurs blessures physiques, les victimes de fusillades continuent de souffrir de séquelles mentales.

Il est temps de s'intéresser à la souffrance des victimes de blessures par balle ayant survécu. | Hailey Kean via Unsplash
Il est temps de s'intéresser à la souffrance des victimes de blessures par balle ayant survécu. | Hailey Kean via Unsplash

Des chercheurs américains se sont intéressés à un sujet qui passe souvent inaperçu: les séquelles mentales des fusillades sur les victimes. Chômage, toxicomanie et syndrome de stress post-traumatique sont observés dans une bien plus grande mesure chez les survivant·es d'une fusillade, jusqu'à plusieurs années après les faits.

Les auteurs de l'étude, des chirurgiens traumatologues de l'Université de Rochester, observent qu'«en ce qui concerne les armes à feu, nous, en tant que société et en tant que chercheurs, accordons beaucoup d'attention aux décès. C'est sur cela que se concentre souvent l'indignation du public». Et cela se fait au détriment des blessé·es, même léger·es, dont la santé mentale fait rarement l'objet d'un suivi médical ou psychologique.

«Nous avons découvert que ces patients ont des problèmes de santé physique et mentale à long terme qui ne disparaissent pas avec le temps», explique Michael Vella, l'un des auteurs. Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont chaque année concernées.

Des victimes oubliées

Rien qu'en 2017, près de 40.000 personnes ont été tuées par balle aux États-Unis. Il est difficile d'estimer le nombre de blessé·es, mais il serait largement supérieur à celui des morts. Autant d'individus dont on ne parle pas souvent au niveau politique et rarement dans la sphère médicale ou médiatique.

Les chercheurs ont donc procédé à un examen des dossiers des 3.088 patient·es blessé·es par balle conduit·es au centre de traumatologie de l'université de Philadelphie ces dix dernières années. Parmi les survivant·es, ils sont parvenus à en retrouver 183 qui ont accepté de participer à l'étude en comparant leur vie avant et après le drame.

En analysant les résultats, ils ont constaté que plus de la moitié des patient·es souffraient d'un syndrome de stress post-traumatique. Parmi celles et ceux qui n'avaient subi que des blessures légères, au moins 33% étaient concerné·es par ce syndrome. «Il s'agit de patients que nous congédions des urgences et que nous renvoyons dehors, souvent sans suivi ni évaluation des blessures mentales à long terme auxquelles ils peuvent être confrontés au cours des mois suivants», déplore Michael Vella.

Deux biais existent dans cette étude, reconnus par leurs auteurs: l'échantillon des victimes est mince et il est possible que les personnes les plus touchées n'aient pas voulu ou pu s'exprimer sur le sujet.

D'où la nécessité de conduire de plus amples recherches dans ce domaine, longtemps laissé de côté par les médecins du fait de son caractère politique et polémique. Regrettant que la littérature scientifique soit principalement centrée sur les personnes décédées par balle, les chercheurs souhaitent que soient examinées les conséquences à long terme sur les survivant·es, afin que «ce genre d'analyse nous aide à comprendre tout le fardeau de la violence armée».

Newsletters

La Nouvelle-Zélande aussi est confrontée à une paralysie des transports

La Nouvelle-Zélande aussi est confrontée à une paralysie des transports

La principale compagnie de bus d'Auckland a suspendu 800 chauffeurs grévistes, perturbant les déplacements de milliers de personnes. Cette situation pourrait durer jusqu'à Noël.

Hommes cisgenres et enceints, un bon sujet mais de mauvais films

Hommes cisgenres et enceints, un bon sujet mais de mauvais films

Sauf avancée scientifique majeure, les hommes cisgenres ne devraient pas pouvoir porter d'enfant avant quelques siècles. La fiction a pourtant tenté d'imaginer ce qui se passerait si c'était le cas… en sacrifiant hélas le sujet sur l'autel de la...

Du Danemark à la Chine, la folle croissance du sapin de Noël

Du Danemark à la Chine, la folle croissance du sapin de Noël

L'arbre qui brillera dans un foyer français sur quatre fin décembre n'est pas épargné par les turbulences de la mondialisation.

Newsletters